[rédacteur invité] Internet, high-tech et réseaux sociaux au Brésil

Article rédigé par Thierry Roget, français résidant au Brésil et auteur du blog Roget.biz et plus récemment de Conseil Blog. En ces périodes de froide grisaille j’ai pensé qu’un petit tour sous les tropiques ne serait pas de trop pour soigner notre moral en berne. Cet article fait partie de la série « Web d’ailleurs » inaugurée

Article rédigé par Thierry Roget, français résidant au Brésil et auteur du blog Roget.biz et plus récemment de Conseil Blog. En ces périodes de froide grisaille j’ai pensé qu’un petit tour sous les tropiques ne serait pas de trop pour soigner notre moral en berne. Cet article fait partie de la série « Web d’ailleurs » inaugurée avec le précédent volet sur l’Afrique[1]

Habitant au Brésil et blogueur Francophone, Eric m’a proposé ses colonnes pour publier un article sur le Brésil en relation avec la ligne éditoriale de Presse-citron. Je remercie Eric de me prêter son blogue.

Quelques données en guise d’introduction

Le Brésil est un pays qui est 16 fois plus grand que la France, avec 192 Millions d’habitants. Il fait partie des BRIC, (Brésil, Russie, Inde, Chine) terme créé par la banque Goldman Sachs pour qualifier ces quatre pays à forte croissance. Habitant sur place, je peux vraiment confirmer que ce pays est en plein boom économique, je dirais même que la machine tourne à toute vapeur et qu’il y a risque d’explosion à tout moment.

Le Brésil la crise connaît pas

Le brésil est le dernier pays à être entré en crise à cause des subprimes aux états unis et le premier à en être sorti. Depuis 6 ans, les Brésiliens vivent une espèce de miracle économique qui se traduit par une effervescence sur tous les marchés et, bien sûr, du côté  Internet et téléphonie mobile le boom est encore plus spectaculaire. Tout cela est facilité par le crédit « facile » où il est pratiquement possible d’acheter tout en 10 fois ou 12 fois sans frais surtout pour des produits high-tech. Pour l’anecdote les prix sont, la plupart du temps, affichés en mensualités de paiement et il faut toujours chercher un peu combien vaut le prix coutant d’un produit.

Le high-tech au Brésil: un produit de luxe

Côté high tech, un IPAD 64GB WI-FI + 3G Apple coûte à la FNAC Brésil 1150 € soit 43% plus cher qu’en France, cela est dû aux taxes d’importation très élevées au Brésil. Cela n’empêche pas les Brésiliens d’acheter ce produit pour 95€ par mois.  Si on passe à un produit comme une console de jeu Nitendo DS il faudra débourser 364 € contre 145 € en France. Ici j’ai franchement l’impression qu’une bonne partie des produits high-tech (informatique, son, photo, vidéo) sont des fins de séries invendues en Europe et ce deux fois plus cher. Cela dit il existe les voix de contrebande, en provenance du Paraguay qui soulage un peu les finances de tout le monde.

Au sujet des réseaux télécom

En termes de téléphonie, le Brésil compte 194 Millions d’abonnés mobile (légèrement supérieur à la population) 82% sont des prépayés. Il y a également 17 millions d’abonnés en 3G. Côté fixe, il y a 41 Millions de lignes en service et ce chiffre est stable depuis 5 ans. Le marché se divise avec 4 opérateurs importants OI (ex Brasil Telecom), TIM (Telecom Italia) , Claro (Mexican mobile grouo Américan Movil), Vivo (Spain’s Telefonica and Portugal Telecom)

Coté « bande large » (accès internet haut débit) on compte aujourd’hui 12,8 millions de lignes (ADSL 8.6, Câble TV 3.6) Les quatre sociétés qui se disputent le marché sont OI, Net, Telefonica et GVT). Je suis personnellement chez GVT qui ne goulotte pas le transit international et je paye 35 € par mois pour un forfait 3 Mbit/s et 230 minutes de franchise de téléphone fixe local. (source  teleco.com.br)
Même si les foyers Brésiliens ne sont pas très équipés en haut débit, ici les cybercafés qu’on appelle LanHouse sont très nombreux. Pour 1 € par heure, on a de quoi faire tout le nécessaire pour vérifier les mails, le compte Orkut et faire un peu d’administratif.

Réseaux sociaux: le Brésil, un gros consommateur… pas fan de Facebook

Facebook n’est pas le roi ici au Brésil, on y préfère Orkut (3 ième position en trafic celon l’indice Alexa. Cela dit le nombre d’utilisateurs Facebook a doublé en 6 mois avec 8,5 Millions de comptes aujourd’hui. Les Brésiliens ont également adopté Twitter qui talonne Facebook en terme de pages visitées par mois  (Orkut Continues to Lead Brazil’s  Social Networking Market).

Culturellement le brésilien est un zappeur, il n’hésite pas à passer d’un produit à l’autre, d’un service à l’autre sans état d’âme. Il se peut donc que Facebook prenne le dessus très rapidement.

Côté Blogues hightech

Nous n’avons pas de classement Wikio au Brésil, il existe de nombreux portails qui se rapprochent de loin du style wikio, comme ocioso.com.br, mais il est difficile de trouver de la bonne information. Je conseille plutôt de lire les blogues meiobit.com et mundotecno.info qui sont des blogues d’actualité high-tech dont je me sers de temps en temps pour y trouver de la matière à bloguer.

Quelques signes de l’avance du Brésil sur certains services

Voilà quelques faits intéressants plutôt high-tech à souligner. Ici au Brésil les déclarations d’impôt sont faites intégralement en ligne. Les dernières élections ont été faites à 100% par vote électronique. Côté bancaire toutes les factures arrivent avec un code barre, ce qui fait que l’on peut payer sa facture chez soi en accédant à son compte bancaire ou dans n’importe quel point Loto « Loterica ». D’ailleurs dans une « Loterica » vous pouvez payer votre facture de téléphone en donnant juste le numéro de la ligne. Il est possible également de recharger son mobile prépayé directement depuis le compte bancaire ou à partir d’un distributeur d’argent. Une chose aussi très pratique est la possibilité de faire un transfert d’argent électronique en ligne sur n’importe quel compte bancaire.

Côté expérience personnelle Web2.0 au Brésil

Je suis parti au Brésil pour y travailler en tant qu’apporteur d’affaire dans les telecoms, j’ai représenté pendant environ un an trois sociétés , Meraki Networks (réseaux wifi maillé), Memotec (optimiseur de transmission mobile) et Exalt Communications (faiceaux hertziens). J’ai arrêté cette activité pour cause de trop nombreux voyages et un très très gros coup de stress!

Bloguer sous les tropiques

Je me suis donc un peu creusé la tête pour trouver un job plus stable, et j’ai commencé à bloguer en 2008. Cette année 2010  je me suis mis à bloguer à plein temps et vivre de mes écrits, ce qui n’est pas encore gagné ! Cela dit, l’expérience est vraiment dans le vent de l’internet et du Web. J’habite au Brésil, mais en fait j’ai pu me recréer une bulle française chez moi avec mon activité de blogging. Mon objectif est d’avoir un job qui me suive partout où je vais. C’est une chose qu’on ne pouvait pas imaginer il y a à peine 8 ans! Certes le Brésil n’est pas l’endroit le plus économique pour vivre, mais je pourrais très bien être à Hanoi ou Nairobi pour faire le même job à condition d’avoir une connexion internet haut-débit.

En tout cas, je passe déjà 9 mois de l’année au soleil  et ce grâce à internet et aux nouvelles technologies ! Sachez quand même qu’il est impossible de bloguer sur la plage, il y a trop de lumière 🙂

[1] si vous aussi vous habitez dans un endroit du monde dont on parle peu mais où il se passe des choses en matière d’internet, high-tech et réseaux sociaux, vous êtes invité à proposer votre article et il sera publié sur Presse-citron dans la même rubrique.


Nos dernières vidéos

35 commentaires

  1. Remy

    Merci Thierry pour cet article.
    Le Brésil devient en quelques années seulement un pays sur lequel il faut compter, une grande puissance est née !

    @Eric: as-tu eu le temps de voir mon blog pour ma proposition de rubrique?

    Thanks à vous deux !

  2. Merci Thierry pour cet article ! ça fait plaisir de voir publié un article sur le Brésil dans Presse Citron… Le Brésil est un pays merveilleux, surtout avec des gens formidables… mais la réalité quotidienne n’est que faiblement connu en Europe, notamment en France.

    Le Brésil a tout pour être un grand pays, et il le serait déjà si la corruption n’existait pas à tous les niveaux… Pour ceux qui n’ont pas peur du changement, le Brésil reste un pays avec de très nombreuses opportunités. Beaucoup de choses sont encore possibles, contrairement en Europe où tout donne la sensation de « bouché ».

    En tout cas, vive le Brésil ! « Saudades do meu Brasil… »

  3. Oui j’était déçu aussi de ne pas pouvoir travailler directement sur la plage. En plus on ne peut pas recharger la batterie du portable, et il aime ni le sable ni l’eau salée. Il faut que je trouve un pc Waterproof.
    Merci pour ce tour d’horizon !

  4. j’adore la photo, elle nous plonge dans l’article ! Super infos Thierry, merci ! et mon mari qui souhaite partir y vivre ! je lui envoie ça tout de suite !

  5. @Remy @David Ce qui fait la richesse du Brésil c’est son sous-sol et son sol. Donc le pays peut se permettre quelques fausses notes comme une mauvaise gestion et de la corruption (il semble qd même que ce soit moins facile de corrompre aujourd’hui).
    Notons que mon point de vue est peut-être un peu déformé par le fait que j’habite dans une station balnéaire peuplée de brésiliens assez privilégiés. Mais depuis 20 ans que je fréquente le pays, on peut quand même sentir l’énorme avancée du pays.
    @Carole, effectivement c’est un défi que de vouloir gagner sa vie par ses écrits, mais avec pas mal de travail, beaucoup de persévérance et aussi un peu de technique, c’est possible, mais il faut un peu de temps.

  6. « Beaucoup de choses sont encore possibles, contrairement en Europe où tout donne la sensation de « bouché » »
    Entièrement d’accord avec toi David.
    « Le Brésil a tout pour être un grand pays »
    Il existe une blague à ce sujet au Brésil « Le brésil est la super-puissance de demain… et il le sera toujours 🙂 » Ce pays a en effet un potentiel et une énergie énormes, mais c’est souvent le loi de la jungle (corruption, etc.), par certains côtés c’est un peu le far-west, moins confortable que le France (santé, éducation, sécurité…), mais tellement plus vivant…
    Expatrié depuis 7 ans à Bahia (en provenance de… Lyon :), une ville que j’aime aussi beaucoup), je ne regrette rien… sauf le fromage 🙂 …
    Merci Thierry pour cet article, j’irai voir ton blog…

  7. @brasil nous habitons à environ 2500 km de distance!
    aujourd’hui je pense franchement que le futur au Brésil n’est plus demain, mais aujourd’hui. Marc Fiorentino dont j’écoute les chroniques sur BFM dit que la bulle au Brésil va exploser, je suis un peu d’accord avec lui.

    Pour le fromage, moi au sud (Santa Catarina), je ne suis pas en manque du fait de l’influence italienne, j’ai donc trouvé les fromages qui vont bien!

    au passage j’écris plutôt sur http://brasil.roget.biz à propos du Brésil roget.biz étant plutôt higtech, sans relation avec le Brésil.

    A plus

  8. @Thierry
    C’est vrai qu’en 7 ans j’ai pu voir les changements… les immeubles poussent comme des champignons et les infrastructures routières sont dépassées par l’accroissement exponentiel du nombre de voitures… c’est d’ailleurs très significatif de la « façon » dont le Brésil « explose » : énormément d’investissements privés et beaucoup moins de publics, même s’il y a là aussi des progrès…
    Pour me consoler du manque de fromage, je me délecte de la cuisine bahianaise 🙂 …
    Até mais,
    Abraço

  9. @Thierry @Brasil… je suis tout à fait d’accord avec tout ce que vous dites… bien dommage que je ne sois pas au Brésil en ce moment… contrairement à vous, j’ai habité à São Paulo où j’ai côtoyé beaucoup de brésiliens (logique) mais aussi très bien la communauté française et francophone. Je continue en France avec la projet « França Brasileira » (je refais la 3ème version). Je travaille constamment et en lien avec la France et le Brésil…

    Le Brésil offre pour un public français de nombreuses ouvertures… encore récemment un français de profession « rôtisseur » me demandait des conseils… les possibilités sont nombreuses à condition d’accepter le changement et de bien vouloir changer un peu sa mentalité européenne. Rien d’insurmontable. A côté de ça, vous pouvez avoir des cadeaux tous les jours, car les brésiliens bien que majoritairement pauvres, donnent sans compter chaque jour… un sourire, um « abraço »…

    Mais pour en revenir un peu plus à ton article, et au sujet d’Internet… l’année dernière c’était encore une catastrophe… je sais pas si tu te rappelles que la Telefonica a été interdit de vendre des offres ADSL pendant quelque temps en attendant de modifier certains éléments sur son réseau… j’ai eu des tas de problèmes pour pouvoir avoir une connexion… et j’étais dans la périphérie de SP…. mais bon….

    Seja o que Deus quizer ! 😉

  10. Hello, article très intéressant et plus particulièrement, le détail sur la vie de « nouveau bienheureux » m’a accroché. Peux-tu dire à combien tu estimes le chiffre d’affaire nécessaire que ton blog devrait générer pour que tu puisses en vivre correctement sans manquer de rien au brésil ? merci

  11. Vous parlez de transfert d’argent, savez-vous quel est le moyen de paiement le plus utilisé en ligne?
    Est ce que c’est le TEF/Boletos? ou la carte de crédit?
    merci d’avance pour votre réponses,

  12. Si c’est pour écrire pourquoi partir, finalement ? J’ai pensé à partir au Canada. J’ai pensé à partir au Burkina Faso. Et finalement je suis resté en France où le monde arrive aussi par le web.
    De toute manière la plage et le sable ne sont pas conseillé pour la vie monacale d’écriture

  13. hello! merci pour tout ces bons commentaires,
    @Jo pour la fiscalité, ta question est trop vaste pour y répondre. La fiscalité brésilienne est complexe. Cela dit que je suis arrivé au Brésil, un passage chez l’inspecteur des impots m’a permis de ne pas être hors des clous. Sinon il y a des comptables qui font les déclarations pour nous. La première année je suis passé par un comptable qui m’a fait ma première déclaration aux petits ognons. La grande différence, ici c’est qu’il faut déclarer ton patrimoine, un peu comme avec l’ISF en France.
    @David Dias comme tu dois le savoir, il y a plusieurs Brésil. Donc j’imagine que pour le haut débit, il doit y avoir plusieurs régions. La région sud est très bien couverte pas l’ADSL,
    @Kresus tout dépend du train de vie que tu mènes. Pour ma part, je dépense environ 3000 € par mois (couple + deux enfants en école primaire) tout compris mais hors voyage.
    @Blog Programming, je vis au Brésil parce que ma femme est Brésilienne! C’est aussi simple que cela. Cela dit j’ai testé une foule de pays, et je pense que le Brésil est quand même au top.

  14. Pingback: Un petit topo sur le Brésil chez presse-citron! So eu que fiz

  15. Vivre de ses écrits sur le net semble difficile… à moins d’écrire sur les sujets qui générent des pubs payées assez grassement.
    Dans le blog politique on a certes de l’audience mais les publicitaires recherchent d’autres mots !

  16. @moi en ce qui concerne les TEF/Boletos carte de crédit: aucune idée
    @ blog politique, effectivement la thématique est primordiale pour gagner un peu d’argent. Je me porte bien avec le hig tech, mais pas encore au point de payer mes factures.

  17. Alors on fait comment quand on n’a que cette activité mais qu’elle n’est pas rentable au point de payer ses factures !!!
    Un blogueur du nord avec des factures à payer

  18. J’ai donc aussi lu vos conseils et le suivi de vos revenus sur 1blogue.net… mais j’hésite à utiliser des « annonceurs » comme ad42… google risque un jour de sanctionner, vous ne croyez pas ?

  19. Salut salut.
    J’habite à Curitiba depuis plus de 4 ans en tant que local (et donc non expat) avec ma femme et mes 2 enfants, j’ai travaillé à SP, à Rio, et je suis d’accord avec ce qui est écrit ici dans son ensemble.
    Bien que je sois persuadé que le Brésil soit le pays qui sera LA puissance mondiale dans quelques années (c’est le pays avec les plus de ressources naturelles au monde!), le « jeitinho brasileiro » (difficile à traduire, mais ça se rapproche de « filouterie ») qui permet encore aujourd’hui de passer outre de nombreuses obligations (de concourts public à la déclaration simplifiée/complète) me laisse dubitatif. Un tel potentiel, et le peu de confiance (malgré un taux de popularité de Lula, ex-président de Brésil jusqu’au 31/12/2010, de plus de 85% à la fin de son mandat…) dans les institutions mettent en risque l’obtention de ce statut dont vous parliez.
    Pour ce qui est du pouvoir d’achat et d’internet et le reste, cela reste encore bien différent de la France. Aujourd’hui, les compagnies téléphoniques misent encore sur le fait de faire de la marge sur la vente d’appareil (au contraire de le France), mais cela est en train d’évoluer fortement et ils se rendent finalement compte que ce qui va réellement rapporter des sous, c’est la fidélisations du client. Dernier exemple en date: ma femme a acquis une ligne TIM il y a 2 mois, 30 min/mois, Internet illimité sur le cel, sans fidélité. Il y a 1 semaine, TIM est entré en contact pour offrir un iPhone 4 si ma femme changeait son forfait pour un 50 min, avec fidélité 12 mois (pour ma part c’est la première fois que je vois ça ici).
    Bref, tout ça pour dire (oui, je vais conclure, même si je pourrais parler du Brésil pendant des heures) que le Brésil c’est très bien, mais c’est loin d’être le pays pas cher à vivre comme la plupart des européens l’imaginent (exemple: prix des voitures: Clio 2, 1.0 L, de base (sans aucune option) neuve R$ 23.900,00 (+ ou – 10.500 euros), ça fait réfléchir), mais il est sur la voix de l’accès libre (une fois que les différences de classe sociale seront amoindries 😉 )

    A +

  20. C’est toujours marrant de lire des expériences de vie au Brésil ; j’y ai vécu; essayé d’y vivre comme conteur francophone en 2003

  21. Zpat nous sommes presque voisins (bln camboriu)! Je n’ai pas parlé de voiture, mais effectivement, les voitures ici sont hors de prix, j’ai acheté une zafira neuve (ancien modèle en Europe) sans option, ça m’a couté le prixd d’une renault grans scénic toute options (en France). Mais comme maintenant on peut faire un crédit voiture sur 99 mois, faut pas se priver!

  22. Pingback: (web d'ailleurs) Bloguer en Colombie

  23. Bonjour, votre article est très intéressant. Une petite question pour compléter cet article : existe-t-il des blogs et revues de presses pour les professionnels du secteur high-tech, ainsi que pour les professionnels de la musique?

Répondre