Google Plus, ville fantôme ?

Google ayant tardé à lancer son réseau social – Google Plus a été créé bien après Facebook -, on se doutait qu’en faire un outil de référence et un concurrent sérieux de Facebook ne serait pas chose facile. Une nouvelle étude vient de le confirmer.

Google ayant tardé à lancer son réseau social – Google Plus a été créé bien après Facebook -, on se doutait qu’en faire un outil de référence et un concurrent sérieux de Facebook ne serait pas chose facile. Une nouvelle étude confirme que ce que Larry Page appelle « la colonne vertébrale sociale » de l’entreprise est dans la réalité bien fragile pour ne pas dire faible.

ville fantome

C’est RJ Metrics qui vient de publier cette étude sur les usages enregistrés sur GooglePlus.

Conclusions de l’étude Google Plus

L’étude repose sur une analyse aléatoire de 40 000 utilisateurs. Tous les posts publics sur les timelines ont été téléchargés et analysés. Les posts privés n’ont pas été pris en compte. Malgré les 170 millions de comptes annoncés par Google, les conclusions de l’étude sont assez sévères, au point de se demander si Google Plus ne serait pas qu’une ville fantôme virtuelle :

– intérêt en baisse.

– faible engagement des utilisateurs.

– activité sociale réduite.

Statistiques Google Plus

– un post reçoit en moyenne 0.77 « +1 ».

– un post reçoit en moyenne 0.54 réponse.

– un post reçoit en moyenne 0.17 partage

– un tiers de ceux qui publient un premier post public n’en publient pas de second.

– après avoir « posté » 5 fois, 15% des utilisateurs ne publient pas de sixième post.

– il y a en moyenne 12 jours entre 2 posts publics d’un utilisateur

– après un premier post public, le nombre moyen de posts mensuels baisse régulièrement. C’est une tendance que Google ne parvient pas à inverser.

La faiblesse principale de Google Plus

Selon cette étude de RJM, la faiblesse principale de la plateforme réside dans la quasi absence d’engagement. Ce qui est pourtant l’un des points essentiels du fonctionnement d’un réseau social. D’autant que ces chiffres rejoignent ceux de ComScore publiés en Février 2012: les visiteurs « non-mobiles » de Google Plus y passent en moyenne 3 minutes par mois contre 7 heures sur Facebook.

Cette faiblesse est tellement marquée que même ceux qui s’engagent le plus ne sont pas accros : la probabilité de publier un second post n’est que de 70%.

La réponse de Google

La réponse de Google à la publication de cette étude est simplement de dire que ne prenant en compte que l’engagement sur les posts publics, la vue n’est que partielle et non pertinente.

De plus en refusant de communiquer des statistiques sur les niveaux de participation, Google laisse la porte ouverte à la critique. Et on sait qu’entre 170 millions de comptes créés et 170 millions d’utilisateurs du service, il y a une marge. D’autant que de son côté Facebook le fait.

Facebook: juste une mode?

Google Plus n’est pas seul à être touché par une étude « négative ». Pour près de la majorité des américains (Associated Press – CNBC) Facebook n’est qu’une mode passagère et le prix d’introduction en bourse est trop élevé. D’ailleurs pour 40% des investisseurs américains, investir dans Facebook est risqué.

Cyril Bladier, auteur de La Boîte à Outils des Réseaux Sociaux (Dunod).

Image: ‘Blitzen‘ – Flickr CC


Nos dernières vidéos

31 commentaires

  1. J’aime bien Google Plus et surtout pour les règles de partage. On peut vraiment partager simplement une information avec une partie de ses contacts.
    Sinon la fonctionnalité que j’aime vraiment est l’instant upload des photos sur l’appli android, on peut sauvegarder automatiquement toutes ses photos en ligne, très pratique.

    Mon sentiment est que Google+ est plus pro que facebook, c’est peut être pour cela qu’au niveau personnel les personnes préfèrent toujours facebook.

  2. Ce qui est certain c’est que sans doute 90% de mon activité sur Google+ se fait via des billets privés. D’autant plus avec la facilité de partager des photos et vidéos avec des cercles restreints quand on ne veut pas que la tête de son enfant se retrouve sur toute la toile. De même, en ces temps de campagne politique, avec mes avis politiques : je discutes et partages des données avec des cercles restreints, pas en mode public.
    Ne pas analyser la force du respect de la vie privée que permet google+ c’est en effet rater un énorme point positif de ce réseau social.

  3. Pingback: Google Plus, ville fantôme ? | Pascal Faucompré | Scoop.it

  4. Etude ridicule sans sérieux ni compétence. Les postés non publiques pas comptabilisés et là comparaison lamentable entre deux sites qui n’ont pas la même cible… A mourir de rire.

  5. Pingback: Réseaux Sociaux Actualités – Social Network News - Facebook, Twitter, Google Plus… Actualités sur les réseaux sociaux et réseau social.

  6. Etude sans fondement (ne pas voir les posts limited c’est perdre 40% des posts donc …)

    Comparaison avec Facebook qui n’a pas le meme objectif un peu inutile … vu que pas le meme public.

    Bref ca vaut pas grand chose cette etude …

    Pour ma part je l’utilise tous les jours principalement de facon veille specialisé et j’y trouve mon compte.

    Dire que c’est un reseau social fantome ca montre surtout que l’auteur de l’article ne l’utilise pas.
    Ou alors ca montre qu’il ne suit personne … un peu comme etre sur twitter et ne suivre personne ca donne l’impression d’etre sur un reseau fantome.

    Bref … article inutile et stupide …

  7. Autant je suis d’accord, la valorisation de Facebook est une farce, autant je ne pense pas que ce soit un effet de mode et que Facebook devrait rester encrer dans le Web de demain… Un peu comme Google à son lancement, maintenant faudra surtout voir si Facebook arrivera à se développer comme à réussi à le faire Google en son temps ! Les jeux ne sont pas encore faits et rien n’est jamais acquis !

  8. A mon avis ce résultat s’explique par la bonne implantation de Facebook et le fait que les utilisateurs ne voit pas l’intérêt d’utiliser un second réseau.
    Je ne pense pas que Facebook soit une mode même si sa croissance va ralentir.

  9. De toute manière on le sait ça, les comptes, du moins le nombre de compte, c’est toujours de la fumesterie.
    On ne peut pas juger du succès d’un compte ainsi.
    ON leur fait dire ce qu’on veut à ces nombres et vu que sur google+ on s’inscrit trèèèèèèès facilement (trop même), voilà..
    Google est arrivé dans un monde où le web social s’appelle Facebook.

    Ca ne sera pas un échec selon moi, mais un demi succès. Cependant, j’apprécie cela. Si google réussit partout, le web serait encore trop fermé dans sa toute puissance mondiale.

  10. Pingback: Google Plus, ville fantôme ? « L'info "Autrement" cftc hus

  11. Le service est tout de même un peu récent pour tirer des conclusions aussi hatives, toutefois à vouloir être sur tous les marchés, rattraper son retard et vouloir tout faire en même temps, on finit par être moins bons sur certains segments par manque de dynamique. Ce n’est certainement pas le cas de Facebook.

  12. amusant le « restera ancré »… Souvenez-vous d’IRC, de compuserve,…

    Rien n’est gravé dans la marbre sur la toile. Plus qu’ailleurs les toujours et les jamais me semblent hypothétiques 😉

  13. Salutation !

    De vous à moi, c’est un article polémique 🙂

    La vérité c’est que taper sur Google+ ne sert à rien, tout le monde s’accorde à dire que c’est un réseau social de qualité qui ne joue pas dans la même cour que Facebook.

    Autre chose, ça n’est pas parce que Google+ est moins chronophage que Facebook qu’il faut croire qu’il n’y a personne.
    Le truc avec Google+ c’est qu’on sait ce qu’on vient y faire. On va donc droit à l’essentiel et petit bonus, les discussions (débat) y sont très intéressant.

  14. « un tiers de ceux qui publient un premier post public n’en publient pas de second. » Cette phrase synthétise bien l’article. Comme quoi, avoir un énorme média ne garanti pas forcément le succès de chaque nouveau service proposé !

