Suivez-nous

Mobile

COVID-19 : Apple coopère avec Google pour une technologie de « contact tracing »

Vendredi, les deux géants de la tech ont annoncé qu’ils travaillaient ensemble pour faciliter le partage d’informations entre les appareils iOS et Android.

Il y a

  

le

 
COVID19 Google Apple
© Unsplash / Brian McGowan

Apple et Google viennent d’annoncer « un effort conjoint » dans la lutte contre la pandémie de coronavirus. Pour aider les gouvernements partout autour de la Terre, qui cherchent à mettre en place des outils technologiques pour éviter la propagation du virus, les deux géants de la tech ont annoncé ce vendredi un partenariat pour permettre le suivi numérique des individus ayant été à proximité de personnes contaminées.

Sur leur blog, puis dans des tweets, Sundar Pichai et Tim Cook, les PDG de Google et Apple, ont partagé un communiqué identique, relatif à leur effort commun. Leur travail s’appuiera sur la technologie Bluetooth et non pas les données GPS. À terme, une paire d’API seront proposés sur les smartphones Android et iOS, et devraient épauler les applications développées par les gouvernements. Le choix du Bluetooth a été déterminé pour ses avantages en termes de « confidentialité et la sécurité des utilisateurs », relatait une dépêche de l’Agence France Presse (AFP).

Google Apple contact tracing

© Google / Apple

Les communications seront de courtes portées entre les appareils. Si quelqu’un est testé positivement au COVID-19, il pourra le notifier sur son smartphone, et tous les appareils qui auront enregistré la clé cryptée du smartphone du malade comme étant à proximité émettront une alerte pour en informer les personnes. Du côté des autorités, ces échanges d’informations permettront un suivi du virus et des personnes contaminées, ce qui pourrait permettre de voir les zones où le virus se développe plus fortement. Le « contact tracing », comme il est souvent nommé, sera aussi utile pour réaliser des tests de dépistage plus localisés, et ainsi prévenir de façon plus optimale.

Dans le contexte actuel, où le nombre de cas est colossal et que les mesures sanitaires ont instauré le confinement obligatoire, il est difficile de voir comment de tels outils pourraient être utiles. En réalité, ils le deviendront surtout au lendemain de cette première vague, quand les restrictions seront petit à petit levées. Le nombre de cas sera moins importants et la circulation des personnes sera plus importante. Les applications des autorités publiques, comme en France avec « StopCovid » permettront d’aider des efforts plus traditionnels.

Le Bluetooth, plutôt que les données GPS

Le 1er avril, un projet paneuropéen de plus de 130 experts en informatique a permis de diriger les États de l’Union européenne vers le développement d’applications de « contact tracing » fonctionnant également avec les données du Bluetooth. Avec l’aide de Google et Apple, la mise en place d’applications adéquates pour suivre les personnes infectées du coronavirus sera plus facile, d’autant plus qu’Apple n’a pas pour habitude d’ouvrir son écosystème habituellement.

Avec ce partage d’informations entre les appareils Android et iOS, The Verge explique que les données de chaque individu – en plus d’être cryptées et anonymes – pourront ne pas être centralisées. Les appareils communiqueront directement entre eux, sans passer par une requête sur un serveur intermédiaire. De la même manière, leur technologie sera apte de laisser notre système Bluetooth changer de code éphémère toutes les 15 minutes. Cela permettra d’autant plus de conserver la sécurité des personnes, tout en continuant à permettre aux smartphones de se souvenir des appareils avec lesquelles ils furent à proximité, si une alerte de personne infectée est donnée.

Apple et Google veulent insister sur la nature de leur travail : en aucun cas, ils ne viendraient créer une application à la place des autorités publiques. Mais bien qu’ils ne soient qu’une brique dans cette technologie, ils seront donc les mieux placés face aux données du virus dont elles partageront des codes d’accès avec les applications des États. Leurs API seront disponibles au mois de mai, et une intégration plus profonde sera disponible sur les OS Android et iOS cet été. Google et Apple précisent qu’ils supprimeront le système à la fin de l’épidémie.

Youtube
Par : Google LLC
4.4 / 5
84,9 M avis
3 Commentaires

3 Commentaires

  1. vVDB

    10 avril 2020 at 20 h 43 min

    Qu’ils intègrent cette fonction de base dans les OS. Ne ne sommes pas a l’abri d’autres épidémies…
    Quand quelqu’un a une méningite, hop tous ses contacts avertis.
    Quand quelqu’un a la varicelle, hop tous ses contacts avertis.
    Je prends un repas au restaurant à Kuala Lumpur le gars derrière moi un Japonais à Ebola, et hop je suis averti.
    C’est ça le monde de demain, un monde plus sur.

    • Paul

      12 avril 2020 at 8 h 35 min

      1984

    • PapounetUT

      12 avril 2020 at 17 h 01 min

      Ce qu’ils veulent c’est que tout le monde soit fichés avec une puce sous la peau.
      Le virus est le premier pas et donc une excuse pour pouvoir le faire sans que les gens se rebelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests