Suivez-nous

Applications

L’Etat français sort un rival de Whatsapp plus sécurisé (et mieux surveillé ?)

L’État français a annoncé le lancement de Tchap, une messagerie instantanée privée visant à remplacer les services externes tels que Telegram ou WhatsApp. Voici comment le service fonctionne.

Il y a

  

le

 
Tchap messagerie État
© Tchap

Si Emmanuel Macron et le parti politique En Marche ont évoqué leur utilisation régulière de Telegram lors de l’investiture, l’État français se tourne désormais vers sa propre messagerie instantanée. Il s’agit de Tchap, un projet mené en collaboration avec la jeune pousse New Vector.

Tchap, une application « chiffrée de bout en bout »

Depuis mercredi 17 avril, l’application Tchap est donc officiellement disponible sur le Play Store et l’Apple Store. Malgré tout, il faut être en possession d’une adresse email en .gouv pour pouvoir bénéficier des services mis en avant par la messagerie. Cependant, il est tout de même possible de se connecter à l’application vient un lien envoyé par une personne qui dispose déjà d’un compte sur le service. Cela devrait permettre aux utilisateurs de se servir de la messagerie assez librement.

Actuellement, Tchap permet d’envoyer du texte, des photos, des fichiers, des liens et des vidéos. Il est possible de discuter avec une seule personne ou plusieurs, comme c’est le cas sur de nombreuses messageries, dont Messenger, Telegram, Signal et autres. Néanmoins, l’application ne dispose pas encore des appels audio ou vidéo, des fonctionnalités qui devraient être ajoutées très bientôt, précise Nadi Bou Hanna, le directeur interministériel du numérique.

Tchap messagerie État UX

© Tchap

Pour ce qui est de la sécurité de Tchap, Nadi Bou Hanna assure que l’application est « chiffrée de bout en bout », mais également hébergée sur des serveurs appartenant à l’État. En conséquence, cette nouvelle solution devrait éviter qu’une fuite ou un vol de données ne puisse avoir lieu, une situation qui pourrait arriver plus facilement si l’État français utilisait un service externe. De plus, Tchap se base sur un projet open-source, ce qui signifie que tout le monde peut le consulter.

Malgré tout, les documents et discussions classés secret défense ne devraient être échangés sur Tchap, car ce type de sujets passent par d’autres canaux encore plus sécurisés.

Concernant le nom de Tchap, il s’agit d’un hommage rendu à Claude Chappe, l’homme à l’origine du réseau de télégraphe Chappe qui a été mis en place sous la Révolution.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

11 Commentaires

11 Commentaires

  1. Dodutils

    18 avril 2019 at 22 h 25 min

    Tchat rival de whatsapp ?? je rigole, vous croyez vraiment que cette pauvre appli franco-française utilisable de surcroît uniquement avec un e-mail en .gouv peut rivaliser même de très très loin avec le milliard d’utilisateurs que possède whatsapp ???

    • Fafa

      19 avril 2019 at 6 h 32 min

      Tu préférés que les membres du gouvernement Francais échangent aux yeux et vues d une societe d une puissance étrangère ?

      • Zetura

        19 avril 2019 at 9 h 56 min

        Ils disent bien utiliser Telegram, qui est un projet Open source comme Tchap et n’appartient à aucune multinationale, ni aucun gouvernement !

      • Dodutils

        19 avril 2019 at 12 h 23 min

        Je n’ai jamais dit que les membres du gouvernement ne devaient pas utiliser TChat (bien au contraire je pense que c’est une aberration d’utiliser whatsapp pour des communications confidentielles au sein du gouvernement) j’ai juste dit que vu l’usage ça ne sera en aucun cas un « rival » de whatsapp contrairement à ce qui est annoncé dans le titre de l’article et c’est justement le titre mal choisi que visait mon commentaire.

  2. François

    19 avril 2019 at 0 h 12 min

    Le but n’est pas d’avoir 1 milliard ou plus d’utilisateurs mais d’avoir une messagerie instantanée entre des personnes de l’état. Simple non ?

    • Dodutils

      19 avril 2019 at 12 h 11 min

      Mon commentaire visait le titre de l’article que je trouvais inadapté car il s’agit d’apporter une solution de messagerie sécurisée souveraine destinée au personnel de l’administration et du gouvernement donc en aucun cas il n’y a « rivalité » avec whatsapp d’autant que ces personnes continueront certainement à utiliser whatsapp pour les communication personnelles. J’aurais plutôt utilisé le terme « alternative » que rivalité dans le titre.

  3. Fafa

    19 avril 2019 at 6 h 29 min

    Tchap après Citadel by Thalès, il faudrait un peu de cohérence car l intérêt de ce type de service est de ne pas multiplier les solutions de webrtc pour les utilisateurs

  4. edouard

    19 avril 2019 at 15 h 10 min

    Quand tu vois qu’on viens d’etre déclassé a la 32 place des démocratie/liberté je rajoute un VPN a watsapp oui plutôt

  5. nam1962

    19 avril 2019 at 19 h 29 min

    Assez épatant !

    L’État promeut le SILL (socle interministeriel de logiciels libres)et s’en va faire une bidouille qui foire alors que Telegram et surtout Linphone sont disponibles (avec en plus les fonctionnalités que n’a pas ce tchap…

    Eh bien j’en reste pantois…

  6. Seb

    22 avril 2019 at 12 h 22 min

    Le titre est clairement trompeur et inadapté puisque cette application est uniquement dédié aux fonctionnaires d’état qui disposent d’une adresse en .gouv
    Il n’y a donc aucune rivalité à voir puisqu’elle est destinée à un usage précis, pour un public précis.

    • Dodutils

      22 avril 2019 at 14 h 25 min

      C’est exactement ce que j’ai indiqué dans un précédent commentaire il n’y a pas de rivalité juste une alternative pour un usage particulier qui n’empêchera pas les personnes de continuer à d’utiliser whatsapp pour leurs communications personnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests