Suivez-nous

Moteurs de recherche

Directive sur le droit d’auteur : Google refuse de payer les médias français

Pour ne pas payer les médias français, Google n’affichera plus les aperçus de leurs articles de presse, sauf pour les éditeurs qui accepteront les conditions de la firme de Mountain View.

Il y a

  

le

 

Par

Silicon Valley Google
© PxHere

La France s’apprête à transposer la directive européenne sur le droit d’auteur. Et Google vient d’annoncer comment il compte se mettre en conformité par rapport à l’article 11 de cette directive. Cet article établit un « droit voisin » qui donne le droit aux médias d’être rémunérés lorsque Google utilise des extraits de leurs contenus sur son moteur de recherche.

Mais contrairement à son concurrent Qwant, qui disait attendre les RIB des médias français, Google n’a pas l’intention de payer. La firme de Mountain View préfère ne pas afficher le contenu pour lequel il devrait payer.

« Fin octobre entrera en vigueur la nouvelle loi française sur le droit d’auteur qui accorde davantage de droits aux éditeurs de presse présents sur internet », explique Google dans un billet de blog. « Cette loi est la première transposition de la directive européenne sur le droit d’auteur, qui fut adoptée il y a quelques mois. Suite à cela, nous allons procéder à des changements dans la manière dont les résultats d’actualités apparaîtront dans notre moteur de recherche. Si vous êtes en France, vous verrez que certains résultats apparaîtront différemment. »

Moins de visibilité pour les médias français ?

Actuellement, Google peut présenter des liens d’articles de presse avec un aperçu (en plus du titre), incluant quelques lignes et parfois aussi une vignette. Mais lorsque la loi française sur le droit d’auteur sera en vigueur, le moteur de recherche n’affichera plus ces aperçus, sauf si l’éditeur de presse autorise Google à afficher les extraits gratuitement. Cela s’appliquera en France et pour les médias européens.

En substance, avec la façon dont Google va se conformer à l’article 11, les éditeurs de presse ne pourront espérer aucune rémunération. Et ceux qui n’autoriseront pas Google à utiliser gratuitement des extraits pourraient même être pénalisés en perdant du trafic.

Google s’était mobilisé contre cette directive. Le géant américain a par exemple menacé de fermer Google News dans les pays concernés. Celui-ci a également publié une étude d’après laquelle l’article 11 pourrait faire chuter de 45 % le trafic des sites d’info.  

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

3 Commentaires

3 Commentaires

  1. Eric

    25 septembre 2019 at 23 h 15 min

    Comme prévu, cette disposition totalement stupide va se retourner contre ceux qui l’ont demandée. On a vraiment des génies dans les médias français.

  2. aft

    26 septembre 2019 at 8 h 54 min

    Totalement d’accords avec @Eric. Google procure beaucoup de visibilité aux médias, avaient-ils besoin d’argent en plus ? Les internautes se tourneront vers ceux qui vont accepter que Google affiche un extrait gratuitement (comme RT…) et les autres s’en mordront les doigts.

  3. Beau Dominique

    27 septembre 2019 at 13 h 07 min

    Ce n’est plus l’argent qui intéresse GG, c’est la maîtrise des contenus. Les centimes d’aujourd’hui avec peu de pouvoir ou les milliards de demain avec une capacité de manipulation maximum !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests