Suivez-nous

Actualités

COVID3D : quand la bureaucratie met fin à une belle initiative citoyenne

Une série de nouvelles normes contraint ses initiateurs à stopper l’expérience.

Il y a

  

le

 
imprimante 3D
© Wikimedia Commons / Adoscam

C’est l’une des très belles histoires de la crise en cours. Face à la pandémie de coronavirus, le gouvernement a décidé du confinement de la population le 17 mars dernier. Mais les travailleurs, dont les métiers sont jugés indispensables à la bonne marche du pays, ont dû rester sur le pont. Beaucoup d’entre eux ne s’estimaient pas suffisamment équipés et protégés face à la maladie.

Cette carence a amené un élan d’ampleur solidaire et bénévole un peu partout en France. Des makers, spécialisés dans l’impression 3D, se sont mobilisés pour fabriquer ce matériel qui manquait cruellement. Selon 20 Minutes, les Fablabs français ont ainsi produit plus de 250 000 visières de sécurité. D’autres réseaux, tels que le groupe Facebook « Makers contre le Covid » auraient permis d’en fabriquer 400 000.

10 000 personnes mobilisées

Certaines plateformes ont même été créées spécialement pour l’occasion. C’est le cas de Covid3D, une initiative lancée conjointement par Heliox, qui gère une chaîne YouTube où elle présente ses projets d’impression 3D, et Antonin Tailhandier. Elle se donne pour objectif de mettre en relation des professionnels au contact du public et des makers qui disposent d’imprimantes 3D. Ces opérations sont réalisées bénévolement, et il est juste possible de remercier un fabriquant en lui faisant un don afin de financer les matières premières.

Le résultat est bien là. En moins de deux mois, plus de 190 000 visières ont été distribuées via Covid3D et 10 000 personnes ont participé à cette opération. La plateforme est néanmoins contrainte de fermer définitivement. Les fondateurs précisent que plusieurs annonces du gouvernement sont à l’origine de cet arrêt :

Depuis le 23 avril dernier, la direction générale du travail (DGT) et la direction générale des entreprises (DGE) ont précisé les conditions d’évaluation de la conformité requises pour les visières de protection destinées à la lutte contre le Covid-19.

Diverses conséquences découlent de ces normes : « Le don ou la vente à prix coûtant d’une visière peuvent être requalifiés en concurrence déloyale ». La réalisation d’une visière, même gratuite et à titre bénévole, risque aussi d’être requalifiée en travail déguisé. Enfin, la plateforme ne s’estime pas en mesure de contrôler les nouvelles normes techniques de fabrication.

Dès lors, il n’est pour eux pas question d’exposer les makers à des risques juridiques et ils préfèrent fermer définitivement Covid3D. Il est encore possible de consulter les informations du compte ou d’accéder aux statistiques mais les données seront totalement supprimées d’ici quelques semaines précisent les deux fondateurs.

11 Commentaires

11 Commentaires

  1. mat

    18 mai 2020 at 11 h 15 min

    Rendre service est maintenant considéré comme de la « concurence déloyale » … Mais qu’est ce qu’on a bien pu faire de notre société … politique à la botte des lobbies, déshumanisation poussée à son paroxysme, …

    • Desert

      22 mai 2020 at 23 h 04 min

      je me suis trouver aussi confronter a cette illogique bureaucratie, il faut être aussi malin (con ) qu’eux .
      Nous ne fabriquons pas des visières de protection qu’il ne savent pas fournir , nous fournissons des pelles a fond transparent avec son élastique de rangement pour des petite boules d polystyrène expansés (l utilisateur est le seul responsable de son utilisation )
      😉

  2. bureaucratie de M....