  15. Ok ok, on compare un peu des poires avec des pommes, mais la comparaison du temps moyen passé par rapport à FB (3mn contre 7h) est assassine !
    Ça prouve que malgré ses milliards, GG ne peut pas tout faire, même en forçant ses utilisateurs à s’inscrire.
    Ça prouve surtout que les réseaux sociaux ne sont pas là ad vitam eternam, et qu’une nouvelle phase d’innovation web va p-e pouvoir commencer, après ces années de sclérose où on a tenté d’enfermer le web dans un modèle unique (FB).
    Très très bonnes nouvelles !

  16. Tant qu’à faire toujours et toujours la comparaison Facebook/Google+, pourquoi ne pas la faire au complet?

    Combien y avait-il de gens inscrit sur facebook après un an? Moins que G+. Quel était le niveau d’activité? Plus bas que sur G+.

    Je ne sais pas qui a fait cette étude, mais il devrait changer de passer temps, c’est pas trop sont fort. A-t’il été payé par facebook?

  17. citron mecanic on

    Normal GG+ n’apporte rien de vraiment différent de FB dont c’est le coeur de métier et qui eest déjà bien installé, les trucs-like en général c’est la stratégie de l’échec, l’intérêt pour GG avec ce réseau social était aussi d’enrichir son moteur de recherche d’une dose de social, mettre de l’humain dans ses algorithmes dont la dimension purement technique montre parfois ses limites. Or c’est Pinterest que GG aurait dû inventer, et que GG devrait racheter en mettant un gros paquet de dollars sur la table, car ce réseau, qu’on l’apprécie ou pas, apporte qque chose de nouveau en mixant des éléments pré existants avec un zeste de citron excitant, nécessite un engagement peut-être plus léger que FB, idéal quand on arrive en 2è, 3è…, il donne une bonne indication des pages web et éléments multimédia appréciés des internautes (données à exploiter dans les serp pour améliorer leur pertinence), et il a ce petit truc cool, simple et disons « sexy » que n’a pas GG+.

  18. Pingback: Google Plus, ville fantôme ? | Le monde est-il NET ? | Scoop.it

  19. Si la passage au modèle freemium de Facebook se confirme (avec le paiement de la diffusion des statuts pour les particuliers) on verra si cela profite à Google + . La capitalisation de Facebook risque de modifier sa politique du « c’est gratuit et ça le restera toujours ». La différenciation de GG+ passerait alors par la gratuité absolue pour les internautes.

  20. Dommage que cette étude n’ai pas prise en compte les posts privées. Mais il est vrai que pour ma part j’ai délaissé google + et que je le trouve un peu désert…

  21. Bonjour,

    Si facebook est une mode alors il faut s’attendre à ce qu’il disparaisse dans les prochaines années (oui l’entrée en bourse de ce réseau social est un abus). Mais à notre époque, toute une population demande à utiliser un facebook ! Facebook vivra tant qu’il sera utile, il disparaîtra par essoufflement créative et incapacité à suivre ses clients ; ce qui est loin d’être le cas actuellement.

  22. Bonjour,

    Personnellement j’aime autant google+ que facebook, surtout depuis le changement de l’interface de facebook.

    google+ a du retard, mais je pense que ce retard peut se combler si la stratégie de développement de google est bonne.

    Salutations

  23. Pingback: Pourquoi GooglePlus peut aussi être bon pour votre business

  24. Pingback: Comment tirer le meilleur profit de GooglePlus pour promouvoir son business

  25. Pingback: Comment tirer le meilleur profit de GooglePlus pour promouvoir son business | net-day|Blog numérique

  26. Pingback: L'audience de Google Plus augmente de 43% en juin aux USA

  27. @Judicael en quoi google plus a t’il du retard?
    je le trouve plutôt en avance moi (possibilité de modifier ses status entre autre)
    @CyrilBadier il est vrai qu’on passe moins de temps sur G+ mais c’est aussi car l’interface est plus ergonomique, on s’y perd moins d’une part, d’autre part y a moins de conneries genre jeux ou concours qui font perdre un temps considérable

Répondre