Facebook sait qui est derrière le piratage massif, mais le FBI lui interdit d’en parler

Facebook a donné quelques informations supplémentaires sur le piratage de grande ampleur dont il a été victime. Pour autant, le FBI lui a interdit d’évoquer les potentiels hackers derrière l’opération.

hacker facebook

(c) Pexels – Negative Space

29 millions de comptes piratés

On en sait désormais plus sur le piratage massif dont a été victime le plus grand réseau social au monde. En septembre dernier, des hackers avaient réussi à compromettre des « access tokens » d’une quantité gigantesque d’utilisateurs pour ensuite se connecter à leur interface sans avoir à entrer le mot de passe.

Alors qu’il estimait que 50 millions de compte avaient été compromis lors de l’attaque, Facebook a revu à la baisse ce chiffre pour arriver à 29 millions de comptes piratés. Parmi eux, le compte de Mark Zuckerberg et celui de Sheryl Sandberg ont été ciblés :

  • 14M d’utilisateurs ont vu des données « sensibles » être volées : sexe, religion, éducation, ville de naissance, situation amoureuse, date de naissance, nom, prénoms, emails etc.
  • 15M d’utilisateurs ont vu seulement leurs noms, prénoms et email être volés
  • 1M d’utilisateurs ont été victimes du piratage, sans voir leurs informations être volées
> Lire aussi :  Facebook aurait causé des violences contre les réfugiés en Allemagne

Le FBI mène l’enquête et impose le secret à Facebook

Si Facebook a rapidement pris les devants sur ce piratage en communiquant de manière abondante à ce sujet et en sécurisant les accès des potentielles victimes (voici comment déterminer si votre compte a été piraté), il est cependant limité dans sa communication par le FBI.

En effet, le service de renseignement intérieur des Etats-Unis mène en ce moment une enquête et il ne souhaite pas que Facebook n’interfère avec son travail. L’un des cadres exécutifs du réseau social, Guy Rosen, a publié une note sur le blog Facebook expliquant que la société « collaborait pleinement avec le FBI », et qu’il lui avait « été demandé de ne pas communiquer sur qui pourrait être derrière l’attaque ».

Source


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.