Firefox, un succès en trompe-l’oeil ?

Firefox vient de passer allègrement le cap des 100 millions de téléchargements, et sa part de marché flirte avec les 15% (30% dans certains pays). Soit, bravo. Ces chiffres m’amènent à me poser deux questions (que certains trouveront peut-être un peu simplistes, et d’autres hors de propos) : – quelle serait la part de marché

FirefoxFirefox vient de passer allègrement le cap des 100 millions de téléchargements, et sa part de marché flirte avec les 15% (30% dans certains pays).
Soit, bravo.
Ces chiffres m’amènent à me poser deux questions (que certains trouveront peut-être un peu simplistes, et d’autres hors de propos) :
– quelle serait la part de marché de Firefox s’il coûtait ne serait-ce que dix, voire cinq euros, soit une somme dérisoire ? Combien de téléchargements pour un Firefox identique s’il fallait l’acheter ?
– si ses concepteurs sont si sûrs de la supériorité de Firefox, pourquoi ne le vendent-ils pas ? Logiciel libre ne veut pas forcément dire logiciel gratuit : pourquoi ne pas essayer de tirer un profit – légitime – d’une telle propagation afin de financer son développement et ainsi pouvoir anticiper la riposte que ne manquera pas d’apporter Microsoft avec IE7 ?

Petite mise au point comme ça ce sera fait :
– ce billet n’a pas vocation à créer une polémique, et son titre n’a rien d’injurieux pour Firefox
– j’utilise Firefox (je n’utilise même que Firefox sauf impératif contraire)
– j’apprécie Firefox
– je pose des questions que beaucoup se posent au sujet des logiciels gratuits, surtout quand ceux-ci sont diffusés à plusieurs dizaines de millions d’exemplaires.
– il est vrai en revanche je ne me sens pas investi d’une mission d’évangélisation en faveur de Firefox (ceci expliquant peut-être cela).
– essayons de rester constructifs et courtois dans les commentaires…

Note aux (totalement) crétins : pas la peine de vous évertuer à placer des trackbacks ici. Non seulement ils pointent sur des articles mal écrits et sans aucun intérêt, contenant difficilement un verbe un sujet et un complément (ce qui explique que je les supprime), mais vous ne voudriez pas en plus que je fasse de la publicité gratuite pour une bande de potaches désoeuvrés qui visiblement essaient de tuer leur ennui en jouant aux petits procureurs à deux balles.


Nos dernières vidéos

29 commentaires

  1. Déja attendons la 1.5 pour avoir des chiffres plus nuancés pour le nombre de téléchargements.

    De plus, même à 5€ et avec le même nombre d’extensions, je le prendrais.

    Vendre un produit ouvert, bizarrement ca limite souvent l’inventité des dév…

  2. Mouais, Opéra ne l’était pas jusqu’à il y a peu. Mais soit, mon interrogation portait plutôt sur le nombre potentiel de téléchargements d’un Firefox payant.

  3. Tu prends 3 boulangeries…

    L’une à côté de l’autre…

    2 gratuites et l’autre payante.

    Dans la payante, le pain est meilleur… Dans les autres, le pain est bon tout court…Pas besoin d’appeler la Sofres pour faire une étude de marché 🙂

  4. Bonne remarque, Jeremie.

    On peut aussi faire référence aux journaux gratuits (de bien moindre qualité que les payants, si on me demande mon avis) qui sont en train de dévorer la presse quotidienne.

    De même, et pour revenir au monde des navigateurs, Opera, malgré ses grandes qualités, sa longue existence (10 ans en aout), est environ à 0,7% de parts de marché.

    Firefox n’aurait probablement jamais décollé s’il avait été payant.

    Sur le sujet, voir deux récents billets :

    1 – de l’importance de la distribution :

    standblog.org/blog/2005/1…

    2 – Pourquoi Firefox doit atteindre des parts de marché non négligeables :

    standblog.org/blog/2005/1…

    Enfin, il ne faut pas essayer de plaquer sur le projet Mozilla (et sur le logiciel Libre en général) des modèles qui ne s’y appliquent pas toujours. En l’occurence, Mozilla Foundation (comme Mozilla Europe) est à but non-lucratif. Gagner de l’argent n’est pas son but. Ces deux entités ont certes besoin d’argent pour survivre, mais en générer n’est pas leur objectif. (Opposition objectif / moyen).

    Pour ce qui est du cas de Mozilla Corporation, on peut lire ce long billet : standblog.org/blog/2005/0…

    Alors pour répondre à la question d’Eric : combien de Firefox payants aurait-on vendu ? Quelques centaines de milliers, voire quelques millions au maximum. Mais on n’aurait lamentablement échoué dans notre mission qui est, rappelons-le, "promouvoir le choix et l’innovation sur Internet".

  5. C’est justement en lisant les billets auxquels Tristan fait référence que je me suis posé ces questions. J’entends bien qu’on puisse se sentir investi d’une mission ("promouvoir le choix et l’innovation sur Internet", ou une autre) mais est-ce si incompatible avec le fait d’essayer de rentabiliser – et donc de pérenniser – un projet ?

  6. Mais à ma connaissance, Firefox est rentable, non ? Il génère assez d’argent pour continuer son développement, c’est ça que ça veut dire "rentable", pas se faire de couilles en or.

  7. Comment cet argent est-il généré (à part les donations) ?
    D’autre part, "se faire des couilles en or" comme tu dis, c’est mal ?

  8. LA bonne question serait :
    Si IE,Firefox & Opera était tous trois payant (en dehors de la licence Windows).
    Quel serait le navigateur lke plus utilisé.

    Bien sur que si Firefox seul était payant, il ne dépasserait pas les deux %. Je ne l’aurais surement moi même pas acheté. Mais le fait qu’il soit gratuit (donc au même prix que IE) le rends compétitif et lui procure une pourcentage réel.

    Autre question : si IE n’était pas inclus dans windows, quel serait la part D’IE.

  9. "D’autre part, "se faire des couilles en or" comme tu dis, c’est mal ?"

    Dans une organisation à but non lucratif, oui, se faire des couilles en or c’est mal. Tout comme je ne m’attends pas à ce que la croix rouge, les restos du coeur ou l’association de soutien scolaire à laquelle je participe se fassent des couilles en or.

    En dehors des dons, Google paie pour être le premier moteur dans la boîte de recherche de Firefox et la Fondation Mozilla a créé une filiale commerciale pour proposer des services (aide au déploiements dans des entreprises, création de versions interfacées avec des outils des mêmes entreprises…) payant.

    Il faut bien garder à l’esprit que le projet Mozilla n’est pas commercial, l’objectif n’est pas de se faire des couilles en or, ça c’était l’objectif de Netscape avec le destin qu’on lui a connu.

  10. Ouhlala, ça chauffe. Il ne s’agit là pourtant que d’une simple question, il est vrai posée avec peu de tact, mais tout de même posée.

    Alors comment Firefox permet-il de gagner de l’argent ? Et bien comme le cite Pascal, il y a des partenariats. Tous les moteurs de recherche paient pour apparaître dans la barre de recherche de Firefox, surtout Google qui est premier et dont le site est en page d’accueil à l’installation de Firefox.

    Tout le reste, ce sont des contrats de service je pense, mais je ne connais pas les détails. Si la Mozilla Corporation a été créée, c’est bien parce que la fondation Mozilla gagnait trop d’argent et que cela commençait à devenir instable point de vue du droit américain sur les organisations à but non lucratif.

    Alors pour répondre à ta question, la fondation Mozilla gagne déjà suffisamment d’argent pour payer le développement de Firefox et le promouvoir, lui permettant ainsi de continuer de proposer son logiciel gratuitement pour le bonheur de tous 🙂

  11. Oui d’accord, mais justement je pense qu’il y a une contradiction entre le fait de vouloir développer et promouvoir un produit gratuit "bénévolement" et la loi du marché qui implacablement récupère toutes les meilleures intentions du monde. La preuve ? La Mozilla Corporation, montée à la hâte pour se mettre en conformité avec la réglementation. Je constate juste que comme souvent, même s’il faut s’excuser de gagner de l’argent dans ce pays, la réalité financière a souvent raison des plus belles utopies communautaires.

  12. Même si le succès de Firefox est incontestable et mérité, c’est vrai que c’est un succès facile : communauté de geeks qui n’attendait que ça (comprendre une alternative à un produit Microsoft), un produit gratuit et léger et facile à utiliser et extensible etc etc
    En fait une vraie leçon de marketing… bénévole.

  13. ça a l’air de chauffer en effet. J’arrive sur ce site par le truchement du Standblog de Tristan. Je pense que les termes "troll" ou "polémique" répondent à "succès en trompe-l’oeil". Si l’on maintient un peu de distance, on se rend compte que *tout cela n’est pas très grave* (non ?)
    A propos de rentabilité, ou de couilles en or :
    1. en finance, on définit la rentabilité comme le rapport entre les investissements, et le résultat dégagé. Cette rentabilité est très très souvent, voire toujours, liée au niveau de risque. Pour plus d’infos, Wikipedia est notre amie :
    fr.wikipedia.org/wiki/Ren…

    2. il existe dans la sphère des économistes (dont je fais modestement partie) des discours sur l’éloge de la gratuité. Bernard Maris a écrit un "antimanuel d’économie" (Bréal, 2003) qui se conclut par cet éloge de la gratuité. Je ne suis pas actionnaire de l’éditeur, je ne connaissais pas l’auteur avant de lire son livre, mais j’ai beaucoup apprécié ce discours "simple" et humoristique (mais on sent de la rage) d’un universitaire, chercheur en économie. Il démonte le "mauvais" libéralisme, et mentionne des alternatives intelligentes. Pour ceux qui ne s’y connaissent pas bien, c’est un bon portail d’entrée.

  14. Mouais…
    Merci pour le cours sur la rentabilité, ça tombe bien je ne savais pas (je ne suis que chef d’entreprise 😉
    Quant aux théories des économistes – surtout les universitaires – le problème c’est que justement ce sont… des théories.
    Des théories développées très doctement pas des gens qui n’ont jamais mis un pied en entreprise, et encore moins *géré* une entreprise.
    Mais on sort du sujet, là 😮

  15. En effet, on sort du sujet, et ça, ça peut devenir très vite un troll 🙁
    Je n’ai jamais compris ce besoin typiquement français de rabaisser les profs et les chercheurs. Je suis professeur-chercheur, et les étudiants de MBA Exec que j’ai (cadres "à fort potentiel" de 30-40 ans) n’ont jamais remis en cause ce que je pouvais leur dire, *parce que ce ne sont pas des théories fumeuses*, c’est une application de ce que l’on voit tous les jours dans l’actualité.
    Prétendre que Bernard Maris n’y connaît rien, sans même avoir lu son livre, alors qu’il y parle du problème des pays en développement face au FMI, de l’affaire Enron ou encore de la bulle des dot.com, c’est dire qu’Einstein est un clown qui tire la langue sur une photo 🙂
    ça me laisse rêveur, mais je suis d’accord avec toi, c’est hors sujet.

  16. Eric, c’est peut-être d’être chef d’entreprise qui te fait poser un regard biaisé sur le truc. Mozilla, c’est tout sauf une entreprise, la comparaison de Pascal est juste : vois ça exactement comme une ONG. Le but n’est pas financier, le motif est autre, et financièrement, on ne recherche rien d’autre que rentrer dans ses frais.

  17. > Christophe : il n’y a aucun besoin chez moi de rabaisser les profs et les chercheurs, poue lesquels j’ai au contraire le plus grand respect. Je n’ai pas dit non plus que Bernard Maris, dont je n’ai effectivement lu aucun livre n’y connait rien, je disais juste que je me méfiais un peu des concepts. Je te rassure, même les revues d’économie les plus éminentes publient souvent des avis d’experts qui se vautrent régulièrement dans leurs prévisions, même à court terme.

  18. > Xave : ok, le parrallèle avec une ONG est peut-être un peu ambitieux, ou à tout le moins osé, mais soit, il y a certainement un peu de ça.

  19. Et si on remplace ONG par association a but non lucratif visant a promouvoir le choix et l’innovation sur Internet, c’est bon non?
    En fait je ne comprends pas ton probleme avec le fait que Firefox ne soit pas vendu, est ce qu’une association dont je faisais partie et qui donnait des cours dans divers domaines (informatique, math, francais, etc) a des personnes defavorises, aurait du monnayer ses services parceque les cours etaient de qualites?

  20. Naan, je n’ai pas de problème, je soulevais juste des questions que me posent pas mal de gens qui ne sont ni dans l’open source ni dans l’informatique tout court et à qui j’explique qu’ils devraient essayer Firefox. A chaque fois la question revient : combien ça coûte ? Ah c’est gratuit alors y a des pubs ? Ben alors comment font-ils ? C’est fiable ? Pourquoi un tel engouement frisant l’idôlatrie qu’on réserve généralement aux pop-stars ou aux footballeurs pour un truc qui n’est finalement qu’un logiciel "utilitaire" ? etc etc etc…
    Voilà, mais c’est bon là, moi je sais. Inutile de prêcher un convaincu 😉

  21. Je n’aimerais pas que la croix rouge soit "rentable" au sens où elle se "ferait des couilles en or", mais elle a besoin d’argent pour exister, et c’est normal.

    Qu’elle fasse des bénéfices record laisserait un goût amer aux donateurs dans le sens où ils n’auraient pas le sentiment qu’elle remplisse son rôle à 100% en utilisant tous les moyens mis à sa disposition pour la noble cause qu’elle défend.

    De même, faire des bénéfices (et avec pour objectif d’en faire, dans le sens d’accroitre sa marge) pour firefox reviendrait à considérer que le travail des développeurs est bridé et que firefox ne bénéficie pas de toute les moyens mis à sa disposition pour arriver à un navigateur de qualité.

    Le caractère non lucratif garantit selon moi un réinvestissement total des moyens (humains, techniques, pécuniaires etc) et renforce ainsi le sentiment d’avoir une équipe soucieuse de la qualité et de satisfaire les utilisateurs.

  22. A propos de Bernard Maris et de son bouquin : standblog.org/blog/2004/0…

    On notera, en fin d’article la citation à propos de l’expérience de Bruno Ventelou, qui confirme l’importance d’avoir une structure à but non lucratif pour gérer un espace de mutualisation des efforts de développement. C’est ce que fait la Mozilla Foundation. Si cet espace devait être propriété d’un acteur à but lucratif, cela ne fonctionnerait plus.

    Au fait Eric, qu’est-ce qui vous fait écrire "La Mozilla Corporation, montée à la hâte" ?

    Si vous avez des informations que je n’ai pas sur ce sujet, je suis preneur 🙂

  23. Si on demandait à faire payer tous ceux qui se baignent l’été dans la mer , tous ceux qui vont marcher ou grimper à Fontainebleau , ceux qui empreintent les routes départementales , qui font du vélo au bois de Vincennes, du roller sur les pistes cyclables , ceux qui regardent la tour eiffel clignoter etc.. Le business est ailleur …

  24. > Tristan : je ne retrouve pas l’article mais je crois me souvenir que la création de la Mozilla Corporation est arrivée un peu sans prévenir cet été pour se mettre en conformité avec la législation américaine (ou californienne) et que son annonce a suscité un certain émoi chez les intégristes de l’open-source. J’ai lu quelques débats enflammés dans les forums et les blogs il y a quelques mois de cela. Si vous insistez vraiment, je devrais pouvoir vous retrouver ça, mais j’imagine que vous savez utiliser Google…

  25. Bon, je ferme les commentaires car ça commence un peu à tourner en boucle, là. Je crois qu’on a fait le tour de la question et qu’il ne sortira plus rien d’intéressant de cette discussion.