Suivez-nous

Startups

Face au coronavirus, les startups entre optimisme et sauve-qui-peut

La situation diffère selon les pays mais à l’instar des autres secteurs économiques, le monde de la Tech est très impacté par la pandémie de coronavirus.

Il y a

  

le

 
French Tech
© French Tech

Les chiffres sont très frappants et illustrent bien l’arrêt brutal de l’activité économique lié à l’épidémie de coronavirus. Selon l’Insee, les créations d’entreprises ont baissé de 25,5 % en France lors du mois de mars. Avec le confinement, l’impact semble particulièrement important dans les services, avec une baisse de 36,8 % dans l’hébergement et la restauration. L’industrie s’en tire à peine mieux avec une chute de 34 %, suivie de la construction : -32,7 %.

Les startups françaises restent optimistes

Face à cette crise qui frappe l’ensemble de l’économie, le monde de la Tech n’est bien sûr pas épargné. Mais les entrepreneurs semblent globalement aborder ce moment avec lucidité sans pour autant se laisser abattre. C’est en tout cas ce qui ressort du baromètre VCs mené par Chausson Finance. Ce sondage, relayé par nos confrères de Maddyness, a permis d’interroger 120 dirigeants d’entreprises dont les deux tiers figurent dans la French Tech 120 et le Next40.

Concrètement, 47 % des entrepreneurs voient la crise actuelle comme une menace, contre 53 % qui estiment qu’il s’agit d’une opportunité. Pour 65 % des dirigeants en revanche, la période actuelle a un impact négatif à très négatif sur la société. Mais 31 % d’entre eux pensent néanmoins que cela génère une opportunité.

Le sondage permet également de voir comment les startups tricolores s’adaptent au confinement. Dans ce contexte, il est bien difficile de maintenir le cap même si 38 % des répondants ont déclaré se concentrer sur leur croissance. Depuis le début de la crise, neuf entreprises sur dix ont eu recours à des aides publiques ou privées. Le chômage partiel est aussi une solution privilégiée dans 70 % des cas. Il faut d’ailleurs noter que l’état français a annoncé un plan de 4 milliards d’euros pour aider les startups hexagonales.

Aux États-Unis, la crise provoque déjà des licenciements dans la Tech

Le relatif optimisme des entrepreneurs tricolores ne ressemble en rien à la situation outre-atlantique où les pertes d’emplois sont massives. En à peine un mois, plus de 20 millions d’Américains ont demandé une allocation chômage pour la première fois. Les startups ne sont pas en reste et l’une d’elle s’est même faite remarquer pour ses méthodes peu élégantes. Trois cents salariés de l’entreprise californienne TripActions ont en effet été licenciés le 24 mars dernier… par visioconférence.

La crise touche aussi des entreprises très symboliques. C’est notamment le cas de Yelp l’application connue pour ses recommandation de commerces locaux. Le confinement la frappe de plein fouet comme l’a expliqué Jeremy Stoppelman, son PDG : «  Les mesures de distanciation sociale et de confinement sont d’une importance cruciale en vue d’infléchir la courbe. Mais elles assènent aussi un sacré coup dur aux entreprises locales qui représentent le fondement même de notre mission. » Le dirigeant a donc choisi de licencier 1000 employés sur les 6000 que compte Yelp et 1100 autres sont contraints à un congé non-rémunéré.

De son côté, GoPro vient d’annoncer son intention de réduire de 20 % ses effectifs, soit 200 salariés. Le constructeur de caméra d’action doit faire face à des difficultés depuis quelques années et la pandémie de coronavirus ne va rien arranger. L’entreprise va désormais tenter de se recentrer sur la vente en ligne pour limiter les dégâts en ces temps de distanciation sociale.

Le confinement impacte aussi fort logiquement Airbnb. L’entreprise vient de réaliser deux levées de fonds successives à un milliard de dollars.  « Toutes les actions que nous avons menées au cours des dernières semaines garantissent qu’Airbnb sortira de la tempête de la pandémie encore plus forte, quelle que soit la durée de la tempête », rassure le cofondateur Brian Chesky.

La liste des entreprises frappées par la crise est encore longue mais à l’image de leurs homologues français et du reste de la population, les dirigeants américains espèrent que le confinement sera le plus court possible, pour éviter une accumulation des pertes.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests