Suivez-nous

Tech

Google espionne-t-il ses employés pour étouffer leurs manifestations ?

Google serait en possession d’un outil de surveillance qui lui permettrait de suivre les faits et gestes des employés préparant des manifestations contre l’entreprise. La firme dément les accusations.

Il y a

  

le

 
Google MMS
© Presse-citron.net

Chez Google, les employés sont réputés pour monter au créneau lorsqu’ils ne sont pas d’accord avec les décisions prises par leurs dirigeants. Certains d’entre eux se sont déjà opposés clairement au projet Dragonfly par exemple, une initiative qui aurait pu marquer le retour du moteur de recherche en Chine. Quelques employés sont allés jusqu’à démissionner et la firme américaine a vraisemblablement choisi de mettre fin à un potentiel retour dans le pays.

De l’extérieur, on peut donc penser que les dirigeants de Google sont à l’écoute de leurs employés, à qui ils laissent la liberté de s’associer, de manifester ou de rédiger des messages publics pour exprimer leurs opinions. Néanmoins, la réalité pourrait bien être tout autre.

Pour Google, l’outil sert à lutter contre le spam

Un mémo interne auquel Bloomberg a eu accès révèle que Google disposerait d’un outil de surveillance destiné à observer les tentatives de rassemblement et de manifestations des employés. Plus concrètement, l’espionnage des collaborateurs de Google se manifesterait par une extension Chrome. Dès qu’un employé créerait un événement dans l’agenda et enverrait une invitation à plus de 100 personnes au sein de la société, il serait signalé à la société. De plus, l’entreprise aurait empêché certains d’en savoir plus sur ce fameux outil en leur bloquant l’accès à la documentation de celui-ci.

Les employés de Google auraient découvert l’existence de l’outil en septembre dernier. Un mois plus tard, ces derniers ont appris qu’ils ne seraient pas possible de supprimer celui-ci des appareils de l’entreprise, ce qui a motivé les accusations portées à l’égard des dirigeants. Pour les salariés de la firme, il s’agit là d’une violation de la vie privée, mais aussi d’une tentative d’étouffer de potentielles manifestations ou des discussions que l’on pourrait associer à du syndicalisme.

Pour sa part, Google dément en assurant que l’outil est une simple fonctionnalité interne visant à lutter contre les spams au sein du calendrier. Un porte-parole ajoute : « Ces affirmations sur le fonctionnement et le but de cette extension sont catégoriquement fausses. Il s’agit d’un rappel contextuel qui demande aux gens d’être attentifs avant d’ajouter automatiquement une réunion à l’agenda d’un grand nombre d’employés ».

Rappelons que la question des syndicats est très présente au sein de la Silicon Valley et des entreprises tech, sans pour autant que ces organisations ne soient en place pour l’instant.

Youtube
Par : Google LLC
4.4 / 5
85,0 M avis
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests