[détox] Short Edition, distributeur d’histoires courtes dans les lieux publics

Short Édition est une maison d’édition au style original : elle ne publie que des histoires courtes et les distribue dans les espaces publics.

Notre génération est désormais habituée aux importants flux de messages et au fait que ces derniers sont relativement courts et rapides à lire. Ayant bien compris l’attirance du public pour les récits courts et les nouvelles possibilités offertes pour cette nouvelle forme de littérature et d’écriture, de nombreux acteurs innovants se sont engagés sur ce créneau.

Parmi ces acteurs des histoires courtes, on retrouve la maison d’édition Short Edition. Originaire de Grenoble, la jeune entreprise a même séduit le cinéaste américain Francis Ford Coppola qui a commande un distributeur d’histoires courtes pour son restaurant à San Francisco. Presse-Citron s’est entretenu avec Caroline de Cuverville, responsable communication et relations presse, pour une interview long format avec des réponses en format court !

>> Retrouvez tous nos articles de la série [detox]

Éditeur communautaire de littérature courte

Presse-Citron : En format court, qu’est-ce que Short Édition ?

Créé en 2011 à Grenoble par 4 entrepreneurs passionnés de littérature et de technologie, Short Edition est l’éditeur communautaire de littérature courte.

Aujourd’hui, la plateforme rassemble 200 000 lecteurs abonnés et 6 800 auteurs choisis par la communauté. 75 000 œuvres (nouvelles, poèmes, BD et TTC) sont en accès libre sur www.short-edition.com.

P-C : Quelle est votre vision ?

Sauver la lecture en ouvrant l’écriture à tous… et en proposant des contenus courts adaptés aux nouveaux modes de vie et aux nouveaux petits écrans nomades.

P-C : Quelles sont les missions que vous vous êtes données en créant Short Édition et quels sont les moyens mis en œuvre pour y parvenir ?

Notre mission : Faire gagner la littérature courte et les nouveaux talents !

Par tous les moyens : le numérique sédentaire (le bon vieux PC pas tellement portable), le numérique nomade (téléphone, tablette, liseuse) et le papier.

Et par la force de la communauté des lecteurs et des auteurs qui osent aimer les histoires courtes, tout ce qui se lit d’un trait, qui peut être aussi goûtu qu’un bon verre de vin ou qu’un bon plat !

Transformer les temps morts en temps de lecture

P-C : Comment est venue l’idée ?

Dans une société où les vies quotidiennes vont de plus en plus vite et où le temps devient précieux, Short Edition a pris le parti de transformer les temps « morts » en temps de lecture en diffusant gratuitement de la littérature courte sur tous les supports de diffusion. Short Edition contribue ainsi au développement et à la mise en avant de la littérature courte : tout ce qui se lit en moins de 20 minutes, nouvelles, poèmes, etc..

Nous souhaitons adapter la littérature au monde moderne par la conjugaison du court, de la communauté et de la technologie. Et nous le faisons depuis 5 ans en conjuguant le court (tout ce qui se lit d’un trait, en moins de 20 minutes), la communauté (c’est elle qui fait la sélection des œuvres et qui en assure le partage et la diffusion) et la technologie (qui permet de créer et de faire vivre cette communauté).

P-C : Quels types de publication proposez-vous ?

Toute fiction – en version intégrale – qui se lit en moins de 20 minutes. Les œuvres de nos auteurs sont publiées sur la plateforme de short-edition.com.

4 fois par an, les lauréats du Grand Prix du Court, sélectionnés par la communauté, sont publiés dans une revue « Short » disponible sur notre librairie en ligne et dans toutes les bonnes librairies… en ligne ! On peut y trouver des poèmes, des haïkus, des nouvelles, du classique… Il s’agit toujours d’œuvres complètes et inédites.

P-C : À part sur Internet, où peut-on vous lire ?

Partout ! Ou presque… Nous avons imaginé et conçu le Distributeur d’Histoires Courtes, une borne connectée à notre plateforme, qui offre des petits moments de lecture sur papyrus. Depuis son inauguration à Grenoble en octobre 2015, le Distributeur a reçu un accueil enthousiaste avec plus de 15 millions de partages sur les réseaux sociaux et plus de 600 articles, reportages ou interviews dans des médias du monde entier.

Le Distributeur d’Histoires Courtes, installé dans les lieux de grand passage, propose gratuitement de la lecture, sur lesquels sont imprimées les œuvres d’1, 3 ou 5 minutes de lecture. A ce jour, plus de 500 000 œuvres ont été distribuées, via 110 Distributeurs installés en France, aux Etats Unis et en Australie, dans les gares, les galeries commerciales, les aéroports, le métro parisien, les hôpitaux, les stations service, etc..

P-C : Généralement, les contenus courts (haikus, poèmes, récits brefs, bd courtes) se partagent sur les réseaux sociaux. Accompagnez-vous les auteurs pour que le contenu publié soit viral ou leur laissez-vous le champ libre ?

Depuis sa création, Short Edition a généré plus de 13 millions de lectures d’œuvres sur le site. Nos auteurs et lecteurs ont en effet le loisir de partager leurs lectures, leurs œuvres sur les réseaux sociaux.

De notre côté, nous communiquons régulièrement via Facebook et Twitter et Instagram. Fort de notre communauté d’auteurs et de lecteurs, nous avons mis en place, sur le site Short Edition, un espace de discussion, d’échanges constructifs et bienveillants : le forum. Chacun peut, dans le respect de notre charte, y trouver conseils, avis etc…

Short Edition fait le pari de renouveler le plaisir de la lecture à travers un gadget technologique, ludique et gratuit

P-C : Quel est l’avis des auteurs par rapport au contenu court ? Y a-t- il un réel intérêt de leur part ?

Le format court, très apprécié et reconnu dans la culture anglo-saxonne, l’est moins en France. Mais c’est en train de changer ! Les chiffres de la plateforme Short Edition parlent d’eux-mêmes : 200 000 lecteurs abonnés, 75 000 œuvres sur le site, 13 millions de lectures d’œuvres !

Nos auteurs ont du talent, et de l’intérêt pour cette forme d’écriture particulière, mais non moins complexe que peut l’être celle d’un roman. Chaque année, nous proposons à notre communauté un prix Haïkus (forme particulière de poésie japonaise) qui remporte un grand succès.

De la lecture adaptée aux nouveaux modes de vie

P-C : Pensez-vous que la tendance va de plus en plus vers les contenus courts ?

Oui ! C’est une autre forme de littérature, d’accès à la lecture pour tous qui s’adapte très bien aux nouveaux modes de vie et de consommation de la culture.

P-C : Aujourd’hui, quand on doit patienter 5 minutes quelque part, on sort son smartphone et on lit des articles courts. Comment Short Édition fait face à cette concurrence indirecte ?

Dans une société où les vies quotidiennes vont de plus en plus vite et où le temps devient précieux, Short Edition a pris le parti de transformer les temps « morts » en temps de lecture. Avec le Distributeur d’Histoires Courtes, Short Edition fait le pari de renouveler le plaisir de la lecture à travers un gadget technologique, ludique et gratuit !

Les contenus courts (1, 3 ou 5 minutes de lecture) sont parfaitement adaptés à ces petits temps de disponibilité. Les utilisateurs sont des passagers, voyageurs, clients, patients… toute personne qui, dans un lieu de passage ou d’attente cherche à optimiser ce temps, à se distraire autrement qu’en utilisant son smartphone… Ils apprécient de trouver ainsi, gratuitement, le moyen de s’évader, lire, découvrir un nouvel auteur, ou re-découvrir un texte ou poème d’un auteur de la littérature classique.

P-C : Vous avez également lancé les podcasts courts ? Quel est le principe ? Est-ce le même public qui est visé ?

Par le biais des podcasts, nous cherchons à différencier les moyens d’accès à la lecture, et à la littérature, varier les pratiques, utiliser les différents outils technologiques, faire découvrir une œuvre, un auteur différemment, à travers la lecture à voix haute par un comédien professionnel.

Pour transformer des temps morts – attente, break, transport – en temps riches et proposer des écoutes de 3 à 10 minutes. Pour lire, écouter, partager. En mobilité.

P-C : Quel est votre business model ?

Avec le Distributeur d’Histoires Courtes, nous avons inventé un modèle économique pour valoriser la création des contenus mis en ligne gratuitement sur Internet. Nous louons les distributeurs aux entreprises et institutions qui souhaitent améliorer l’accueil de leurs clients ou usagers, créer une relation spécifique avec eux, en leur offrant de la littérature… Cette diffusion et exploitation des créations de nos auteurs nous permet de financer des nouveaux outils de promotion de la littérature et de leur reverser des droits d’auteur.

P-C : Quelles sont les nouveautés à venir ?

Le Distributeur d’Histoires Courtes séduit bien au-delà de nos frontières et nous sommes actuellement en phase de déploiement à l’international. Via la francophonie tout d’abord : tout récemment, 5 Distributeurs d’Histoires Courtes installés à Conakry/Guinée, capitale mondiale du Livre pour l’année 2017. Puis via le développement de la plateforme en anglais et en espagnol, suite à l’implantation de Distributeurs aux Etats Unis par exemple (Penn State University) dans le prolongement de notre première vente à Francis Ford Coppola, qui l’a installé pour ses clients, dans son café, à San Francisco.


Alors que nous avons évoqué plusieurs fois dans Presse-Citron la volonté de nombreux médias de se lancer dans les formats longs, la littérature tente quant à elle une percée numérique dans le format court. Une nouvelle preuve que les tendances ne sont pas figées et que l’innovation, aussi bien en matière de journalisme que de culture, permet de proposer aux curieux et aux passionnées de nouvelles expériences d’apprentissage, de loisirs ou de découverte.

Et vous, vous préférez lire un article long format sur votre smartphone ou des mini-interviews à retirer dans des distributeurs ? Allez, à dans 15 jorus !


Short Edition, distributeur d’histoires courtes dans les lieux publics"]

Nos dernières vidéos

Répondre

Send this to a friend