Suivez-nous

Internet

En Allemagne, les nazis adorent WhatsApp

L’application Whatsapp sert de refuge à des groupuscules néo-nazis de l’autre côté du Rhin. Inquiétant ?

Il y a

le

WhatsApp, Facebook, Telegram
© DR

Des groupes aux noms très explicites sur WhatsApp

C’est une enquête qui donne froid dans le dos qui vient d’être révélée par le site BuzzFeed News. Ses journalistes ont identifié des groupes néonazis et antisémites sur la messagerie de discussion de Facebook, en Allemagne. Les membres s’échangeaient des messages haineux à l’égard des étrangers ou glorifiant Adolf Hitler, la solution finale et le 3e Reich. Les migrants semblent constituer une cible de choix.

Pour mener son enquête, le média a suivi neuf groupes différents, portant des noms qui ne laissaient pas de doutes sur leurs intentions : Ku Klux Klan International, The German Storm… A chaque fois, ce sont plusieurs dizaines de membres qui s’y retrouvent. C’est notamment via des réseaux numériques de l’extrême-droite qu’ils arrivent-là.

Un des éléments de rassemblement se trouvait notamment dans le détournement des émojis. Concrètement, avec la fonction stickers, certains envoyaient différents symboles comme des croix gammées ou les symboles des unités SS.

De la difficulté de modérer sur WhatsApp

Alors que l’État français veut désormais concurrencer WhatsApp avec Tchap, cette affaire met en valeur le défi d’une messagerie sécurisée.  La modération est peu ou prou impossible. Si l’entreprise se lance dans le fact-checking en Inde, ce genre d’approche est impossible ou presque sans la volonté des utilisateurs de participer activer au système.

La diffusion de ce genre de messages est interdit en Allemagne. Toutefois, les autorités n’ont pas de solution pour contrôler les messages qui s’échangent. WhatsApp qui répète ne pas avoir accès aux données échangées, se borne à demander aux internautes de modérer le contenu en le signalant. La distinction entre privé et public de WhatsApp complique aussi les choses. Quand un message peut toucher plus de 200 personnes, difficile de parler de sphère privée. Le problème concernerait aussi des échanges de contenus pédopornographiques selon une enquête du Financial Times en décembre dernier.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Pat

    22 avril 2019 at 11 h 54 min

    Les nazis adorent aussi les saucisses lentilles.
    Faut-il pour cela incriminer les saucisses-lentilles et les interdire ?
    Et montrer du doigt tous ceux qui mangent des saucisses lentilles ?

    Tiens, je suis sût qu’ils utilisent la ligne du RER A pour se déplacer et se rencontrer entre eux.

    Il faut donc absolument interdire le RER A. C’est évident.
    (Comme cela, ils ne pourront plus se rencontrer.)

  2. aitor

    22 avril 2019 at 14 h 36 min

    Commentaire de @Pat absolument judicieux et intelligent. Tout le contraire de cette époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans Prime Day 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests