Connect with us

Actualités

Hyperloop TT commence à construire sa piste d’essai à Toulouse

Le projet Hyperloop commence la construction d’une piste d’essai en France, près de Toulouse, la première hors des USA. Les premiers essais en conditions réelles sont prévus pour cette fin d’année sur une piste de 320 mètres de longueur.

Il y a

le

Hyperloop, l’autre projet dans lequel Elon Musk est impliqué et voué à révolutionner le transport terrestre de longue distance, continue son développement. La branche Transportation Technologies, en charge de la construction des tubes de permettant aux capsules de circuler, annonce débuter la construction d’une piste d’essai en France du coté de Toulouse.

La France, premier pays d’essais hors USA

La première partie, d’une longueur de 320 mètres, sera achevée dès cette année. Ensuite, la deuxième partie qui sera achevée en 2019 portera cette distance à 1 km, avec des tubes surélevés par des pylônes de 5,8 mètres de hauteur. Pour effectuer les premiers tests, une capsule actuellement en construction en Espagne par l’entreprise Carbures sera acheminée dès cet été. La France est donc le troisième lieu d’essai pour Hyperloop TT, mais aussi le premier hors des Etat-Unis. En effets, les permières pistes d’essai sont installées dans le désert au nord de Las Vegas, et à coté du siège social de SpaceX à Hawthorne, en Californie.

> Lire aussi :  Le milliardaire Richard Branson quitte la présidence de Virgin Hyperloop One

« Il y a cinq ans, nous avons entrepris de résoudre les problèmes les plus pressants du transport : l’efficacité, le confort et la vitesse. Aujourd’hui, nous faisons un grand pas en avant pour commencer à atteindre cet objectif« , a déclaré Dirk Ahlborn, PDG d’Hyperloop TT. « Hyperloop est plus qu’une simple démonstration d’accélération rapide et plus qu’un simple record de vitesse. La véritable opportunité est de créer un système efficace et sûr avec une expérience de voyage inégalée. »

Un développement lent, mais certain

Cette nouvelle indique que l’entreprise poursuit bien son développement vers un objectif de construction à grande échelle. A terme, l’entreprise promet de transporter passagers et marchandise à plus de 1100 km/h, sur plusieurs continents. D’ici là, l’entreprise à encore plusieurs années de recherche, développement et construction avant d’y parvenir. Mais la société a de quoi atteindre ses objectifs, notamment grâce à ses 800 ingénieurs provenant de diverses grandes entreprises partenaires impliquées dans le projet, telles que la NASA, Boeing, Tesla ou SpaceX.

> Lire aussi :  L'Edito Hebdo : Hyperloop et les grincheux, Citronium mode d'emploi

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests