Passer au contenu

Emploi : vos publications sur Twitter pourraient vous coûter cher

Les réseaux sociaux semblent avoir un impact sur le déroulement des carrières.

Vous devriez y réfléchir à deux fois avant de publier des contenus politiques sur les réseaux sociaux ou de liker des posts qui sortent un peu de la norme. C’est en tout cas ce que l’on peut retenir d’une enquête menée par la société de cybersécurité Kaspersky au Royaume-Uni.

C’est regrettable mais on sait en effet que les gens ont tendance à se faire une idée d’une personne rien qu’en regardant son activité en ligne. Ce jugement social se fait donc très rapidement et quand bien même il est faux, il est parfois difficile de s’en départir.

Cette idée est confirmé dans le sondage de Kaspersky puisque 32 % des répondants ont déclaré avoir été gêné par leurs publications passées lors d’un entretien d’embauche. Nous n’avons pas plus de précision à ce sujet mais on peut imaginer que dans certains cas, leur candidature n’a pas été retenue à cause de leur comportement en ligne.

Les réseaux sociaux offrent aussi parfois des opportunités d’emploi

De même, ils sont 38 % à dire que si leurs futurs employeurs pouvaient voir ce qu’ils postaient sur leurs comptes, ils n’auraient aucune chance d’être embauché. On peut également voir que les réseaux sociaux ont un poids dans les relations de travail. D’ailleurs 40 % des personnes interrogées se sont fait une opinion sur leurs collègues en voyant ce qu’ils publiaient sur Internet.

David Emm, chercheur principal en sécurité chez Kaspersky, précise : « Il peut être tentant de partager quelque chose en ligne parce que cela semble être une bonne idée sur le moment, mais cela vaut toujours la peine de prendre un moment pour réfléchir à la façon dont ce post sera perçu par les autres, en particulier ceux qui pourraient devenir vos employeurs ou vos collègues. (…) Il est donc sage de limiter la quantité d’informations partagées sur ces plateformes et d’utiliser les paramètres de confidentialité les plus élevés possibles pour limiter les personnes qui peuvent consulter nos informations. »

Pour autant, ces plateformes revêtent dans un certains cas un aspect positif. 73 % des millenials (personnes nées entre le début des années 1980 et la fin des années 1990 Ndlr) sondés disent avoir décroché un emploi en ligne et notamment via des messages sur des réseaux sociaux comme LinkedIn ou ailleurs.

Rappelons que de précédentes études ont déjà montré qu’il peut parfois être dangereux pour un demandeur d’emploi de trop exposer ses opinions politiques sur Internet. Les positions considérées comme « extrémistes » sont plutôt mal vues par les employeurs interrogés. Si vous souhaitez vous exprimer plus librement, il vaut donc mieux opter pour un pseudonyme, et penser à supprimer régulièrement vos publications passées.

📍 Pour ne manquer aucune actualité de Presse-citron, suivez-nous sur Google Actualités et WhatsApp.

Twitter
Twitter
Par : Twitter, Inc.
4.1 / 5
22,4 M avis
1 commentaire
1 commentaire
  1. Comme s’il n’y avait pas assez de preuves qu’il faut bannir toutes ces merdes🤣🤣🤣
    En même temps vu le niveau des cingles qui s’adonnent à ces zéros sociaux on peut dire que c’est bien fait pour eux!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *