Google Buzz : Gmail sous stéroïdes (et premières impressions)

Prenez deux mots parmi les plus fréquemment utilisés sur internet (et maintenant dans le vocabulaire courant), associez-les tout simplement, et vous obtenez naturellement l’une des plus grosses machine à générer des discussions de ces derniers mois, et même peut-être des prochains : GOOGLE BUZZ ! Le genre de truc que tout le monde attendait sans

Prenez deux mots parmi les plus fréquemment utilisés sur internet (et maintenant dans le vocabulaire courant), associez-les tout simplement, et vous obtenez naturellement l’une des plus grosses machine à générer des discussions de ces derniers mois, et même peut-être des prochains : GOOGLE BUZZ !

googlebuzz

Le genre de truc que tout le monde attendait sans le savoir de la part du géant du web, et qui est arrivé sans qu’on le voie venir pour autant.

Le nombre de tweets et de billets de blogs publiés en quarante-huit heures sur le sujet doit déjà donner le vertige (l’expression Google Buzz est en cinquième position dans les Twitter Trends au moment où j’écris ceci), et de nombreux guides ont déjà été mis en ligne pour vous aider à utiliser le nouvel outil social de Google (voir la liste de liens utiles à la fin de cet article).

Comme tout power user de Gmail et des réseaux sociaux, j’ai bien sûr activé et commencé à utiliser Google Buzz, et j’explore le service en découvrant progressivement ses fonctions. La première impression est positive : c’est simple et intuitif. En fait Google Buzz ne réinvente pas l’eau chaude en matière de lifestream ou microblogging, mais la grosse info est plutôt là : Google remet l’email au centre de notre réseau social. Ce qui est plutôt inattendu à une époque où certains parient sur la mort du bon vieux courrier électronique au profit d’une communication beaucoup plus éparpillée via les réseaux sociaux. Regardez autour de vous, notamment chez les très jeunes : en dehors d’un usage professionnel, beaucoup d’internautes n’utilisent plus jamais leur email et communiquent exclusivement via Facebook.

C’est d’ailleurs ce qui peut laisser penser que, comme Twitter et à l’inverse de Facebook, Google Buzz est pour le moment un outil réservé aux geeks et aux professionnels (et encore, ceux qui utilisent Gmail, pas si répandu que cela dans les entreprises, et notamment les PME françaises), mais encore très loin du grand public. On notera d’ailleurs qu’en dehors du moteur de recherche, de YouTube, et, dans une moindre mesure, de Google Maps/Earth et Google Actualités, les autres services de Google sont très peu connus du vulgus pecum, qui fait souvent du Google sans le savoir. Je constate d’ailleurs que, hormis mes contacts professionnels, personne dans mon entourage n’a de compte Gmail. Ce qui ne signifie pas que Gmail soit un outil marginal, puisque même si Google ne communique pas le nombre de ses utilisateurs, on estime celui-ci à environ 175 millions de visiteurs uniques mensuels dans le monde (selon 20 Minutes, qui cite Comscore). Une belle base à comparer à celle de Twitter (estimée à moins de 20 millions) et de Facebook (400 millions).

Un gros buzz, donc, mais un buzz pour ceux que l’on retrouve au taquet sur toutes les tendances du web (et dont je fais partie) : professionnels du web et de la communication, membres de Twitter, utilisateurs de Gmail, soit des utilisateurs au profil clairement identifié, qui n’est pas celui d’un Facebook, même si les cercles se recoupent forcément.

Encore une fois, seul le temps et l’observation des comportements dans les semaines à venir pourra donner une indication au sujet de l’impact de Google Buzz sur les autres outils de socialisation, et je me garderai bien d’extrapoler ou de parier déjà sur la mort de tel ou tel service. Reste à savoir jusqu’à quel point notre capacité d’absorption (et de dispersion) est élastique, et s’il n’y aura pas déjà une grande perdante dans la multiplication de ce type de service : notre productivité.

Quelques liens en français pour en savoir plus sur Google Buzz :


Nos dernières vidéos

50 commentaires

  1. >Google remet l’email au centre de notre réseau social

    je comprends pas la phrase. Buzz n’a pour moi rien à voir avec le mail, sauf que la fonctionnalité se trouve dans l’interface GMAil. Mais elle aurait pu se trouver n’importe où et peut d’ailleurs s’utiliser sans toucher un seul moment à la fonctionnalité Mail.

    Et si on parle de notification, ben, c’est juste un service en plus, mais ce n’est pas fondamental.

    Buzz reste pour moi un service similaire à d’autres (très proche de FriendFeed par ex) à la sauce Google.

    On verra comment ça évolue. Mais en tout cas, ils ont rattrapé le flop Wave.

    My $0.02

  2. Merci Eric pour le backlink sur notre échange avec Benoit. Faudra qu’on s’en fasse une ensemble sur un prochain service innovant qui vaut le détour 😉

    Sinon effectivement le truc qui est malin de la part de Google c’est bien d’avoir replacé l’email au centre de son réseau social. J’ai pour habitude de rappeler régulièrement cela dans mes interventions en conférence. Le premier réseau social des internautes c’est l’email et c’est pas prêt de changer.

    Par contre je pense sérieusement (comme discuter avec benoit) que Buzz va savoir se faire sa place dans le système d’information des utilisateurs de gmail en leur faisant gouter au social. Ce qui est marrant, c’est la réaction de ma chérie hier quand elle a ouvert sa boite :
    – ahhh mais c’est quoi ce truc
    – une sorte de twitter dans ton gmail
    – ah nooon je veux pas ça moi
    – tu n’as pas vraiment le choix …

    Google is evil !

  3. Pingback: Comment désactiver Google Buzz ? | Another Pinky Punky

  4. La question sur la productivité est effectivement intéressante.

    Pour ce qui est de gmail, on m’avait fait une remarque à une époque où je cherchais du travail: le gars de l’agence d’intérim m’a dit « c’est marrant, tous les informaticiens qui se présentent ont une adresse en gmail ». A quoi j’ai – bêtement ? – répondu: « c’est ce qu’il y a de mieux pour le moment » (c’était il y a 3 ans).

    Et en ce qui me concerne pour google buzz, le coté: « je te rajoute des contacts tout seul et je t’abonne automatiquement dès l’activation » m’a déplu. Aussi, je l’ai pour le moment désactivé, histoire de voir comment ca évolue (et surtout parce que je n’ai pas le temps de m’en occuper et le fait de l’avoir activé me forcerait à m’y intéresser !!)

    Google est sur tous les fronts… mais on n’entend plus trop parler de googlewave par contre (ou alors c’est juste moi qui n’en entend plus parler ?)

  5. Eric

    @Pascal : si j’ai bien compris Google Buzz n’est disponible que si l’on a un compte Gmail, et à travers l’interface Gmail, non ? D’autre part les membres suggérés sont ceux avec lesquels on correspond le plus via Gmail. Donc Gmail est bien au cœur du dispositif puisqu’il en est même le moteur, ou alors je n’ai rien compris.

  6. @critidos GoogleWave, c’est plus une plateforme qu’autre chose. Certains élèments de la techno wave se retrouve d’ailleurs dans Buzz.

    Perso Wave est au coeur des processus de collaboration de mon agence, il a remplacé google doc pour l’écriture de documents collaboratif. (280 waves sur mon compte depuis le début).

  7. @Eric: oui et non, ok, je suis d’accord avec toi, ça s’active via GMail.
    Pour la gestion des « followers », ça fonctionne sur base du profile et des contacts, mais va voir dans Google Reader, tu peux gérer cela de là aussi. D’ailleurs, mon nombre de followers et de followés dans Google Reader a explosé.
    Ils auraient pu mettre Google Buzz dans Google Reader à la place de GMail.
    Ok, ils ne l’ont pas fait 😉

    En résumé:
    1. tout à fait d’accord sur le fait que ce soit lié (c’est une volonté de Google) à GMail (au niveau de l’interface du moins), peut-être pour essayer de relancer un intérêt (déjà grand) à Gmail.
    2. rien fonctionnellement (ni techniquement d’ailleurs) n’oblige les utilisateurs de Buzz à utiliser leur adresse gmail et envoyer des mail. Et je suis certain que le mécanisme (moteur) sous-jacent n’est pas du mail.

    C’est plutôt ça que je voulais dire … pour apporter une nuance à ta phrase

  8. AMHA, Buzz va peut-être affecter Twitter, mais pas Facebook : Facebook est aujourd’hui le premier hébergeur de photos au monde, et je constate autour de moi que le partage de photos garantit une très forte « stickiness » du service : la plupart des utilisateurs non geek ne sont pas prêts de le quitter… et ne sont pas non plus sur Twitter : ils ont « toute leur vie sociale en ligne » sur Facebook.

  9. ils ont mis ça dans gmail parce que selon moi c’était le seul moyen de rapidement générer un maiximum d’abonnés au service …
    d’un seul coup ils récupèrent tous leurs abonnés gmail … ça fait une sacré base pour la suite …
    m’enfin à première vue ça fait double emploi avec twitter … et ça marche un peu sur les plates bandes de wave … m’enfin j’dis ça j’dis rien …

  10. Pour reprendre mon commentaire fait sur le même sujet mais sur un autre site :

    Je ne parviens plus à suivre Google …
    Ce qui était à l’époque simple et épuré devient aujourd’hui, très compliqué malgré les apparences.

    Google offre une multitude d’applications (Gmail, Picasa, Calendar, …) mais rien n’est vraiment lié graphiquement, tout se trouve à une autre adresse, avec des interfaces moches (même si à l’époque tout le monde trouvait cette sobriété sympa).

    Moi je n’utilise pas l’interface Gmail pour relever mes mails, alors des services du genre Talk et Buzz, je vois pas comment les utiliser.

    Si Google veut devenir imparable, il devrait se concentrer sur une interface qui engloberait tout cela… Ce que fait facebook en version Lite en fait !

    Google Community, qui à la manière de facebook:

    Facebook Messages –> Gmail
    Albums –> Picasa
    Evènements –> Calendar
    Statut –> Buzz
    Discussions instantanées –> Talk

    Ils pourraient créer très facilement un univers graphique reprenant l’ensemble de leurs services dans un look un peu plus élaboré (Apple Mobile Me) et là, ils pourraient vraiment choper bcp de monde !

    Un facebook bien plus puissant offrant une intéraction entre la communauté (messages internes, statuts) et l’extérieur (mails, agenda, …).

  11. Alain Eskenazi on

    Première impression: ça bouffe un temps fou 🙂

    Mais on est tous d’accord, le email au cœur de toutes nos activités sociales. On y arrive.

    • Eric

      @jallatte : j’ai hésité mais une recherche sur Google donne les deux, avec une majorité pour ma version, du coup je ne sais plus 🙂

    • Eric

      @jallatte : j’ai hésité mais une recherche (rapide) sur Google donne les deux, avec une majorité pour ma version, du coup je ne sais plus 🙂

  12. @Eric

    Si je peux me permettre: il manque une chose à ton article: à quoi ça sert, comment ça marche, en 2 lignes max si possible. Mission impossible?

  13. > Google remet l’email au centre de notre réseau social

    En fait, la phrase exacte devrait être « Google remet GMail au centre de notre vie numérique ».

    En effet, comme le dit Eric dans son article, il y a de plus en plus de gens qui n’utilisent QUE facebook pour l’envoi de messages… Et plus leur messagerie (et donc GMail). Qui gère la publicité sur Facebook? Microsoft. Par ailleurs, je serai intéressé de connaître la part des vidéos Youtube visionnées depuis Facebook, car la aussi les utilisateurs ne sont plus (moins) exposés à la publicité Google. Bref, Facebook détourne une (grosse) partie des utilisateurs qui passaient auparavant nettement plus de temps sur les pages « google ».

    Google est certe la porte d’entrée du web, mais il a besoin, pour vivre, que les gens voient la pub qu’il gère. Il a donc besoin que les gens RESTENT sur son territoire (qui est de plus en plus grand). Il faut donc faire revenir les gens sur GMail… Google Buzz n’est pour moi qu’une tentative allant dans ce sens.

    Est-ce que j’ai une mauvaise interprétation?

  14. > Google remet l’email au centre de notre réseau social

    En fait, la phrase exacte devrait être « Google remet GMail au centre de notre vie numérique ».

    En effet, comme le dit Eric dans son article, il y a de plus en plus de gens qui n’utilisent QUE facebook pour l’envoi de messages… Et plus leur messagerie (et donc GMail). Qui gère la publicité sur Facebook? Microsoft. Par ailleurs, je serai intéressé de connaître la part des vidéos Youtube visionnées depuis Facebook, car la aussi les utilisateurs ne sont plus (moins) exposés à la publicité Google. Bref, Facebook détourne une (grosse) partie des utilisateurs qui passaient auparavant nettement plus de temps sur les pages « google ».

    Google est certe la porte d’entrée du web, mais il a besoin, pour vivre, que les gens voient la pub qu’il gère. Il a donc besoin que les gens RESTENT sur son territoire (qui est de plus en plus grand). Il faut donc faire revenir les gens sur GMail… Google Buzz n’est pour moi qu’une tentative allant dans ce sens.

    Est-ce que j’ai une mauvaise interprétation?

  15. Première impression : comment virer ce truc !
    Deuxième impression : ah c’est tout en bas  » désactiver buzz
    Troisième impression : buzz désactivé !
    Merci google…

  16. moi j’ai rien activé … il est là d’office et ça m’énerve car je n’en veux pas à priori. JE préfère avoir le choix …

  17. Eric

    @jallatte : merci, je vais corriger
    @Stéphane : je ne décris pas le service volontairement car c’est un billet de premier contact à chaud « premières impressions » dans le titre d’une part, et d’autre part je donne des liens en fin d’article vers d’autres billets qui décrivent Google Buzz.
    Enfin je ferai un billet plus approfondi dans quelques jours, à froid 🙂

  18. Bonjour,
    Vous avez certainement remarqué que si les gens connectent leur compte Google Reader ou publient un lien vers un article dans Google Buzz, c’est l’article intégral avec les illustrations qui apparait dans la timeline de Buzz, et non juste un lien vers l’article. Et donc, qu’un blogueur utilise buzz ou pas, il est concerné.
    Avez-vous un avis sur l’effet que cela va avoir sur les blogs ?

  19. Presse-purée on

    « beaucoup d’internautes n’utilisent plus jamais leur email et communiquent exclusivement via Facebook » ça vient d’où cette info ? Tu as des stats pour dire ça ? Ou c’est juste une énorme généralité comme ça …après l’avoir constaté chez deux de tes voisins ?
    Personnellement je pense en tout cas que cette affirmation est fausse…et crois que les deux usages continuent à cohabiter tout simplement parce que leur vocation est diamétralement opposée. Si je me trompe j’aimerai bien que l’on m’explique… ça m’intéresse.

    • Eric

      @Presse-purée : je n’ai évidemment pas de statistiques sinon j’aurais au moins fait un lien, et je ne sais pas s’il en existe, donc c’est effectivement un constat que je fais quand je regarde autour de moi, notamment chez les moins de 15 ans. J’ai bien précisé hors contexte professionnel. Bien sûr que le mail continue à exister (je sais de quoi je parle, je dois en traiter pas loin de 500 par semaine pour ne parler que ceux auxquels je réponds), mais je serai ciurieux de voir comment cela va évoluer avec les nouvelles générations qui n’ont pratiquement connu que MSN puis Facebook pour communiquer (même s’il faut d’abord une adresse mail pour s’inscrire). Voir quand même, pour info, un avis parmi d’autres : http://online.wsj.com/article/.....08372.html

  20. Ce que je déteste avec ces nouveautés telles qu’elles se présentent un peu partout c’est quand il nous tombe sur le coin du nez quelque chose auquel on ne s’attends pas comme par exemple le fait que mon adresse gmail ne comporte pas mon nom de famille mais que via Google agenda ou mon nom de famille figure les deux sont remixés sur google buzz, bon ok ça se change mais on ne s’en aperçoit pas forcément tout de suite.

    Petit à petit doucement mais surement on bascule dans une vie internet ou tout se recoupe au point qu’il devient de plus en plus difficile d’être certain qu’en s’inscrivant à tel site ce dernier n’est pas ou ne sera pas bouffé par facebook ou google et donc digéré avec toutes les infos qui vont avec (comme par exemple youtube recheté par google et vas y que je fais le lien tranquilou avec tes vidéos et ton univers google), un jour viendra ou par oubli d’avoir coché une petite case tout en bas à droite sans le savoir notre bilan de santé sera affiché en direct sur un building en plein new york 🙂

  21. Pingback: Google Buzz : du nouveau dans mon Gmail « Fleurto's – eVeille marketing mobile médias

  22. Tout de même, le lien avec la partie Mail est flagrante. Vous recevez un buzz, vous avez une notification par mail. Vous ouvrez ce mail et vous pouvez directement communiquer avec Buzz dans le mail (commentaires et tout ce que propose Buzz) sans pour autant aller dans la catégorie Buzz de Google.

    C’est un service qui lie directement le webmail aux services sociaux.

  23. Pingback: Vrai buzz ou fausse joie ? « Vaguement

  24. j’adoore la fin de l’article, c’est vrai qu’il faudrait mettre à jour certaines blacklists des proxys d’entreprises ! 🙂

  25. Pingback: New boss Van Natta out in MySpace shakeup | TechNexus.info

  26. Pingback: Buzzmaniac, un site qui fait le buzz

  27. Difficile de savoir ce que ça va donner ce nouveau Buzz by Google. C’est vrai que la multiplication des réseaux sociaux risque de tuer les réseaux sociaux (du moins dans un contexte non professionnel). Tous mes amis ouvert aux réseaux sociaux sont sur Facebook. Iront-il sur Google buzz, pas sûr du tout, surtout quand on voit le temps passé sur Facebbok.

    Je partage l’avis de Steph sur l’intégration. Personnellement, je regroupe tous mes comptes mails dans Gmail, justement pour ne pas avoir à jongler entre les différentes adresses. Je suis un google addict, mais c’est vrai que le manque d’intégration commence à me peser… surtout quand on utilise tous les services ou presque. Il y a bien igoogle pour regrouper un peu mais c’est pas encore idéal…

  28. J’ai eu un regard totalement profane sur la chose puisque je n’ai été que très peu au courant avant que la nouveauté sorte.

    Résultat, ça ressemble beaucoup a ce que Facebook peut déjà proposer. J’ai l’impression que Google Buzz est un conglomérat de services déjà existants plus qu’un nouveau service en lui-même.

    A première vue, je ne suis pas fan.

  29. Concernant la messagerie Gmail, je partage ton point de vue pour dire que hormis les Geeks, elle apparaît peu utilisée….

    Cette position était vrai jusqu’à l’année dernière et vacille complétement aujourd’hui. Je le vois à partir des adresses Internet des demandeurs de stage
    (génération 1986 – eh oui !!) et ils sont le plus souvent sous Gmail et connaissent GoogleDocs, Reader et Agenda…..

    Tu devrais pe rajeunir ton entourage, Eric !

  30. La grosse différence entre Google Buzz et les Twitter, Facebook, etc, c’est la géolocalisation bien intégrée. Lorsque j’affiche Google Maps sur mon téléphone Android, je vois les buzz dans mon quartier, je peux en consulter la liste, y participer, y poster des photos. Ca noue des liens de proximité géographique, le reproche qu’on a pu faire à l’internet, l’aspect anonyme, le manque de liens humains et direct, devient caduque avec ce genre de technologie. Ce n’est en fait pas le mail qui est au centre de la stratégie Google mais Google Maps. Bientôt Google ajoutera les webcams sur ses Google Maps, on pourra cliquer dessus et se transporter en live n’importe où dans le monde (petite prédiction personnelle)

  31. Alors comme je disais chez Fred, ça m’a exaspéré de lire des articles qui annonçaient un possible déclin de Twitter suite à buzz. J’y vois le signe d’une entreprise qui a du ml à suivre et à comprendre le succès de ses concurrents. Et puis oui c’est pas cool pour notre productivité.

    Je me suis d’ailleurs embrouillé avec un pote sur la question, on a lancé un débat sur Débattons-Nous du coup ( http://www.debattons-nous.fr/N...../debat/47/ ) Je veux bien que vous votiez pour moi d’ailleurs :p

    J’ai parié que je viendrais sur Buzz si je perdais et ça j’en ai vraiment pas envie 🙂

  32. A titre perso, je suis, moi aussi, dubitatif… pas encore assez de recul.

    Par contre, je me dis que Google Buzz peut avoir un intérêt fort pour les entreprises/organisations qui utilisent Google Apps (quand Google Buzz sera dispo pour les utilisateurs Google Apps). Là, je vois l’intérêt de l’intégration dans GMail pour intégrer cet outil « Entreprise 2.0 » à l’email utilisé, lui, par tous & quotidiennement. Ca facilitera notablement l’adoption…

    http://geckonaute.tumblr.com/p.....ou-durable

    A suivre, donc…

  33. Lancelot Lachartre on

    Je trouve aussi Google Buzz assez bien et intuitif. Mais après, je n’ai que trop peu de contacts français sur Gmail pour vraiment y voir un intérêt :/

Répondre