Google Maps, quand le service reconstitue une famille

Un Chinois enlevé à ses parents à l’âge de cinq ans a, en partie, réussi à retrouver sa famille biologique grâce à Google Maps.

Luo Gong a cinq ans lorsqu’il est enlevé à la maternelle. Il est alors transporté dans une ville situé au sud-est du Fujian à plus de 1.600 kilomètres de sa famille. Etant donné son jeune  âge, le garçon ne se rappelle plus du nom de la ville dans laquelle il a grandi, seul subsiste un souvenir : une place où se trouvent deux ponts.

Conscient d’avoir été adopté, Luo recherche sa famille biologique et tombe sur un site Internet dont la vocation est de réunir les familles séparées de leur(s) enfant(s). En dessinant une carte grossière de ce dont il se souvient, il espère que quelqu’un pourra l’aider. Et c’est le cas, un bénévole lui indique qu’une famille a perdu en enfant dans la cité de Guangan il y a 23 ans et que son dessin semble représenter cette ville.

LuoGong

Les données semblent correspondre à l’histoire de Luo, il se met donc à chercher sur Google Maps cette fameuse ville. Et là, miracle : le Chinois retrouve la fameuse place avec les deux ponts de son enfance. Cela lui permet de retrouver son quartier et, finalement, sa famille.

Autre temps, autre histoire, il reste à savoir si la famille adoptive du Chinois est liée à l’enlèvement. En tout cas ,Luo Gong a enfin pu retrouver sa famille et ce, grâce à la technologie. L’homme vit la fin de son calvaire, il a expliqué : »Chaque jour avant d’aller au lit, je me forçais à revivre le temps passé dans mon ancienne maison ».


12 commentaires

  1. Fervent lecteur de votre site depuis ses débuts, dernierement décu par la version iphone et aujourd’hui extrémement ettonné que vous n’ayez pas publié mon commentaire sur les dérives ethniques de cet article. Disons du bien ou rien?

    • Ne m’occupant pas de la modération des commentaires, j’ai tout de même jeté un œil pour voir de quoi vous parliez.
      Je tiens donc à vous répondre que qualifier quelqu’un par sa nationalité n’a absolument rien de méprisant on dit bien le Français, le Belge, l’Américain, le Marocain etc… Je ne vois pas réellement quel problème vous souhaitez soulever. Cet homme n’a pas un nom connu, nous ne parlons pas d’une célébrité, il n’y a donc aucune raison de rappeler son nom régulièrement, c’est un Homme comme vous et moi et c’est son histoire qui nous intéresse.
      Je ne comprends donc pas quel est le problème, dénommer quelqu’un par sa nationalité étant une pratique courante sans pour autant dénigrer le sujet.

  2. Merci pour cet article! J’étais déjà enthousiasmé par la nouvelle version à venir de Google Maps, mais là avec cette histoire je le suis encore plus! Belle histoire, la technologie a beau avoir ces défauts, cette actualité montre aussi qu’elle est fabuleuse!!

  3. Une belle petite histoire et je pense que la technologie nous réserve encore bien des surprises.

    Pour info, il manque le « ans » à « …cité de Guangan il y a 23 et que son dessin… »

Répondre