Facebook désactive la reconnaissance faciale en Europe

Dans un communiqué publié vendredi dernier, Facebook déclare suspendre la fonctionnalité de reconnaissance faciale de son réseau social dans l’Union Européenne.

C’est depuis juin dernier, que la fonctionnalité de reconnaissance faciale de Facebook se fait par défaut sans le consentement des individus en Europe. Une atteinte à la vie privée des individus selon certains qui s’étaient émus qu’un tel service soit autorisé. En particulier, les autorités allemandes et norvégiennes et plus précisément les instances en charge de la protection des données dans ces pays avaient émis des réserves sur la fonction.

Face à la grogne des pays européens, la société de Mark Zuckerberg s’est fendue d’un communiqué de presse vendredi dernier dans lequel elle annonce la suspension de la fonctionnalité de reconnaissance faciale en Europe. De surcroît, les données existantes sur les utilisateurs vont être effacées d’ici le 15 octobre.

Le siège social de Facebook en Europe est situé à Dublin en Irlande. De facto, l’autorité compétente pour le Social Network en Europe est le Data Protection Commissioner (acronyme anglais de DPC). L’annonce de cette suspension par Facebook intervient dans le cadre de la publication par cette autorité basée en Irlande de son rapport sur le réseau social.

Le DPC ainsi que les autorités allemandes compétentes par la voix du ministre chargé de la protection des consommateurs se réjouissent de cette suspension.

Intrusive, la fonction compare automatiquement des photos qui sont mises en ligne avec d’anciennes, et suggèrent alors les noms des personnes présentes sur les photos.

Toutefois, Facebook ne renonce pas tout à fait à la reconnaissance faciale et précise qu’elle va plancher sur « la façon appropriée d’obtenir le consentement des utilisateurs pour ce type de technologie selon les règles européennes. » Facebook n’a donc pas dit son dernier mot en termes de reconnaissance faciale.


Nos dernières vidéos

Un commentaire

  1. Bonjour,

    C’est en décembre 2011, que les autorités irlandaises avaient sommé Facebook de revoir sa politique en matière de données privées. Aujourd’hui, elles se déclarent satisfaites des résultats.
    Il est indispensable que les utilisateurs puissent décider eux-mêmes, de ce q’ils souhaitent faire ou ne pas faire, dans leur profil, sans pour cela que leurs données puissent être stockées à leur insu, et sans leur autorisation.
    Cordialement.Benoît

Répondre