Connect with us

Internet

L’inculpation de Julian Assange (WikiLeaks) aux USA révélée par erreur

Des documents issus de WikiLeaks révèlent que son fondateur Julian Assange a été secrètement inculpé aux États-Unis. Les chefs d’accusation sont encore méconnus.

Il y a

le

Julian Assange WikiLeaks
Julian Assange © WikiLeaks

Dans un tweet posté il y a quelques heures, WikiLeaks a annoncé : « SCOOP : Le département américain de la Justice révèle ‘accidentellement’ l’existence de chefs d’accusation secrets (ou de projets de tels chefs d’accusation) contre le directeur de WikiLeaks Julian Assange, dans ce qui semble être une erreur de copier-coller dans une autre affaire, également instruite dans le district est de la Virginie ».

Malgré plusieurs enquêtes sur Julian Assange, c’est la première fois qu’il est inculpé.

Des chefs d’accusation contre Julian Assange encore méconnus

En effet, il semblerait que l’inculpation aurait dû rester secrète, mais des documents liés à une affaire l’ont finalement mis en lumière à cause d’une erreur faite par des procureurs. Il semblerait que les autorités aient souhaité rester discrètes sur le sujet afin d’éviter que Julian Assange ne puisse fuir avant une potentielle extradition. Néanmoins, la nature de chefs d’accusation n’a pas été révélée par le document.

Pour rappel, le fondateur de WikiLeaks vit reclus dans l’ambassade de Londres où il est parti se réfugier en 2012 après que la Suède ait demandé son extradition. En effet, deux femmes issus du pays ont porté plainte 2010, en indiquant qu’elles avaient eu des relations sexuelles séparées et répétées avec Assange. En 2017, l’enquête pour viol a finalement été classée sans suite.

En 2010 aussi, WikiLeaks avait également partagé des documents de l’armée américaine portant sur les guerres en Afghanistan et en Irak, faisant plusieurs scandales. Il se peut que le procureur américain Robert Mueller chercher à établir un lien entre WikiLeaks et l’élection de Trump en 2016. Selon la CIA, la plateforme aurait aidé la Russie afin que l’actuel président soit élu, mais il semblerait que cette hypothèse n’ait pas encore été prouvée.

Source

5 Commentaires

5 Commentaires

  1. Sam

    16 novembre 2018 at 16 h 56 min

    ambassade d’Equateur à Londres

  2. Melissa

    18 novembre 2018 at 0 h 54 min

    Il y a une coquille dans votre article : « Il se peut possible que le procureur »

    • Jean-Guillaume

      18 novembre 2018 at 15 h 20 min

      Merci, c’est corrigé 🙂

  3. LudivineV

    18 novembre 2018 at 21 h 02 min

    Bonjour,
    je voulais vous signaler qu’une seule femme avait porté plainte en réalité.
    La première a convaincu la seconde (elles se connaissaient) quand elle appris que l’autre voyait également Julian Assange.
    Mais la seconde, Sophia, a retirer sa plainte immédiatement.
    D’après mes sources, des SMS avant et après les relations montre le consentement de la première.
    Une histoire qui aurait du restée privée à mon avis, d’autant que Stéphania Maurizi, dans son article original montre que l’enquête a été retardée pour faire trainer l’évident abandon de charges qui aurait du suivre cette plainte, possiblement motivée non pas par un viol effectif mais par un cyber-harcèlement à la suite de la relation, qui lui aurait laissé à penser à tort qu’il s’agissait de Julian Assange (false-flag).

  4. Talisban

    21 novembre 2018 at 6 h 18 min

    Un paquet de fautes ! Il faut se relire les amis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests