Suivez-nous

Applications

FaceApp tente de rassurer ses utilisateurs à propos de la confidentialité

La célèbre application qui permet de modifier les traits du visage des sujets qu’elle prend en photo nous informe qu’utiliser son service n’est pas risqué, alors que certains s’en inquiètent.

Il y a

le

FaceApp
© FaceApp / Presse-Citron

Si vous aviez prévu de vous servir de FaceApp cette semaine, voici quelques informations utiles concernant les droits que vous lui accordez lorsque vous choisissez de jouer avec pour paraître plus jeune ou plus vieux. Suite aux demandes de journalistes américains, le fondateur du service précise ne « pas vendre ni partager de données utilisateurs à des tiers ».

Il y a une semaine, le site TechCruch avait en effet mis en lumière certains faits troublants concernant la vie privée de ceux qui ont téléchargé ce outil, qui fait appel à de l’intelligence artificielle, et est développée en Russie depuis environ deux ans. Ce n’est pas le premier scandale qui touche la startup, puisque ses problèmes de blackfaces avaient aussi fait la une il y a peu.

Quel est le souci ?

Le nouveau problème, c’est que FaceApp peut en fait accéder aux photos qui sont stockées sur un iPhone -dont le modèle XS est toujours disponible- alors même que l’utilisateur a décidé de ne pas l’y autoriser. Je m’explique : sur les appareils Apple, il est possible, tout comme sur Android, de limiter les autorisations accordées à une application, et donc, par exemple, de lui interdire de lire la galerie d’images.

Sauf qu’il y a un hic. Non seulement c’est une action qui doit être entreprise par le mobinaute, mais cela ne concerne pas une fonctionnalité assez surprenante qui consiste à donner à une app la possibilité de n’avoir accès qu’à une seule photo, comme vous pouvez le voir sur le tweet ci-dessous. Une astuce que plusieurs éditeurs exploitent depuis son introduction avec iOS 11.

La réponse apportée par FaceApp

Contacté par Matthew Panzarino, passé aussi par The Next Web, le développeur de l’application se veut donc rassurant. Il indique tout d’abord que, bien que les photographies uploadées par les utilisateurs passent par le cloud pour être traitées, elles ne sont hébergées que pendant 48 heures maximum pour la majorité d’entre elles, et chez AWS ou Google Cloud.

Sauf que même si la Russie non plus, Amazon et Google ne sont pas des exemples en matière de respect de la vie privée. Les GAFAM sont ainsi régulièrement épinglés pour les risques de leurs produits, comme Microsoft en Allemagne. Une entreprise chez laquelle Yaroslav Goncharov, le CEO de FaceApp, a d’ailleurs déjà travaillé, avant d’être recruté… Par Yandex.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

1 commentaire

1 Commentaire

  1. S4bgob

    18 juillet 2019 at 10 h 40 min

    « le développeur de l’application se donc rassurant. »
    « Sauf que même si la Russie non plus, Amazon et Google ne sont pas des exemples (…) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Advertisement RED

Les tests