Suivez-nous

Réseaux sociaux

Et si vous étiez fichés par Facebook comme un danger ?

Facebook tient un listing des personnes qui peuvent être considérées comme un danger pour l’entreprise ou Mark Zuckerberg.

Il y a

  

le

 

Souriez, on vous espionne

D’ici quelques jours, vous pourrez savoir tout des annonceurs qui vous contactent sur Facebook, des informations qu’ils ont sur vous. Pourtant, une entreprise qui a peut-être aussi un profil sur vous ne figurera pas dans la liste. Facebook.

En effet, on apprend que Facebook possède une liste de gens à surveiller. Une liste qui aurait vu le jour en 2008, soit il y a plus de 10 ans. Qui figure dans cette liste du réseau social ? Des gens lambda qui ont fait l’erreur de laisser un message menaçant contre Facebook ou Mark Zuckerberg. Des individus qui sont désignés en interne sous le nom de « Bolo » (be on lookout : ceux qu’il faut surveiller). On y trouve des centaines de personnes.

Facebook joue à Big Brother

L’idée vous semble un peu trop grosse ? Vous n’y croyez pas ? Première leçon, vous avez vraiment confiance en Facebook au vu du nombre d’affaires qui ont été révélée ces derniers mois.

Mais surtout, l’information est confirmée par des anciens employés mais aussi des actuels. Pour l’un d’entre eux, c’est simple :

C’est un peu Big Brother.

Concrètement le réseau social possède un profil détaillé : nom, prénom, photo et même géolocalisation de ces individus. Dans le lot, on trouverait des personnes qui ont juste écrit « Fuck you Mark ». Une personne qui venait au siège n’a pas eu le droit de rentrer puisque son nom figurait dans la liste.

Alors que l’entreprise fait déjà face à une amende de plusieurs milliards de dollars pour le scandale Cambridge Analytica, on serait tentés de penser que cette affaire ne va pas vraiment arranger ses affaires…

Facebook se défend toutefois en expliquant respecter les normes de l’industrie. « Notre équipe de sécurité utilisent des mesures conformes aux normes de l’industrie pour détecter et contrer les menaces crédibles de violence contre nos employés et notre entreprise ».

Source

Facebook
Par : Facebook, Inc.
3.7 / 5
104,3 M avis
1 commentaire

1 Commentaire

  1. Patrick

    16 février 2019 at 15 h 06 min

    Dans l’absolu, garder dans ses dossiers les noms et fonction des personnes qui veulent vous descendre, cela se comprend. Et qu’on leur interdit l’entrée dans son entreprise, aussi.

    Là où ça ne va plus, c’est quand on se met à surveiller tout ce qui dit, fait ou écrit ces personnes. Là, c’est illégal. Seul un juge d’instruction muni du mandat approprié peut exercer ce droit.

    D’ailleurs, c’est aussi valable pour toutes les personnes en général.
    Les surveiller et enregistrer ce qu’elles font est illégal. Que les GAFAM respecte déjà ces droits fondamentaux seraient le bienvenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests