Suivez-nous

Réseaux sociaux

Facebook : quand Messenger Kids permet à des inconnus d’entrer en contact avec les enfants

Un bug présent dans les chats de groupe de Messenger Kids pouvait potentiellement permettre à des utilisateurs non validés par les parents d’entrer en contact avec leurs enfants. Facebook annonce avoir depuis rectifié le tir.

Il y a

le

messenger kids
© Facebook

En décembre 2017 Facebook lançait Messenger Kids. Cette application dédiée aux plus jeunes ressemble à la messagerie des adultes avec les stickers, GIFs, filtres et autres emojis, mais elle met avant toute chose l’accent sur la sécurité. Ainsi, un système de contrôle pensé avec des centaines de parents a été mis en place. Une fois le compte configuré, l’enfant peut se connecter avec des personnes sélectionnées en amont. L’écran d’accueil lui permet de visualiser les utilisateurs autorisés et ceux qui sont connectés et disponibles.

Il semble bien que ce contrat de confiance passé entre Facebook et les parents ait été rompu. Un défaut de conception a permis à des utilisateurs d’entrer en contact avec des enfants sans qu’ils n’aient été auparavant approuvés.

Les ennuis s’accumulent pour Facebook

Il s’agit en effet d’un bug qui a frappé les discussions de groupe de la Messenger Kids. Alerté, Facebook a immédiatement fermé ces dernières et s’est fendu d’un message plutôt discret :

Bonjour, nous avons constaté une erreur technique qui a permis aux amis des enfants de créer une discussion de groupe avec l’enfant et un ou plusieurs de ses amis approuvés par le parent de cet ami. Nous voulons que vous sachiez que nous avons désactivé cette discussion de groupe et que nous nous assurons que de telles discussions ne seront plus autorisées.

Cette déclaration signifie que l’enfant pouvait sans problèmes entrer en contact avec des inconnus. Contacté par The Verge, Facebook affirme que ce bug n’a concerné « qu’un petit nombre de discussions de groupe » et qu’elle a depuis désactivé les chats qui avaient été touchés. Ce « petit nombre » semble un vrai euphémisme puisque des milliers d’enfants auraient été concernés par ce problème.

Cette nouvelle controverse tombe en tout cas plutôt mal pour Facebook qui se remet difficilement du scandale de Cambridge Analytica et qui doit faire face à une opposition de plus en plus forte concernant son projet de cryptomonnaie Libra.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests