Facebook Disconnect et Facebook Blocker, les deux extensions que Facebook va détester

Les avantages de Facebook contiennent pour certains leurs propres inconvénients : la facilité avec laquelle vous développez votre réseau et interagissez avec lui est proportionnelle au nombre de données personnelles que vous laissez sur la toile, principalement aux mains de sociétés qui ciblent votre comportement sur internet. Sans parler des failles de sécurité, encore fréquentes.

Les avantages de Facebook contiennent pour certains leurs propres inconvénients : la facilité avec laquelle vous développez votre réseau et interagissez avec lui est proportionnelle au nombre de données personnelles que vous laissez sur la toile, principalement aux mains de sociétés qui ciblent votre comportement sur internet. Sans parler des failles de sécurité, encore fréquentes.

Bref, pour nombre d’internautes, Facebook c’est le mal, mais en même temps il devient difficile de s’en passer. C’est à cette question que répondent deux services qui ont émergé presque simultanément ces derniers jours : Facebook Disconnect et Facebook Blocker.

Facebook Disconnect, créé par Brian Kennish, un ingénieur de chez Google sur son initiative personnelle et en dehors de ses heures de travail, est une extension pour Google Chrome qui « coupe » la relation entre les sites que vous visitez et les serveurs de Facebook. Pour bien comprendre, il faut savoir que Facebook est informé de chaque visite que vous faites sur un site qui utilise Facebook Connect. Plus d’un million de sites ont ainsi accès à vos données de navigation. L’extension Facebook Disconnect empêche la transmission de ces données. Comme cela paraît trop beau pour être vrai, et que le plugin a été développé en une journée, on se posera inévitablement deux questions : est-ce vraiment fiable ? Si c’est aussi simple, comment se fait-il que personne n’y ait pensé avant ?

> Lire aussi :  La reconnaissance faciale identifie un premier imposteur dans un aéroport américain

Facebook Blocker, développé par une agence web américaine basée en Floride, agit un peu de la même façon, avec un objectif différent mais un même résultat visible : « nettoyer » le web de toute présence de Facebook. Facebook Blocker, disponible sous forme d’extension pour Google Chrome, Firefox et Apple Safari, supprime des pages web tous les boutons « Like », listes de recommandations et autres plugins sociaux siglés Facebook. Selon ses auteurs, il « devrait » aussi empêcher tout script Facebook de tracer votre historique de navigation.

J’ai installé et testé ces deux plugins gratuits, l’un sur Safari et l’autre sur Google Chrome, et en effet sur la homepage Presse-citron, les boutons Like et la liste de recommandations Facebook ont disparu, comme vous pouvez le voir sur les deux captures d’écran ci-dessous.

Le syndrome du talon d’Achille

Reste à savoir combien de temps il faudra à Facebook pour contourner ces extensions, qui de prime abord flinguent une fonction vitale pour lui et qui remettent un peu les choses en perspective en faisant d’un coup apparaître le réseau social comme un colosse aux pieds d’argile : la revente des données des internautes à ses partenaires et aux annonceurs est le fonds de commerce de Facebook (même si l’on voit que cela n’est pas aussi rentable que l’on imagine). Comment imaginer qu’un simple bout de code puisse ainsi fragiliser la base même de l’édifice ?

> Lire aussi :  Facebook triche avec vos données pour cibler les publicités

Bon cela étant, mon titre est incomplet : il n’y a pas que Facebook qui va détester ces extensions. Les éditeurs de sites, et pas seulement ceux qui utilisent Facebook Connect, risquent également de ne pas voir cela d’un très bon œil. D’ailleurs, ne les installez pas, cliquez plutôt sur le bouton « J’aime », là juste en-dessous à gauche 🙂


44 commentaires

  1. Pour rassurer tout le monde : ce genre d’extension n’est absolument pas une nouveauté.
    NoScript pour Firefox fait cela depuis de nombreuses années.
    NoScript ne cible pas particulièrement fesse-bouc, là est la différence.
    Avec NoScript on bloque tous les sites louches qui cherchent à vous pister via javascript.
    Il y a ghostery également mais lui vise explicitement les marqueurs de fréquentation (et donc pas seulement en javascript).

    Ce dont je me rendscompte avec le temps c’est que bon nombre de sites n’utilisent presque entièrement que des fonctions issues de fesse-bouc afin d’assurer le fonctionnement du site.
    Résultat : en bloquant la fesse le site est inutilisable.
    Alors, fesse-bouc le prochain flash ?
    Db
    Db

  2. Ce sont des extensions a utiliser en priorité si on ne veut pas devenir de la chair à saucisse à la disposition des multinationales de l’high tech, de la mode ou de l’agroalimentaire.
    Je pars du principe que je veux dépenser mon argent (durement gagné) comme je le veux, avec qui je veux et non comme des commerciaux et des conseillers en communication veulent que je le fasse.
    Je voudrais simplement faire remarquer que partout où on va, on est envahis par de la publicité ou par du flicage sur les pages que l’on visite. Même sur Presse-Citron !
    En définitive et comme Presse-Citron est plus intéressant que le pub et que ce n’est pas Eric qui va supprimer le bouton Facebook, je préfère, de mon propre chef, supprimer le bouton Facebook de SON site.

    J’aime bien l’analogie entre Facebook et Fesses-Bouc. A chaque fois, j’entends Zuckerberg dire : « lèche-moi le c.l , internaute ignare ! ».

    Merci Eric pour nous avoir signalé ces deux extensions et surtout : cliquez sue le bouton Facebook avant d’installer ces extensions, juste pour que çà arrive aux oreilles du régisseur universel du code de la propriété (MZ).

  3. Difficile de s’en passer ?
    La tu y vas un peu fort, j’y suis resté 3 semaines, quand j’ai vu la médiocrité ambiante, je me suis cassé.
    Et depuis, je vis très bien sans.
    Autre truc dingue, j’ai arreté de fumer.
    Et ça aussi je vis très bien sans.

  4. J’utilise également Blocksite pour Firefox, en ajoutant les adresses http et https de facebook, j’ai fait disparaître tous les boutons et autres références de Facebook (l’extension retire même les liens qui y conduisent).

  5. Que des gens de Google se mettent à lutter pour la protection de la vie privée des internautes m’amusera toujours.

    A quand un Google Analytics Blocker développé chez Google ? Ca aussi, ça ferait plaisir à tout un tas de gens qui ne réalisent pas que tout ce qu’ils font en ligne est connu par la firme américaine. Bien plus que Facebook ou d’autres.

    D’un autre côté, lutter contre un truc invisible, ça n’a pas d’intérêt, alors que lutter contre un concurrent potentiel qui en plus a déjà de nombreux détracteurs, ça c’est bien !

  6. Une amie a activé le lien de facebook à Spotify…
    Sur son profil facebook il y a son age et le fait qu’elle soit célibataire…
    Elle s’est retrouvé avec des pubs « Quelle Cougar êtes-vous ? » sur Spotify… un peu glauque

    Je vois pas d’autre explication que le partage des infos…
    Si c’est pour de la pub La Redoute ou autre ok mais là…

  7. Ah ça c’est une bonne nouvelle. T’imagines, tous tes amis facebook savent que t’as lu l’article sur les charentaises sur le site newsquicraignent.fr ?
    Ouais, la honte.
    Moi je n’ai pas installé facebook connect sur mon blog. J’ai préféré « comment luv » qui affiche le dernier article de mes commentateurs mais uniquement s’ils cochent la case correspondante. Et il faut le faire à chaque fois donc pas de partage par inadvertance.

  8. @romancier : Facebook n’a pas du tout commencé comme une plate-forme de présentation pour les artistes (ce qui était plutôt le cas de MySpace), et d’ailleurs, il est toujours très mauvais pour ça. Facebook a débuté en tant que réseau de mise en relation entre étudiants à Harvard.

  9. @Patrick : comme indiqué dans l’article ces deux projets n’ont rien à voir avec Google. Il se trouve que le gars qui a développé Facebook Disconnect bosse chez Google mais c’est un projet personnel. Je ne pense pas que Google s’amuserait à ça…

  10. @Thomas Sihapanya
    Et perso je ne comprendrai jamais comment on peut laisser faire une telle collecte.
    Qqun viendrait chez toi collecter ce genre de données tu serais le premier à grogner.
    Ensuite, ce n’est pas parce qu’on n’a rien à se reprocher qu’il faut tout raconter.
    Ces informations peuvent très bien être utilisées contre nous dans n’importe qu’elle occasion.
    Db

  11. Il fallait continuer à vivre tout nu dans les bois si ça posait un problème… Tout est payant, d’une manière ou d’une autre. Maintenant je connais peu de gens qui seraient prêt à payer un abonnement pour dire qu’ils sont mal réveillé aujourd’hui à 90 pseudo amis dont 70% qu’ils n’ont sûrement pas vu depuis l’école primaire. Bravo à tous ces gens et sociétés qui créent un besoin à l’échelle mondiale et qui en font une source de profit !

  12. Simon > Je passe l’argument sur les gens tout nus. Mais c’est vrai que si les utilisateurs de facebook savaient quel est le prix réel à payer, ils seraient moins nombreux. « En vous inscrivant, vous acceptez que nous sachions tout de votre navigation. » Je pense que c’est dissuasif comme cluf.

    D’autre part, je rejoins Db sur le fait que tout n’est pas bon à dire / montrer.

  13. A ceux qui ne se rendent pas compte de la portée que peut avoir la publication de données personnelles, voici un petit exemple rigolo qui n’est pas très marrant pour le principal intéressé :
    Vous avez cliqué sur « J’aime » quand vous étiez sur un site pharmaceutique et tout vos amis sont au courant que vous aimez les tubes de « Préparation H ».

    Et si votre banquier allait faire un tour sur Facebook avant de vous autoriser un crédit ? Est-ce que vous verriez un inconvénient à ce qu’il apprenne que vous avez un souffle au coeur ou que vous êtes séropo ?

    Ne pensez pas que les données personnelles s’arrêtent aux photos de soirées trop arrosées.

  14. Pingback: Alain Levy is watching Big Brother

  15. Pingback: Facebook Disconnect et Facebook Blocker, les deux extension que Facebook va détester « Veille du Net.com

  16. De plus en plus de marques souhaitent bénéficier de la technologie social personalization de Facebook pour permettre à l’internaute de préciser s’il aime ou non un produit et de partager cette information avec ses amis.

    Ce qu’il faut savoir, c’est que tant que vous n’êtes pas connecté sur Facebook, l’info n’est remontée ni à Facebook, ni à vos amis. Sur le site de Nokia, chauqe modèle de téléphone est donc accompagné de la mention « X personnes recommandent ça. Soyez le premier parmi vos amis ». Et dès que vous activez votre compte Facebook, tous vos amis, y compris Facebook sont informés. Sans action de votre part, personne ne le sait.

  17. Pingback: Avec Firesheep, piratage et usurpation d’identité sur Facebook deviennent un jeu d’enfant | Jérôme Bouchon

  18. Pingback: Application Facebook, TweetingMachine… [Lu sur la blogosphère] | Webmarketing & co'm

  19. Facebook, c’est ringard au possible, sérieux c’est la honte ce truc pour madame Michu qui a découvert le web en 2001.
    En plus ça tue la créativité sur internet, vive les petits blogs bien informes et décentralisés…

  20. super ! on en voudrait plus des plug-ins comme ca, enfin un moyen de forcer ces corporations webesques a evoluer vers de la pub vers des produits a contenu, et non juste des lignes comptables.

    very very happy 🙂

    PS: est-ce que presse-citron confirme la philosophie pour son blog?

  21. bonjour
    hé bien je vois que je ne suis pas le seul anti -F*****
    j’ai lu un article que je ne retrouve pas sur le VOL des coordonnées perso en cliquant simplement sur « j »aime »en lisant une info .
    je râle a la maison car maman et les mômes se sont collé la dessus sans réglage ,bonjour les données piquées ,perso adblock utilisé pour le moment sur mon pc perso .
    en tout cas je test ,merci 😉

  22. Pingback: WidgetBlock cache les widgets des réseaux sociaux

  23. Pingback: Avec Firesheep, piratage et usurpation d’identité sur Facebook deviennent un jeu d’enfant – Work Wild Web @ b2bWeb.fr

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.