    18 mai 2020 at 13 h 02 min

    Quand on lie la note de la DGE entprise : entreprises.gouv.fr/covid-19/conditions-d-evaluation-de-la-conformite-des-visieres-de-protection

    « Depuis le 23 avril, les conditions de mise sur le marché des visières de protection, à destination des professionnels, sont adaptées par une instruction interministérielle des ministères du travail, de l’économie et des finances, de l’action et des comptes publics et de la santé, dans la continuité des efforts de simplification déjà déployés pour les masques normés. » on se rend compte de qui veut la peau des bénévoles et autres personnes qui redent services. Le pognon de l’état est en jeu)

  3. Lith

    18 mai 2020 at 13 h 10 min

    Titre de l’article totalement orienté !

    Les normes sont faites pour protéger les usagers : que dirait-on si des gens étaient infectés à cause de masques offrant une sécurité insuffisante ?

    De plus la production n’est pas stoppée à cause de cette soit-disant « bureaucratie » mais sous la pression des grands groupes qui veulent continuer à faire une très bonne marge avec le matériel médical.

  4. Aubry

    18 mai 2020 at 13 h 14 min

    Le degré de pourriture du gouvernement a vraiement atteint des sommets lors de la crise du Covid. Masques, mensonges, fermetures terriblement tardives, loi Avia… Maintenant l’interdiction de générosité sur les visières pouvant sauver des vies. J’en ai fait plus de 500 hors site car le site était inconnu des soignants faute de pub… en 60 ans j’en aurait vu des trucs malsains, mais avec macron c’est grandiose, du hors concourt…

  5. Éric PLUCHARD

    18 mai 2020 at 13 h 25 min

    La « Révolution » sensé laisser l’Homme libre et égaux est devenu un lointain souvenir… les fêtes commémorant la soit disante chute de la Monarchie ne sert désormais plus qu’à enjoliver une République (devenu un système de gestion d’une pseudo liberté illusoire!). Dans notre très très cher pays la liberté d’entreprendre n’existe plus ! Maintenant que le confinement est levé… ceux qui ont servi s le peuple sont devenu des parias au profit des entreprises et de l’argent … pour ceux qui rêvaient d’un monde meilleur, rien a changé et rien de changera (peut être le télétravail car grâce à lui… on a trouvé un nouveau moyen de pressurer les gens en provoquant moins de stress)

  6. Ice

    18 mai 2020 at 13 h 39 min

    Honteux…
    Bientôt ils taxeront les bobines de filament… Alors que des milliers de bénévoles pallient la carence de notre gouvernement, ils jugent bon de reconsidérer ce dévouement en travail illégal ? Ils sont surtout honteux que nous leur mettions leur gros nez dans leur grosse mer..

  7. ikariya

    18 mai 2020 at 13 h 42 min

    C’est n’importe quoi, ce sont des normes relatives aux équipements homologuées qui ont été modifiées. Ca n’a rien a voir, vous vous fourvoyez dans la lecture des textes et leur interprétation.

  8. David Cohen

    18 mai 2020 at 15 h 56 min

    Ça ressemble furieusement aux FURTIFS de Damasio … Où les grands groupes (éducation, santé, …) ont des milices chargées de faire respecter leurs marchés contre des « subversifs » qui font de la formation ou du soin gratuitement.

  9. Manomano

    19 mai 2020 at 8 h 47 min

    Mais quand va t’il y avoir un sursaut, une prise de conscience mais quelle escroquerie ce gouvernement… alala le covid19 il en arrange pas mal je vous le dis.

  10. Pat

    19 mai 2020 at 8 h 58 min

    A côté de ça ma femme qui bosse dans une Mairie à commander des masques avant le 13 Avril par anticipation. Les masques reçues ne seront pas rembourser en partie car commander trop tôt ! Pas trop grave, car le remboursement de la moitié comme annoncé, l’est sur la base d’un tarif erroné à la baisse….Quand aux masques fourni gratuitement, la qualité est plus que médiocre, ils ne passent pas le test qui consiste à ne pas pouvoir éteindre une flamme de briquet en soufflant à travers. La bureaucratie c’est la base de beaucoup de problème que ce soit pour le gouvernement ou les sociétés. Mais comme ce sont les bureaucrates qui décident….ce n’est pas prêt de changer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests