DuckDuckGo : un moteur de recherche n’a pas besoin de vous suivre pour faire des bénéfices

Selon l’anti-Google, un moteur de recherche peut être profitable sans pratiquer de tracking.

PDG DuckDuckGo

Le moteur de recherche DuckDuckGo a été créé en 2008. Et pendant des années, tout le monde ignorait son existence. Mais lorsqu’Edward Snowden a commencé à révéler les dessous de la surveillance massive qui était menée par la NSA et les agences de renseignement des pays alliés des Etats-Unis, le trafic de DuckDuckGo a connu un bond exceptionnel.

A l’origine, Gabriel Weinberg, le PDG, a créé DuckDuckGo dans le but de proposer des résultats de recherche différents de ceux de Google. Mais après les premières révélations de Snowden, celui-ci s’est fait remarquer parce que contrairement à Google, il pratique le zero tracking, c’est-à-dire qu’il « ne vous espionne pas ».

Et actuellement, DuckDuckGo, ce n’est pas moins de 10 millions de requêtes par jour. Cette année, le site pourrait même totaliser 3 milliards de requêtes.

Cette réussite, DuckDuckGo la doit en partie à Edward Snowden et aux sites qui ont recommandé ce moteur de recherche parce qu’il ne vous espionne pas (et il vous évite d’être espionné par la NSA, ou pas). En plus de cela, DuckDuckGo a signé des partenariats avec Apple ainsi que Mozilla, qui lui ramènent pas mal de visiteurs.

Faire des profits sans avoir recours au tracking

Mais DuckDuckGo gagne-t-il suffisamment d’argent ? Durant une récente session AMA sur le site Hacker News, un internaute a demandé à Weinberg comment il fait pour maintenir DuckDuckGo en vie, financièrement.

Le PDG a répété le discours qu’il avait déjà tenu durant un entretient avec la chaîne CNBC : c’est vraiment un mythe qu’un moteur de recherche a besoin de suivre (ou espionner) les internautes pour générer des revenus.

Pour DuckDuckGo, si l’internaute recherche une voiture, il faut lui afficher une publicité pour une voiture. Ce serait aussi simple. Et par ailleurs, bien qu’il s’engage à faire du zero tracking, DuckDuckGo serait déjà profitable. Cependant, le PDG n’a pas donné d’avantage de détails concernant les bénéfices que son entreprise réalise.


Nos dernières vidéos

4 commentaires

  1. Bien sur qu’il n’y a pas besoin, mais un annonceur va toujours se diriger plus vers le cibler quitte a payer plus pour avoir LA cible qu’il veut.

    Prenons Kevin 16ans fan de ferrari, il tape: « acheter une ferrari » pour voir les prix. Il a une annonce d’un garage de ferrari pour en acheter une.

    Avec Google Kevin n’aurait pas eu cet annonceur, car Google sait que Kevin n’est pas majeur et donc n’est pas en age d’acheter/conduire une ferrari.

    Duckduckgo va peut etre proposer le CPC le plus bas à 50 cent et Google à 1.50€. Mais en payant plus tu es sûr d’avoir LA cible que tu veux dans LA region que tu veux, etc…

    Donc tant que traquer est légale, ceux qui traquent gagneront toujours plus. Et quant on a possibilité de gagner plus on en veut toujours plus…

    Personnellement, je ne suis pas contre le tracking pub, même pour car ça m’a permis de découvrir des produits. Je suis par contre, contre le fait que google nous mets dans une bulle pour ses résultats de recherches, car souvent je recevais des résultats plus pertinent une fois sortie de cette bulle (passage par TOR).

  2. Pingback: L’anti-Google vient de franchir un nouveau cap

  3. Pingback: L’anti-Google vient de franchir un nouveau cap

  4. Pingback: Coup de pouce d'Axelle Lemaire pour l’anti-Google français | Presse-Citron

Send this to a friend