Huit mois de prison ferme pour avoir piraté Facebook

Un jeune étudiant britannique du nom de Glenn Mangham s’était amusé à tranquillement infiltrer Facebook depuis sa chambre du Yorkshire, en prenant le contrôle du compte d’un employé du réseau social alors en vacances.

Le hack remonte au printemps 2011, et avait été décrit par le procureur devant une cour de Londres comme « le plus grave incident sur un réseau social qu’une cour britannique ait eu à juger ».

marteau juge tribunal

Un jeune étudiant britannique du nom de Glenn Mangham s’était amusé à tranquillement infiltrer Facebook depuis sa chambre du Yorkshire, en prenant le contrôle du compte d’un employé du réseau social alors en vacances.

Quand Facebook découvrit le hack, il en informa immédiatement le FBI, qui lança une enquête menant à l’arrestation de Glenn Mangham en juin 2011. Mangham, qui était jusqu’alors inconnu des services de police et de justice, se défendait en considérant qu’il était un « hacker éthique » puisqu’il avait précédemment informé Yahoo! spontanément après avoir constaté une faille de sécurité dans l’un de ses services.

Le juge ne l’a apparemment pas entendu de cette oreille, considérant probablement que l’excuse de « hack éthique », souvent évoquée par les hackers qui se font prendre la main dans le sac était quelque peu insuffisante pour justifier ce qui est une usurpation d’identité puisqu’une peine de huit mois de prison a été prononcée à l’encontre du jeune pirate de 26 ans. Le préjudice pour Facebook est estimé à 200.000 dollars.

Police sans frontières

Rappelons que ce n’est pas la première fois qu’une cour britannique condamne des internautes « anonymes » après les avoir pistés et retrouvés : un jeune homme de 22 ans avait été condamné en août 2011 à 4 ans de prison pour avoir incité aux émeutes sur sa page Facebook. Plus près de chez nous en 2010, c’est « Hacker Croll », jeune auvergnat de 23 ans qui s’était fait pincer par la police française accompagnée du FBI pour avoir piraté plusieurs comptes Twitter, dont celui de Barack Obama.

A ce sujet, de nombreux internautes s’étaient étonnés, voire émus, que les responsables de Megaupload, Kim Dotcom en tête, aient pu aussi facilement se faire arrêter par les forces de police américaines alors qu’ils résidaient entre autres en Nouvelle-Zélande. C’est pourtant ce qui est arrivé aux autres personnes citées précédemment dans cet article. Il s’agit d’arrestations en vertu d’accords de droit international qui démontrent qu’en matière de lutte contre la cyber-délinquance il n’y a pas de frontières (alors que quand il s’agit d’imposer des droits de diffusion des œuvres, là comme par hasard, les frontières sont très étanches, mais c’est un autre débat…).

(source)

Image : ‘judge hand with gavel‘ – Flickr CC


Nos dernières vidéos

19 commentaires

  1. Ouais c’est beau de voir l’efficacité des autorités pour pincer les pirates de Facebook qui ont postés des conneries sur le mur du voisin.

    Pendant ce temps on continue de classer sans suite les milliers d’escroqueries à la carte bleue opérées par les mafias en Côte d’Ivoire qui détournent des centaines de millions d’euros. C’est pas là bas que le FBI va faire une descente de police. Dommage…

  2. Et concrètement, on sait ce qu’il avait fait au juste ?
    Qu’est-ce qui avait causé un préjudice de 200 000 euros ?

    Parce que si le préjudice est réel, pourquoi pas (il n’y a pas de raison que ce soit moins sanctionné que dans la vie réelle).

    Mais si c’est juste parce qu’il a réussi à « entrer dans le système » sans rien faire de plus, ça fait cher le moment de fun !

  3. Au moyen age, on condamnait à des peines excessives n’importe quel braconnier, ou voleur de poule pendant que les seigneurs féodaux pillaient légalement tous les petits paysans. Le résultat a été une stagnation humaine longue et douloureuse longue de plusieurs siècles.

    On en est là en termes de droit de la propriété intellectuelle : au féodalisme. Si on compte arriver un jour au siècle des lumières, il va falloir qu’on se décide à voir qu’il s’agit là du cœur du débat, et pas un « détail de l’histoire » qu’on laisse en 2 lignes au bas d’un article.

  4. D’un autre côté, on peut aussi considérer ce piratage comme une intrusion chez soi. Qu’il ait volé ou non des infos, cela reste une intrusion (rentre chez qqun en forçant sa serrure, même sans voler tu risques qqch).

    Par contre avait il prévenu facebook avant son arrestation? car si oui, là la décision est un peu lourde

  5. Dans le contexte actuel de bataille rangée autour de la problématique « identité sur le net »(utilisation compte fb, twitter, g+, etc pour se loguer sur quasi tous les sites/services), bataille rangée laissée à deux ou trois « monstres » prônant en plus souvent ouvertement la fin de l’anonymat, utilisation de pseudos, privacy sur le net (déclarations claires à ce sujet de E Schmidt ou M Zuckerberg, du genre « le vie privé c’est fini, il faudra juste vous y faire), ou par exemple :
    http://www.slate.fr/story/4809.....-fais-peur
    ou :
    http://www.glazman.org/weblog/.....ook-Morons

    Ainsi que l’utilisation/vente des données personnelles, valeur majeure de l’affaire, par exemple :
    « #Facebook, 800 millions d’users, valorisé 100 milliards. A la bourse de l’humain numérique, je vaux donc 125$.  »
    https://twitter.com/#!/marklor/status/163698040195121152

    Il est assez évident qu’aucune loi uniquement « défensive » ou « contraignante » sur l’existant ne « fonctionnera », et il est essentiel de définir un nouveau rôle et organisations associées, à ce sujet :
    http://iiscn.wordpress.com/201.....aise-idee/
    Ou rappelons le, pour que les choses « fonctionnent sans friction »(ne pas voir 36000 login/passwrds à se rappeler), il n’est nécessaire en aucune manière qu’un identifiant unique par personne ne soit partagé entre les acteurs (pas plus que votre numéro de profil facebook ou google est transmis à qui que ce soit), et que cette direction devrait de fait être évitée à tout prix.

    Rôle et organisations (plusieurs bien évidemment et avec possibilité de déménager, condition sine qua non à possibilité de relation de confiance) associées, exactement le et les mêmes nécessaires pour la mise en place d’un environnement du type :
    http://iiscn.wordpress.com/201.....que-draft/

    Et il ne s’agit en aucun cas de « tout refaire », techniquement quasi tout est déjà là.

  6. @BlueBloods : je suis d’accord, rien que l’intrusion peut être pénalisée. Mais le tarif est un peu cher. Si on prend le parallèle avec une intrusion dans une maison, si le voleur est entré, ressorti, mais n’a rien pris, la peine prononcée sera probablement assez légère.

    @effisk : pas d’accord. Pas sur l’estimation mais sur le principe. Si on facturait à chaque condamné ce que cela a coûté de le retrouver et de l’arrêter, ça leur coûterait très très cher.
    Cela dit je ne trouverai pas forcément cela totalement illogique parfois (mais parfois seulement), j’en parlais justement hier soir après « faites entrer l’accusé » ! Quand le gars condamné est très riche (ce qui était en partie le cas) pourquoi ne pas lui demander de participer à l’effort pour l’attraper/condamner plutôt que ce soit le contribuable. Mais c’est un vaste débat…

  7. Huits mois les amis, c’est énorme, pour ne pas dire abusif… Certains pour violences physique prennent moins.. Deux justices, deux époques. Triste monde parfois.

  8. @Franck y’a pas de d’accord ou pas d’accord, c’est ce que facebook a indiqué. Il s’agit d’ailleurs de dollars et non d’euros, et cette somme n’a pas été réclamée à l’accusé.

  9. @Franck
    Oh certes pas forcément très direct, mais de fait aucun vrais dialogues sur les enjeux importants (celui là ou le contenu), se plaindre des monstres quand en même temps on considère que c’est une fatalité, mis à part tout libre tout gratuit patati patata ne permet pas forcément d’adresser les vrais questions. Mais pas forcément le but ici effectivement …

  10. Pingback: Glenn Mangham, le hacker de Facebook, écope de 8 mois de prison – Clubic.com | France – iWooho.com

  11. Je trouve ça normal de condamner un hacker qui s’introduit dans une entreprise et qui fait perdre plus ou moins 200 000 euros. Et je pense que si il y a encore des hackers qui s’amusent à pirater les comptes d’Obama ou de grandes entreprises juste pour le fun, c’est qu’il ne se font pas attraper souvent.

  12. Dire que je me suis fait hacker plus de 200 sites avec grosse perte financière et personne n’a été inquiété. Faut avoir l’armada d’avocats de facebook pour espérer récupérer ses billes dans le cas d’un hack.

  13. Pingback: 8 mois derrière les barreaux pour un jeune ayant piraté Facebook

  14. Pingback: L’introduction en bourse de Facebook pourrait avoir lieu le 17 mai

  15. Pingback: Elle poste la photo d’une liasse de billets sur Facebook : sa maison est cambriolée

Répondre