Suivez-nous

Internet

Des sénateurs demandent à Amazon de cesser d’espionner ses employés

Les pratiques anti-syndicales du géant de la Tech sont vivement critiquées.

Il y a

  

le

 
Amazon Prime livraison
© Amazon

Amazon surveille-t-il les discussions de ses livreurs indépendants en ligne ? C’est en tout cas ce qu’affirmait Vice dans une enquête très étayée publiée en début de mois. Le géant de la Tech observerait les échanges dans des groupes Facebook fermés, des subreddits et sur Twitter. Les travailleurs d’Amazon Flex aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Espagne sont concernés.

Il est difficile de dire à quoi sert cet espionnage, dont les données recueillies remontent jusqu’à la direction de l’entreprise. Selon Amazon, il permettrait de faire remonter les préoccupations des chauffeurs-livreurs. Mais la compagnie observerait aussi les discussions gênantes pour repérer les travailleurs qui se plaindraient de leurs conditions de travail ou tenteraient de mettre en place des mobilisations collectives.

Amazon est connu pour son opposition aux syndicats

Dans la foulée de ces révélations chocs, deux sénateurs démocrates, Sherrod Brown et Ron Wyden, ont souhaité réagir. Ils ont adressé un courrier à Amazon pour dénoncer ces pratiques. Les mots ne sont pas tendres et dénoncent cette initiative sur le fond et sur la forme :

L’ampleur de cette surveillance, les efforts déployés par Amazon pour la garder cachée de vos propres travailleurs et son objectif avoué sont extrêmement inquiétants et indiquent à quel point Amazon perçoit ses propres travailleurs comme une menace. Nous vous exhortons à dénoncer immédiatement et à mettre fin à ses initiatives anti-syndicales (…) En outre, nous vous invitons à réaffirmer les droits des travailleurs d’Amazon, protégés par le gouvernement fédéral, à l’action collective et à former un syndicat. Il faut que votre entreprise annonce qu’elle restera neutre dans tout effort d’organisation que ses travailleurs choisiront d’entreprendre.

Cette dernière remarque n’est pas anodine. On sait de longue date que la firme de Jeff Bezos est extrêmement rétive à la formation de syndicats. Elle s’était notamment distinguée par le passé en proposant des formations anti-syndicales à ses managers. Plus récemment, la compagnie a diffusé des offres d’emplois visant à recruter des analystes en renseignements afin d’éviter la syndicalisation. Devant le tollé suscité par cette annonce, Amazon a finalement décidé de faire marche arrière.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Partenaire : Samsung

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests