Google et BMW : le plaisir d’éconduire…

…Où comment Google invente la BMW sans moteur 🙂 Même les firmes les plus prestigieuses ne sont pas à l’abri d’une mise au rencart d’un moteur de recherche comme Google. BMW Allemagne l’a appris à ses dépens la semaine dernière en voyant son site bmw.de rayé purement et simplement du moteur de recherche, pour cause

…Où comment Google invente la BMW sans moteur 🙂
Même les firmes les plus prestigieuses ne sont pas à l’abri d’une mise au rencart d’un moteur de recherche comme Google.
BMW Allemagne l’a appris à ses dépens la semaine dernière en voyant son site bmw.de rayé purement et simplement du moteur de recherche, pour cause de spamindexing.
Et toc, virés, Béhème, comme le premier malfrat venu. Quel est l’objet du délit exactement ? Pas grand-chose, en tout cas du point de vue des sociétés spécialisées dans le référencement professionnel : juste quelques pages satellites (doorway pages), ces pages invisibles créées par dizaines, qui reprennent à l’infini l’ensemble des mots-clés et phrases pertinentes du site d’origine pour augmenter sa visibilité auprès des robots des moteurs de recherche. Ces pages sont invisibles pour les visiteurs et seuls les moteurs de recherche les lisent (Google est votre premier visiteur aveugle).
Cette pratique, sinon systématique du moins courante, n’est pas à priori illégale si elle est appliquée avec parcimonie, mais il semblerait que BMW Allemagne ait un peu forcé la dose, ce qui explique le couroux de Google, qui a purement et simplement supprimé toute référence à la marque lorsqu’une recherche est effectuée avec les mots-clés de type BMW Germany, même si aux dernières nouvelles la situation devrait s’arranger et BMW retrouver un rang plus digne de sa réputation dans Google.

Source : Google Blogoscoped


Nos dernières vidéos

8 commentaires

  1. La je comprends pas trop car pour regarder le site bmw pour faire une recherche c est pas dur. C’est comme coca cola je suis sur qu’ils ne ce sont pas référencé pour eux à quoi ça sert …

  2. pierre -> les mots clés cachés concernent des requêtes du type occasions, location etc… et là la concurrecne est féroce.. c’ets sur qu’ils n’ont pas besoin d’être référencés sur le mot BMW…

    Eric -> sur que cette rpatique n’est pas illégale au regard d’une quelconque loi, mais elle modifie la pertinence des résultats des moteurs ce qui expliquent qu’ils n’aiment pas trop ça…

  3. La menace planait depuis un petit moment. J’ai retiré mes pages satellites en janvier, suivant les conseils de mon prestataire en référencement.

    Je me demande pourquoi Google ne modifie pas tout simplement son algorithme pour ne plus les prendre en compte, plutôt que de mettre la pression sur quelques entreprises ciblées. A moins qu’il veuille se donner une image de "justicier".

  4. Excellente remarque. Je bosse avec des référenceurs professionnels et je ne vous dis pas le nombre de pages satellites qu’ils me font placer sur les serveurs, même quand je dis au client que c’est limite-limite… Y en a qui ont du souci à se faire.

  5. C’est un peu de la triche cette méthode ? Bon après c’est une histoire de conscience si ça te gêne pas plus que ça… 😉 ou tes clients ou tes référenceurs…

  6. Malheureusement je ne décide pas, j’exécute : le client signe un contra de référencement (souvent plusieurs milliers d’euros, parfois un budget supérieur à celui du site web) avec **** et cette société spécialisée m’envoie les scripts à installer et les pages à poser sur le serveur. J’alerte le client verbalement mais je ne peux pas faire beaucoup plus.

Répondre