Connect with us

Internet

Google annonce des mesures pour protéger les élections européennes

Google a indiqué qu’il prenait des mesures afin de lutter contre l’influence politique lors des élections européennes. Les publicités à caractères politiques seront plus transparentes qu’elles ne l’étaient jusqu’ici.

Il y a

le

Google élections européennes

Si Facebook a été la cible d’une large campagne d’influence politique lors des élections présidentielles de 2016, Google annonce des mesures visant à éviter que cela ne lui arrive. Pour se faire, il sera plus transparent vis-à-vis des publicités politiques partagées lors des élections européennes qui auront lieu du 23 au 26 mai 2019.

Google et d’autres s’engagent dans la lutte contre l’ingérence politique

Dans un article publié le 22 novembre, Bloomberg rapporte qu’Alphabet a fait une annonce cette semaine afin de présenter de nouvelles mesures protégeant les élections. Par conséquent, les annonceurs souhaitant partager une publicité politique devront soumettre une demande dont le contenu sera vérifié avant la publication et le paiement. Ainsi, les entités devront fournir un document d’enregistrement de parti, là où les citoyens devront se munir de leur carte d’identité européenne. La firme indiquera qui est à l’origine des publicités en ligne. Mais plus globalement, le montant, la source et la destination des annonces seront rendus publics via une base de données. De cette façon, Google espère éviter que des contenus fallacieux passent au travers des mailles du filet et se retrouvent en ligne.

Lie Junius, directeur de la politique publique européenne de Google indique : « Nous réfléchissons sérieusement aux élections et à la manière dont nous continuons à soutenir les processus démocratiques dans le monde entier, notamment en rendant la publicité politique en ligne plus transparente ».

Au mois de septembre, plusieurs entreprises technologiques dont le business model est, entre autres, basé sur la publicité se sont engagées à plus de transparence et de moyens engagés contre l’ingérence politique. Facebook était bien sûr présent, quelques années après qu’il ait été révélé que des entités russes avaient exploité la plateforme sociale pour y diffuser des contenus favorisant l’élection de Donald Trump. Pour se faire, celles-ci ont usé du partage de fake news sur des sujets sensibles tels que les armes à feu ou l’homosexualité. Lors des élections de mi-mandat, le réseau social s’était préparé en installant une war room, salle spéciale dédiée à la protection de l’événement.

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests