Suivez-nous

Tech

Donald Trump continue de pénaliser certaines entreprises étrangères

Les conflits entre les États-Unis et Huawei sont encore d’actualité, et Donald Trump en rajoute.

Il y a

  

le

 
Donald Trump Maison-Blanche
© Darren Halstead / Unsplash

Donald Trump, le 45e président des États-Unis a signé cette semaine un texte de loi visant à couper les subventions américaines pour les entreprises étrangères qui sont considérées comme dangereuses pour la sécurité nationale. Évidemment, les sociétés chinoises Huawei et ZTE sont concernées par cette nouvelle réglementation.

Par ailleurs, la « Secure and Trusted Communications Networks Act » adoptée à l’unanimité par la Chambre des représentants des États-Unis et le Sénat, consacre un milliard de dollars aux opérateurs téléphoniques pour enlever puis remplacer les installations interdites. Depuis des mois, les États-Unis ont émis de nombreuses accusations envers Huawei.

Le leader mondial dans le secteur de la télécommunication, ainsi que l’un des plus gros fabricants de smartphones se voit reprocher des faits graves par le gouvernement Trump. Selon les États-Unis, Huawei aurait utilisé son omniprésence pour dérober des secrets commerciaux, commettre des fraudes informatiques et même se livrer à du racket. Ces conflits commencent à s’éterniser et Huawei continue de nier ces accusations en estimant que ce sont des allégations complètement injustes et infondées. Le géant chinois estime que ce ne sont que des manières pour entraver la concurrence et de redonner du pouvoir aux entreprises américaines.

Huawei en négociation avec la France

La Maison-Blanche a rédigé un communiqué de presse selon lequel cette législation : « aidera à protéger le réseau de communication vital de notre nation et assurera également que les États-Unis atteignent leur potentiel 5G ». En ce qui concerne le milliard de dollars consacré au remplacement des installations rurales, il ne devrait être versé que plus tard dans l’année. Cependant, la Rural Wireless Association a qualifié cette mesure de « première étape importante pour assurer le financement nécessaire au remplacement des opérateurs ruraux ».

Une nouvelle fois, il semblerait que les États-Unis cherchent à mettre des bâtons dans les roues de Huawei. En effet, l’entreprise chinoise est actuellement en plein progrès pour déployer son réseau 5G à l’étranger, et cette législation tombe pile au même moment. Au cours du dernier mois, Liang Hua, le président actuel de Huawei a annoncé que l’entreprise voulait investir 200 millions d’euros afin d’aider la France et plus globalement l’Europe à passer à la 5G.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests