Du pixel au papier, Brad-Pitt Deuchfahl ou l’histoire d’un blog devenu livre

Suite à la parution de son livre, Brad-Pitt Deuchfahl a accepté de répondre à quelques questions et de dévoiler en exclusivité pour les Presse-citronnautes la petite histoire de sa rencontre avec le monde de l’édition.

Brad Pitt Deuchfahl
(Illustration Diego Aranega)

Suite à la parution de son livre, Brad-Pitt Deuchfahl a accepté de répondre à quelques questions et de dévoiler en exclusivité pour les Presse-citronnautes la petite histoire de sa rencontre avec le monde de l’édition.

Brad Pitt Deuchfahl
(Illustration Diego Aranega)


Tu blogues depuis deux ans et demi, aujourd’hui tu sors un livre, tu peux nous expliquer comment ça s’est passé ?
Plusieurs éditeurs m’ont contacté. Les trois plus connus c’est les éditions Privé, M6 Editions et Flammarion.
Mariane Olivier des éditions Privé m’a contacté via le blog de Ron. Franck Tirlot de M6 éditions a découvert mon blog via le journal Citato (distribué gratuitement dans les collèges) et Guillaume Robert des éditions Flammarion m’a envoyé un mail pour me dire qu’il adorait mes textes et voulait les publier.

Les éditions Privé, M6 Éditions, Flammarion etc… quel éditeur as-tu choisi et pourquoi ?
Je voulais pas spécialement être édité. J’ai déjà un blog qui est lu par beaucoup de gens (7000 visiteurs/jour). Donc j’ai juste dit « être édité, pourquoi pas, mais à condition que tous mes textes restent en ligne pour que mes lecteurs puissent continuer à les lire gratuitement». J’ai dit aussi qu’il fallait m’envoyer un contrat, que je voulais pas me déplacer tant que je savais pas exactement ce qu’on me proposait.
Ils m’ont tous répondu « faut qu’on se rencontre, on peut pas envoyer un contrat par mail, et puis tes textes, tu sais, faudra sûrement en retirer de ton blog ». Alors moi j’ai dit « tant pis pour le livre ».
Mais y’en a un qui m’a dit ok pour tout. C’était M6 Éditions. 

Donc tu vas continuer à bloguer ? De la même façon ?
Oui. J’ai demandé que le contrat précise que M6 Éditions avait aucun droit sur mon blog. Je veux pas être obligé de faire des trucs genre mettre un lien vers la fnac ou amazone, parce que j’ai pas envie que les gens achètent mon bouquin.
Par contre si eux, ils en ont envie, ça vraiment, ça me fera super plaisir.

Pas de clause de "censure" avec ton éditeur ?
Pour la « censure », mon contrat dit quand même qu’il y a des choses que je peux pas écrire. Par-exemple je peux pas dire sur mon blog que mon éditeur, Franck Tirlot, a un petit zizi.
Mais bon ça va, je peux le dire sur le tien.

Tous les textes du livre ne viennent pas de ton blog, si ?
50 50. La moitié des textes viennent du blog et les autres sont des textes nouveaux. Comme ça, ceux qui connaissent déjà le blog vont découvrir des textes nouveaux (sur la communauté yavish par-exemple). Et les lecteurs du livre pourront trouver plein d’autres textes sur le blog.
Le livre c’est le bonus du blog et inversement.

Pourquoi ne pas avoir écrit un roman ?
J’ai écrit des textes courts, des nouvelles, qui sont rangées par ordre chronologique. Écrire des textes comme ça, c’est quelque chose que j’aime. Je voulais pas écrire un roman, parce que je suis pas romancier et qu’il faut pas essayer de faire l’étanchéité d’une douche quand on est pas plombier.
Et moi je voulais pas faire un livre qui prend l’eau.
Et puis surtout c’est ma vie que je raconte et ma vie c’est pas un roman. Ma vie c’est plutôt une succession de textes. Des fois des textes qui sont drôles. Et puis des fois d’autres textes.

Chez certains libraires, à la Fnac par-exemple, on trouve ton livre au rayon « jeunesse ».
Oui, je voulais que le livre soit au rayon des enfants parce que dedans je dis que le père Noël n’existe pas, que j’ai essayé de me sucer la bite tout seul et que je rêve souvent que j’ai des relations sexuelles avec ma mère[1]. C’est bien je trouve que les enfants puissent lire ça. Comme ça ils savent qu’ils sont pas seuls. C’est vraiment courageux de la part de la Fnac de faire ça.
En fait, pour la Fnac, je suis un peu le nouveau Harry Potter [2]

Il y a un plan media pour ce livre ?
Début novembre, pendant 15 jours, j’ai eu ma pub dans le magazine gratuit du Mac Do et ça c’était trop génial. Vendredi dernier y’avait aussi une pub pour mon livre dans le journal Le Monde. Sur internet il va y avoir des bannières de pub, sur M6.fr et sur Over-Blog (OB est partenaire pour cette édition). Télérama prépare un dossier sur moi. Et je crois qu’il doit y avoir des affiches aussi. Et d’autres trucs dont je peux pas parler.

On va te voir à la tv, t’entendre à la radio ?
Non… J’irai pas chez Fogiel déguisé en ordinateur. Pas besoin… y’a déjà tout ce qu’il faut sur internet : y’a Naguy, Nicolas Hulot et Dove Attia (je mets pas le lien). Y’a de quoi faire.

[1]Euh… ça ne m’est jamais arrivé, même enfant. (NDLA)
[2]Ou un genre de Petit Nicolas version trash ?


17 commentaires

  1. Même dans le dessin. ça fait pas du tout gamin ni dessin d’ado. C’est plutôt un très bon dessinateur qui s’amuse à faire des personnages au stylo bic bleu sur un cahier d’écolier; Des personnages expressifs, tant au niveau du visage que de la posture, en seulement quelques traits… c’est pas donné à tout le monde.

  2. C’est vrai qu’il y a trois éléments troublants dans tout ça :
    – il a refusé une interview par téléphone (mais ça arrive aussi à d’autres)
    – il n’a pas répondu à ma question sur son âge
    – il ne m’a pas filé la photo de lui que je lui avais demandé.
    Mystère 😉

  3. Je ne peux jurer de rien mais je pense que cet auteur travaille ou a déjà travaillé dans un collège. J’ai comme bien des gens une petite idée sur son identité mais je ne dirai rien pour la raison principale que si on révèle tout, ça ne sera plus aussi drôle.

  4. J’adore, je remercie le blog d’over-blog, c’est grâce à eux que j’ai découvert le livre avant le blog, avant ce cher Brad… J’adore, j’aime les gens vrais qui ont de la répartis et garde leur intégrité. Chapo bas, je reçois souvent des jeunes gens dans mon travail et j’ai vu peu d’ado se respecter autant et avoir une écoute aussi juste de la demande des autres. Longue vie à Brad!
    Marie-lore

  5. Pingback: Rémi Gaillard sur Eurosport : à la télé on embauche n’importe-qui | Presse-Citron

Commenter