Des hébergeurs quittent la France après le vote de la loi sur le renseignement

Deux hébergeurs quittent la France et certains s’interrogent sur leur avenir dans notre pays après que la loi sur le renseignement a été adoptée.

Loi sur le renseignement: les hébergeurs quittent le navire

Comme on pouvait le lire sur un article très complet de notre confrère Marc Rees de chez NextImpact, les hébergeurs commencent à déserter la France ou songent aux conséquences que va avoir le vote de la loi sur le renseignement sur leurs activités.

Première conséquence de la loi sur le renseignement, les hébergeurs quittent le pays

De grands noms de l’hébergement comme OVH se posent la question de leur avenir en France après que la loi sur le renseignement a été votée. Certains n’ont même pas attendu et commencent déjà à quitter la France, c’est notamment le cas de Altern.org ou de Eu.org qui sont contre l’idée d’installer des boites noires pour espionner leurs clients.

Eu.org a d’ailleurs déclaré publiquement qu’il ne peut accepter : « une surveillance légale systématique du trafic Internet par les services de renseignement français, dans des conditions d’opacité complète, sous la seule responsabilité de l’exécutif, sans contre-pouvoir ». C’est pour cette raison que l’hébergeur a précisé que : « il procèdera au déménagement de tous ses serveurs de noms hors de France ».

Même son de cloche chez l’hébergeur Altern.org pour qui l’installation de ces boites noires est une forme de censures et une violation des libertés individuelles, que la France se dit pourtant défendre. Valentin Lacambre de chez Altern.org a indiqué : «  (…) aujourd’hui ils ont trouvé une parade en nous obligeant par la loi à installer au cœur de nos infrastructures des analyseurs sous le contrôle des services secrets. Ce contrôle sur les télécommunications appelle à l’autocensure de notre expression publique et annihile notre vie privée sur internet ». L’hébergeur va fermer son service et s’installer à l’étranger. OVH avait pendant un temps décidé de prendre la même décision, mais pour le moment il va attendre de voir comment s’organisent ces écoutes.

Les boites noires au cœur de la polémique

Pour tous les hébergeurs, le problème ce sont les boites noires qui installées au cœur des réseaux internet espionneront les flux de données, collecteront des informations, filtreront du contenu en fonction d’algorithmes des services secrets, etc. Le tout sans l’intervention d’un juge. Il s’agit d’une forme d’espionnage généralisé sans contre pouvoir, assez dangereux pour la démocratie, dans le même style que celui pratiqué par la NSA au nom de la lutte contre le terrorisme.

Il s’agit d’une censure indirecte puisque désormais tout le monde s’autocensurera par peur d’être « fiché », une forme de perte de la liberté d’expression. Ce système  pénalisera tous les internautes sans forcément toucher les terroristes, puisque comme on a pu le voir récemment nombreux d’entre eux changent de téléphone tous les jours, créent des comptes pour 5 minutes envoient un message et ferment le compte, voire utilisent des messagers réels pour faire circuler des messages à leur place, certains n’ont ni téléphone, ni ordinateur… Que fera le gouvernement comme « recoupement » pour débusquer ces individus avec des boites noires ?

 

Source.


Nos dernières vidéos

20 commentaires

  1. Pingback: Catastrophe : Des hébergeurs quittent la...

  2. Il eut été encore plus poignant de parler de Valentin, et de l’histoire d’Altern.org, si lui part, c’est que c’est grave! Nous n’etions pas aussi nombreux au fond au rassemblement… et encore moins dans l’hémicycle…

  3. Pingback: Des hébergeurs quittent la France apr&eg...

  4. Nous sommes juste dans une surenchère législative permanente aussi inutile que castratrice pour l’économie et tous ces politiques sont en train de plomber nos entreprises, à tous les étages.

    Si OVH décide de mettre les voile, on les suivra et nous migrerons nos serveurs dans des contrées plus respectueuses, et je pense que de très nombreux clients feront de même, alors qu’ils ne s’inquiètent pas et prennent les mesures conservatoires nécessaires.

    Il est totalement inadmissible d’instaurer une telle surveillance généralisée uniquement pour surveiller une poignée de barbus qui passent quasi systématiquement à travers les mailles du filet, ce qui ne changera pas pour les raisons évoquées dans l’article.

    Et si déménager les serveurs ne suffit pas, nous devrons alors nous poser la question de faire suivre notre siège social.

  5. Pingback: Des hébergeurs quittent la France apr&eg...

  6. ras le bol d’etre gouverner par des tocards pareils! les gens qui font des attentats doivent bien rigoler !
    ce que je pige pas c’est qui ils ont consultes pour monter une usine a gaz de plus surtout quand on sait
    qu’ils communiquent avec des gsm non repertories ou des portables en wifi non repertories non plus
    et puis il y a le reseau tor et aussi le vpn pour les connaisseurs enfin pauvre france pas grave on se connectera sur des serveurs a l’etranger ou la liberte d’expression est respectee dans tout les sens du terme
    sur ce bonne continuation dans ce pays de losers.

  7. Pingback: Des hébergeurs quittent la France après le vote de la loi sur le renseignement | NicoChagny.net

  8. Pingback: Marketing News | Des hébergeurs quittent la France après le vote de la loi sur le renseignement

  9. Pingback: Les 10 actus qu’il ne fallait pas rater cette semaine

  10. Pingback: Des hébergeurs quittent la France après le vote de la loi sur le renseignement | Tfun

  11. Pingback: Clair et lipide à nu | Clair et Lipide

  12. Pingback: SURVEILLANCE : De plus en plus d’hébergeurs quittent le pays après « la loi renseignement  | «Street Télé Virtuelle

  13. Pingback: Des hébergeurs quittent la France après le vote de la loi sur le renseignement | salimsellami's Blog

  14. Pingback: Des hébergeurs quittent la France après le vote de la loi sur le renseignement | boycott

  15. Ce gouvernement est l’ennemi des Français.
    I lle prouve chaque jour un peu plus.
    Il n’est qu’à entendre les salves verbales du premier ministre.

Répondre