Happy hour Best of

A la demande générale (c’est à dire au moins une personne) et parce-que ça me faisait plaisir aussi, voici une rétrospective complètement personnelle et arbitraire des meilleurs titres de l’Happy hour sur 2007.
Il n’y en a même pas 10 sinon j’aurais nommé cela Top 10, et ça déborde sur 2006, parce-que je ne pouvais décemment pas faire un best of sans la reprise de Sexual healing par Ben Harper.
C’est ça la liberté des blogs. On fait des top 10 annuels sur 2 ans avec 11 titres.
Pour que vous vous y retrouviez un peu j’ai remis mes textes de présentation avec sinon certaines associations n’auraient pas de sens.

A la demande générale (c’est à dire au moins une personne) et parce-que ça me faisait plaisir aussi, voici une rétrospective complètement personnelle et arbitraire des meilleurs titres de l’Happy hour sur 2007.
Il n’y en a même pas 10 sinon j’aurais nommé cela Top 10, et ça déborde sur 2006, parce-que je ne pouvais décemment pas faire un best of sans la reprise de Sexual healing par Ben Harper.
C’est ça la liberté des blogs. On fait des top 10 annuels sur 2 ans avec 11 titres.
Pour que vous vous y retrouviez un peu j’ai remis mes textes de présentation avec sinon certaines associations n’auraient pas de sens.

Quand un géant reprend un ex-géant, forcément ça donne un truc sublime.
Un homme et une guitare acoustique, c’est terrible les dégâts que ça peut faire à l’âme.


Sexual healing (Marvin Gaye) – Ben Harper


Moins cool que d’habitude, mais faut savoir bouger son corps aussi de temps en temps (même à l’heure du pastis).
Tiens, je vous dis pas ce que c’est, à vous de deviner.


Un homme, un vrai, même dans cette reprise légèrement décalée (Dépêche Mode) au Jack Daniels.
Un homme, un vrai.
Pas un mangeur de yaourt.


Un petit air de Moby non ?
Version coucher de soleil-tequila alors…
Que c’est beau.


Sufjan Stevens


Deux versions du même titre par Foo Fighters (des anciens Nirvana).
A déguster avec un, mais surtout plusieurs Tequila Puff (Téquila + scheppes + Tabasco, le tout dans un petit verre épais que tu fais péter sur la table avant de l’envoyer visiter le fond de ton gosier d’une traite)

L’after hours, c’est l’happy hour version quand la ville dort.
Forcément on écoute d’autres choses.
Ca par exemple, où je constate avec plaisir qu’ils semblent encore vivants.


Grant Lee Buffalo –  Fuzzy (pas fait exprès pour le titre).


C’est étonnant comme la reprise acoustique d’un tube planétaire lui redonne ce supplément d’âme qui fait peut-être parfois défaut dans la version d’origine…
Obadiah Parker – Hey Ya (Outkast Cover)



Quand Manu Chao oublie un peu ses espagnolades et remet les doigts dans la prise, le résultat est plutôt jouissif.
It’s time for mojito my friends. With a cup of adrenaline.


Un happy hour tout simple pour finir la semaine en douceur.
Peter Von Poehl – Découvert cette semaine grâce à mon frérot.
(message à Sébastien Chabal : n’écoute pas ça, tu as du taff ce soir. Pour toi j’ai plutôt prévu ça :).


Puisque la mode est aux pubs avec des vrais morceaux de Jagger-Richards dedans, je verrais bien celle-ci une prochaine fois.Sinon en moins aérien (et plus énervé), il y a aussi cette cover de Paint it black.Mais pas sûr que la ménagère de moins de 50 ans apprécie.
Tchin !


Sitôt découvert, sitôt adopté.


Dios Malos (et ce titre à la Neil Young période Harvest) va m’accompagner une bonne partie de cet hiver, je le sens.


Je vous préviens les jeunes, ce truc ne l’est pas, tout jeune, mais c’est pas une raison pour partir tout de suite.
Ce Carpet Crawlers de Genesis première époque (peter Gabriel, tout ça) est lié à tant de souvenirs personnels d’enfance que je ne pouvais plus le passer sous silence plus longtemps, c’eut été insoutenable.
Et en plus c’est beau, mais c’est beau.
Ma madeleine de Prost (comme dirait Jean Alesi).


Nos dernières vidéos

10 commentaires

  1. Je crois avoir reconnu la voix du second titre, ça ne serait pas Jimmy Pop (dont je suis ultra fan au passage) par hasard ?

  2. Argh, pas loin, je suis sur que c’est Jimmy Pop qui parle au début mais le titre après c’est pas de lui, c’est très Beasty Boys et à la fois très Beatles… The Beastles ? Avec le titre Tripper Trouble ! Je suis presque sur de mon coup, faut que je vérifie…

  3. Tiens une référence au sport automobile, c’est assez rare pour le souligner 😀

    En tout cas quelques belles découvertes! Merci 😉

  4. Apres avoir vu Ben Harper en 1er avec Sexual Healing, j’ai su que je pouvais regarder la playlist sans crainte.

    Merci pour cette liste, de belle s decouvertes.

Send this to a friend