Le gouvernement US et Coca-Cola vont utiliser la blockchain pour lutter contre le travail forcé

Coca-Cola, le gouvernement américain, et des entreprises expertes en Blockchain vont créer un registre des travailleurs et de leurs contrats de travail. À terme, cette technologie permettra de lutter contre le travail forcé et le travail des enfants, très courant dans le secteur agroalimentaire.

Au-delà des cryptomonnaies, l’aspect sécurisé de la technologie Blockchain trouve son application dans de nombreux domaines. Après le verrouillage des véhicules, la sécurité de l’autopartage et de la conduite autonome, elle pourrait aussi servir à lutter contre l’esclavagisme moderne.

C’est une association pour le moins insolite, mais pour la bonne cause. Le gouvernement américain, Coca-Cola, Bitfury et Emercoin unissent leurs forces pour lutter contre le travail forcé à l’aide de la technologie Blockchain. Pour rappel, la Blockchain est une sorte de base de données gigantesque, qui permet de répertorier et d’identifier tous les utilisateurs d’un système de manière inviolable. Ici, l’objectif est d’utiliser ce système dans le but de créer un registre décentralisé recensant l’intégralité des travailleurs lié à leurs contrats de travail.

L’intérêt d’une telle base de données est de pouvoir identifier les personnes victimes de travail forcé. Le niveau de sécurité réputé inviolable de la technologie en fera une preuve irréfutable en cas de non respect des clauses d’un contrat de travail. Il sera aussi possible d’identifier le travail illégal des mineurs ainsi que d’autres pratiques d’exploitation.

Un moyen d’éviter l’esclavagisme moderne

Selon l’Organisation Internationale du Travail, près de 25 millions de personnes travaillent dans des environnements de travail forcé. Environ 47 % de ces personnes se trouvent en Asie.

Le gouvernement jouera un rôle consultatif et fournira une expertise sur les droits du travail et la protection des travailleurs. Dans un courriel, le secrétaire adjoint adjoint Scott Busby a déclaré que si la technologie de la Blockchain ne peut pas obliger les entreprises ou les autorités à respecter les contrats de travail et les droits, elle peut fournir des preuves de ces contrats, ce qui peut décourager à enfreindre les lois.

Blockchain Trust Accelerator, un organisme à but non lucratif impliqué dans ce projet, indique que le but est de fournir un moyen sûr et sécurisé de valider les travailleurs et leurs contrats auprès de Coca-Cola et d’autres multinationales des secteurs agroalimentaires et des boissons, souvent concernées par ces problèmes. En effet, d’après une étude de KnowTheChain, la majorité des entreprises de ce secteur sont concernés par ce problème. D’ailleurs, Coca-Cola a déjà été accusé de pas avoir protégé des travailleurs qui récoltent la canne à sucre nécessaire à la fabrication de la boisson. L’entreprise s’est donc engagée à s’occuper du problème et affirme que ce projet ne sera pas le seul du genre.

Source


Commenter