De la nécessité de la différenciation pour une page Facebook réussie

(article rédigé par Isabelle Mathieu [1]) J’ai toujours eu un faible pour les grosses cylindrées de Jaguar et en particulier son modèle XJ. Quelques mois plus tôt, mon voisin est devenu l’heureux propriétaire de la dernière voiture de la gamme: la Jaguar X351 (XJ). Connaissant mon intérêt pour la marque, il m’a invité à l’essayer

(article rédigé par Isabelle Mathieu [1])

J’ai toujours eu un faible pour les grosses cylindrées de Jaguar et en particulier son modèle XJ. Quelques mois plus tôt, mon voisin est devenu l’heureux propriétaire de la dernière voiture de la gamme: la Jaguar X351 (XJ). Connaissant mon intérêt pour la marque, il m’a invité à l’essayer et nous sommes donc partis au volant de sa nouvelle berline jusqu’en Espagne par l’autoroute.

Pendant le trajet, nous avons parlé de l’évolution du design du modèle, de ses nouvelles caractéristiques et de fil en aiguille, nous en sommes venus à effectuer un comparatif avec certains modèles de BMW ou de Bentley. Mon voisin m’a alors expliqué pourquoi il avait choisi ce modèle et non pas un de ceux des marques précédemment citées qu’il affectionne pourtant aussi.

Vous me direz: quel rapport avec une page Facebook? A vrai dire tout. Car la stratégie marketing réussie d’une marque ou d’une entreprise s’appuie sur une politique de différenciation par rapport à ses concurrents. Que ce soit sur ou hors Internet.

Jaguar est connue pour ses voitures luxueuses, fiables et supérieures. BMW l’est aussi mais dispose d’un avantage concurrentiel important. Celui d’un constructeur allemand qui fabrique depuis des décennies des voitures très puissantes en raison d’un savoir-faire issu de son métier originel: la construction de moteurs d’avions.

Selon une étude Ifop réalisée en septembre 2010, Facebook serait en France le réseau social le plus célèbre et le deuxième en terme du nombre de membres. Ce qui se traduit par un marché de consommateurs important mais également … par une concurrence accrue qui le sera encore plus prochainement.

Si vous avez la chance d’être sur une niche où vous êtes pratiquement seul, alors profitez-en bien maintenant car cela ne va pas durer. En effet, beaucoup d’entreprises françaises ne sont pas encore présentes sur Facebook. Pourquoi? Les raisons sont multiples. Certaines sont encore sceptiques quant au retour sur investissement ou bien encore pensent que les réseaux sociaux prennent trop de temps. Elles préfèrent à Facebook des techniques de marketing plus traditionnelles. D’autres se sentent dépassées par le nombre de réseaux sociaux et ne savent pas lequel choisir. Quelques-unes sont encore effrayées par l’aspect technologique etc …

Puis il existe toutes les entreprises présentes mais qui ne constituent pas encore une réelle concurrence. Comme Facebook nécessite peu ou pas d’investissements financiers, elles se dispensent de l’élaboration d’une quelconque stratégie. Leurs actions se résument à la création d’une page, puis à l’invitation de leurs clients, partenaires et amis à la rejoindre et enfin à l’ajout irrégulier de quelques statuts. Plutôt difficile dans ces conditions d’apporter un maximum de visibilité à sa page, de se connecter avec un plus grand nombre de personnes et de créer de l’engagement.

La troisième catégorie concerne les entreprises dont la page Facebook compte aujourd’hui une base solide de fans. De plusieurs centaines de milliers pour les sociétés françaises internationalisées à quelques milliers pour les PME et les TPE voire quelques dizaines de milliers pour les plus conquérantes. Les premières jouissent sur Facebook de leur statut de « marque » déjà acquis hors internet. Elles disposent d’un community manager à temps plein ou externalisent cette fonction à une société spécialisée. Les autres ont souvent formé en interne un employé qui effectue cette nouvelle mission ou qui récupère une casquette supplémentaire en plus de ses activités. Chez les solos, c’est le chef d’entreprise qui relève lui-même le défi.

L’arrivée de nouvelles entreprises sur Facebook, une meilleure maîtrise des techniques de marketing pour les professionnels déjà présents et l’avance déjà pris dans ce domaine par certaines sociétés rendront la tâche plus difficile aux prochains venus pour gagner en visibilité sur ce média.

Comment faire alors pour se différencier sur Facebook au sein d’autres entreprises qui proposent des produits ou des services identiques ? En fait, rien de bien révolutionnaire puisque le concept existe déjà depuis 1960 à l’initiative de Rosser Reeves, directeur alors d’une agence de publicité.

J’aime à partir du principe qu’une stratégie gagnante sur Facebook commence avant même la création technique d’une page. Pourquoi? Et bien parce qu’une entreprise qui a souhaité mettre toutes les chances de son côté avant son établissement a déjà travaillé à l’identification d’un ou de plusieurs avantages concurrentiels par l’intermédiaire de l’élaboration de ce que l’on appelle en anglais l’ « unique selling proposition » (USP). Une page Facebook doit donc refléter et prolonger cette proposition.

Si vous n’avez pas d’ « unique selling proposition », sachez qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire et qu’elle constituera un élément important de votre stratégie de communication sur Facebook. Si vous en avez déjà une, n’oubliez pas que l’USP n’est pas figée dans le temps et qu’elle doit évoluer en fonction de facteurs internes ou externes tels que l’offre de la concurrence.

Pour cet exercice de style délicat, il me semble toujours judicieux de raisonner en terme de valeur apportée aux yeux des consommateurs et non pas selon les fonctionnalités ou les caractéristiques d’un produit et d’un service. La connaissance de son marché cible est alors indispensable pour se mettre à la place de ses clients et identifier avec leurs propres mots les bénéfices qu’ils tirent de l’utilisation de vos produits et services.

Si vous arrivez à répondre en toute sincérité aux questions suivantes: « Qu’est-ce que je propose en plus de mon offre à mes clients ?» et « quel est ou quels sont les éléments uniques qui me différencient de mes concurrents », alors il se pourrait que les visiteurs de votre page ne soient plus à un clic de la quitter – à condition que vous sachiez bien entendu comment faire ressortir votre « unique selling proposition » dès l’arrivée d’un membre Facebook sur votre page.


[1]Isabelle Mathieu, Consultante e-marketing spécialisée en stratégies web 2.0 pour les TPE et PME, édite le site Emarketinglicious, ainsi que le blog éponyme, dédiés au webmarketing pour entrepreneurs et blogueurs. Retrouvez Isabelle sur Facebook, Twitter, Viadeo et LinkedIn.

.


Nos dernières vidéos

21 commentaires

  1. Remy

    Article très intéressant.
    Beaucoup croient à tort que lancer sa page fan est un jeu d’enfant et va leur apporter très vite beaucoup de succès, ou l’inverse.
    La réalité est qu’il faut une réelle stratégie, comme dans toute action marketing.

  2. c’est sur que c’est le moment, entre ceux qui sont encore persuadés que Facebook est uniquement un site de rencontre, ceux qui ne savent pas comment ça marche et ne vois pas l’intérêt d’apprendre.Facebook est en train de devenir un média à part entière tellement sa popularité est grande.

  3. Hors sujet (quoique ?) : L’avant de cette Jaguar (en réalité et pas dessiné sur le papier) me fait vraiment penser à une Volvo… Argghh…

  4. Article intéressant, mais le sujet majeur n’est pas abordé et c’est dommage : quel peut être le bénéfice pour une entreprise aujourd’hui d’une présence facebook par rapport aux autres grands réseaux sociaux résolument orientés pro ?

  5. Pingback: De la nécessité de la différenciation pour une page Facebook réussie | Groupons nous

  6. Pingback: Facebook dépasse Google au Royaume-Uni le jour de Noël | Groupons nous

  7. Le ROI concernant Facebook peut être élevé pour peu qu’on prend du temps pour faire sa page et la promouvoir. Bien entendu, il faut attendre plus de 2 jours pour tirer les conclusions des effets venus avec Facebook.

    Après c’est sur que suivant le type de page et d’entreprise cela peut avoir une influence. Mais je pense que profiter de la vague Facebook peut être bénéfique.

  8. Bonjour Eric ,
    Votre page de facebook n’est pas du tout optimal ! Il faut savoir que facebook n’est pas twitter ! 🙂 je suis expert en page facebook ( je me suis occupé pas mal de page fb des entreprises )et je vous dis que vous auriez pu avoir plus de fans ( follower que twitter ) normalement, alors que ce n’est pas le cas et il n’y a aucun « like » de vos posts existant !
    Je suppose que vous n’avez meme pas besoin la ou vous vous situez en tant qu’un bloggeur d’influance , mais si vous voulez un coup de main contactez moi
    Bonne fêtes
    Ps : je suppose que vous n’avez pas le temps de vous en occuper de votre page , c’est pour cette raison que vous l’avez liée à Twitter ?

  9. Pas très bien compris le lien fait entre Jaguar, en tant que marque automobile, et le fait de se différencier sur Facebook.
    Article intéressant cela dit.

  10. Isabelle-Mathieu

    @TheoFromParis: il ne s’agit pas du tout du même sujet. Peut-être l’occasion d’un nouveau billet – quelles stratégies e-marketing (ou canaux) pour quels objectifs? Quand on veut vendre? Ou créer une communauté? Ou construire une mailing liste? etc …

    @Nicolas et @Nalie: Windows Live, Facebook, Copainsdavant sont les trois premiers du podium mais on peut constater des différences dans l’ordre du classement en fonction des études comme celle-ci par exemple:
    http://www.journaldunet.com/eb.....ites.shtml

  11. @Lecomte et @Nalie : jusqu’à très recemment Copain d’Avant était le 1er réseau social en France, suivit de près par Windows Live et enfin Facebook en 3ème position. Mais les tendances sont surement en train d’évoluer, notamment pour Facebook.

  12. Pingback: Sélection du 6 Janvier 2011 : De la nécessité de la différenciation pour une page Facebook réussie | Cédric Exbrayat

  13. Article intéressant, l’essentiel est traité, par contre c’est vrai aussi que l’article n’a pas été poussé sur les avantages de faire sa publicité sur Facebook.
    J’ai noté un passage intéressant:  » Si vous avez la chance d’être sur une niche où vous êtes pratiquement seul, alors profitez-en bien maintenant car cela ne va pas durer  »
    C’est vrai qu’avec Google Adwords, le marché est un peu occupé, les concurrents sont bien présents, donc il faut être costauds.
    Ce qui est très intéressant alors avec Facebook, c’est la publicité ciblée, comme on fait avec Google Adwords, à la différence ça permet de créer du buzz autour d’une marque, avec une meilleure illustration et ciblage, en plus le coup est faible.
    Grâce aussi à son système de vote, l’annonce est auto régulée et auto améliorée, on peut revigorer efficacement l’image d’une marque.

  14. Un excellent article sur le social marketing et l’importance d’utiliser de façon professionnelle les Pages Fan Facebook. Et du risque de mal gérer sa com’ Facebook qui peut entrainer des effets contre-productifs.

    Ne pas oublier que l’on est pas chez soi sur Facebook (cf Kiabi) et ne pas tout miser sur ce réseau social en matière de visibilité et de e-réputation.

  15. Pingback: l’utilisation professionnelle de Facebook | L'RH de Noé

Répondre