Suivez-nous

Tech

Oui, Google a payé deux de ses cadres pour étouffer des cas de harcèlement sexuel

Google a confirmé qu’il avait bien versé un montant total de 105 millions de dollars à deux de ses anciens cadres accusés de harcèlement sexuel au sein de l’entreprise. Les concernés sont le fondateur d’Android, Andy Rubin et l’ancien vice-président principal de la recherche, Amit Singhal.

Il y a

le

Google Andy Rubin
Andy Rubin © Flickr / Joi Ito

Il y a plusieurs mois, Google se félicitait d’avoir licencié 48 personnes accusées de harcèlement sexuel sans que celles-ci ne touchent d’indemnités de départ. Mais une enquête du New York Times révélait du même coup que le groupe avait également étouffé plusieurs cas de ce type, dont un impliquant le fondateur d’Android.

Rubin est accusé d’avoir obligé une employée de la firme à avoir une relation sexuelle avec lui, alors qu’il entretenait une relation avec elle. Un autre document déposé au tribunal indique également à son sujet : « Pendant qu’il travaillait pour Google, Rubin est également soupçonné d’avoir fait du trafic sexuel humain en payant des centaines de milliers de dollars à des femmes pour qu’elles lui appartiennent, selon ses propres termes ».

Google a versé 105 millions de dollars aux deux cadres pour leur départ

S’il a étouffé le scandale de la sorte, Google a également donné une prime de départ de 90 millions de dollars à Andy Rubin, qui a pu s’en aller en toute quiétude créer ses sociétés Playground puis Essential. Lors de ses révélations, le porte-parole du créateur d’Android avait nié les accusations, jugeant que Rubin était parti « de son plein gré » et qu’il n’avait « jamais eu de comportement inapproprié chez Google ou ailleurs ».

Ces révélations ont entraîné une plainte contre Google déposée par ses propres actionnaires. Celle-ci demande à Google de mieux gérer ses cas, mais souhaite aussi obtenir des dommages-intérêts punitifs, dont les montants n’ont pas été communiqués.

C’est dans le cadre de ce procès que Google a confirmé qu’il avait bel et bien accepté de payer Andy Rubin, mais aussi un autre de ses cadres, pour éviter que l’affaire ne puisse être révélée au grand jour. Au total, le montant versé aux deux cadres a été de 105 millions de dollars. Andy Rubin en a touché 90 millions, là où l’ancien vice-président principal de la recherche, Amit Singhal, a reçu 15 millions. À l’origine, le montant alloué à ce dernier devait être de 45 millions de dollars, mais il a été revu à la baisse lorsque Singhal s’en est allé travailler chez Uber.

Comme l’indique The Verge, c’est le Comité de développement du leadership et de la rémunération de Google qui a validé les deux paiements de Rubin et Singhal. Selon la poursuite, Larry Page, Sergey Brin et Eric Schmidt ont été aidés par d’autres dirigeants afin que leur avis pèse en la faveur des deux paiements.

Source
Image

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Pat

    13 mars 2019 at 19 h 50 min

    Citation : « avoir obligé une employée de la firme à avoir une relation sexuelle avec lui, alors qu’il entretenait une relation avec elle »

    Euh… je n’ai pas bien saisi.
    S’il entretenait avec elle une relation, comment-il l’avoir obligée d’avoir une relation sexuelle ?

    Ou alors, il manque un mot ou une phrase quelque part.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests