[infographie] Drones : bientôt la banalisation et des usages commerciaux ?

Nous avons vu récemment que les drones étaient depuis longtemps sortis de leur usage initial, prioritairement réservé à des fins militaires et de surveillance, pour se développer auprès du grand public. Bientôt des usages commerciaux pour les particuliers ?

Nous avons vu récemment que les drones étaient depuis longtemps sortis de leur usage initial, prioritairement réservé à des fins militaires et de surveillance, pour se développer auprès du grand public.

Cette démocratisation, liée à l’émergence des technologies numériques personnelles (smartphones, miniaturisation, GPS, caméras embarquées, accéléromètres…) permet à tout un chacun de s’offrir facilement quelques minutes fascinantes de vol en immersion (FPV) pour moins de 300 euros, soit la moitié du prix d’un smartphone. Des usages qui entrent davantage dans la catégorie gadgets ou jouets pour adultes.

Mais, à n’en pas douter, les prochaines évolutions de ces usages seront probablement commerciales. Nous avons déjà ici évoqué des projets, qui peuvent paraître fantaisistes aujourd’hui, mais qui pourraient devenir sérieux dans quelque temps (et peut-être plus rapidement que nous ne l’imaginons), comme notamment Tacocopter, pour la livraison de cuisine Tex-Mex à domicile par hélico radiocommandé, ou encore Matternet, service de livraison de colis par drone dans les régions difficiles d’accès.

L’infographie ci-dessous recense tous les usages potentiels des drones, et ils sont nombreux, que ce soit en termes de services publics ou d’applications commeerciales : télécommunications, prévisions météo, monitoring, surveillance, livraison, prises de vues, et même… journalisme, puisque le « drone journalism » a même déjà son site. Qui sait d’ailleurs à ce sujet si la prochaine fuite concernant l’iPhone 6 ou l’iPad 12 ne proviendra pas d’une photo aérienne volée à travers la fenêtre du bureau de Tim Cook à Cupertino ?

Les drones pourraient bien être la prochaine révolution technologique personnelle, avec bien sûr les risques de dérives que cela suppose, et des utilisations détournées à des fins pas très rassurantes (espionnage, terrorisme, criminalité…). Bientôt une réglementation… et des taxes ?

En attendant, si vous vous intéressez au sujet, régalez-vous avec cette infographie assez exhaustive.

(source)

 


Nos dernières vidéos

16 commentaires

  1. Perso je connais un agent immo qui utilise un drone pour alimenter certaines annonces sur son site web. J’en avais même fait un article sur mon blog.

  2. Alors oui pour l’usage des drones civils à des fins réellement utiles : cela peut être une solution rentable pour le fret aérien. Mais livrer des tacos à domicile avec un drone ?? Lol. Cette vidéo montre comment utiliser un drone pour « parachuter’ des burritos…http://goo.gl/FvjTM

  3. Hm…. est ce vraiment légal de voler par dessus les habitations, pouvant espionner les gens chez eux, quand ils sont nus dans leur jardin par exemple ? 😀

  4. Il est certain que nous assistons à la naissance d’une nouvelle forme de surveillance généralisée, mais il ne faut pas taire les avantages qu’elle est en train d’apporter aux métiers de la sécurité, le secours, la photographie, le cinéma, l’éducation, etc…

  5. De toute façon l’Etat ne laissera pas son utilisation sans aucun contrôle ni encadrement.
    Il y a un risque de violation de la vie privée, et d’autres encore…mais si le drone est utilisé à bon escient alors oui pourquoi pas !

  6. Pour avoir un ami qui fait cela aussi professionnellement parlant (photo immobilier, clic vidéo, devis pour par exemple bâtiments très elevés (pour pas mettre de structure échafaudage, etc) c’est tout simplement génial. C’est pas un « petit modèle » a la Parot qui, avouons le, est très amusant mais reste unjouet, mais si bien piloté ces drones plus évolués sont tout simplement monstrueux en application! (son site http://www.aerienne.be).
    Il a d’ailleurs beaucoup de demande de vente/achat sur son site. Car il faut certaines compétences pour le monter. Mais il forme les pilote les gens etc. Donc franchement il y a de la demande et ca va en constante progression. Seul hic le prix !! 🙁

  7. Je vous conseille d’aller voir le site http://www.workfly.Fr pour voir le genre de drone de haute techno conçu et fabriqué en France ! pour le civil, avec de nombreuses applications à venir. Ils commencent à commercialiser justement en ce moment ! C’est le drone le plus sûr de sa catégorie apparemment. Hyper facile à piloter de la démo que j’ai pu voir, ils savent où sont tous leurs drones à tous moments dès que ceux-ci volent, donc, sécurité maximale ! Cela fait longtemps que je les suis… Etant pilote de modélisme à la base, je les avais rencontré sur une manifestation de drones. La législation actuele pour info encadre très bien leur utilisation. Je ne crains rien de ce côté-là ! Il y a plein d’applications nouvelles sans arrêt ! C’est l’avenir !

  8. Le risque, c’est que l’un des pilotes en herbe d’ARdrone aille crasher son bidule sur un gosse/chien/vieux/flic/CRS/monument, et que ça se réveille dur du côté de la DGAC et autres organismes. En attendant, y’a prolifération de boites qui proposent des drones de prise de vue avec ou sans formation. Et surtout avec ou sans indication de ce qui est autorisé ou pas. Et non, voler en zone urbaine ne l’est pas.

    D’ailleurs, d’un point de vue strictement légal, l’ARdrone piloté à vue (en le regardant) est légal, le piloter en ne regardant le smartphone ou la tablette en l’est pas !! Y’a des tas d’informations indispensables sur le site de la DGAC (mais c’est Doliprane direct), sur http://helimag.com, et plus fun, sur http://helicomicro.com.

  9. c est bien beau tout ça, sauf qu’en France, la réglementation interdit le survol de zones habitées, et limite à 100m la distance entre l’engin et l’aéronef, sans parler de la nécessité même dans ces conditions, de disposer d’un brevet de pilotage délivré par la DGAC. De quoi limité cette « explosion » tant annoncee.

  10. La visibilité grand public donné par Parrot a clairement ouvert la voie, en France en tout cas à la démocratisation des drone civile. Cela va prendre encore quelques années, mais les utilisations, des plus sérieuses aux plus farfelues ne manqueront pas de se développer.
    Reste à voir si le législateur pourra, cette fois, faire preuve d’un peu d’anticipation et de beaucoup de bon sens…
    J’ai repris cette infographie, très sympa, sur mon blog.
    Merci

  11. Pas vu, pas pris ! Mais bien des apprentis-dronistes sont hors la loi !

    Pour simplifier à l’outrance, il faut savoir que tout ce qui vole en France est réglementé, qui plus est lorsque cela devient une activité professionnelle.
    Pour les drones, la réglementation est disponible ici: http://www.developpement-durab.....velle.html (avec lien vers les arrêtés parus au JO).
    Pour faire simple, rien n’est possible sans être passé par la case DGAC … Et si de plus vous voulez faire des survols/photos en agglomération (y compris bien des petites villes de moins de 10 000 habitants), un passage par la préfecture du département est requis pour chaque vol …
    Et pour ceux qui prétendent que le vol est facile et sans risque: eh bien demandez aux aéromodélistes ce qu’ils en pensent

  12. Pingback: Le journalisme à l'heure des drones

Répondre