[interview] Domenico Curcio, la petite histoire d’un artiste 2.0

Je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises de Domenico Curcio, compositeur et pianiste solo belge, et de sa démarche artistique  et promotionnelle à base de web et de médias sociaux. Un parcours atypique et passionnant à suivre et dont pourraient s’inspirer tous les musiciens qui souhaitent toucher leur public et se construire une audience

Je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises de Domenico Curcio, compositeur et pianiste solo belge, et de sa démarche artistique  et promotionnelle à base de web et de médias sociaux. Un parcours atypique et passionnant à suivre et dont pourraient s’inspirer tous les musiciens qui souhaitent toucher leur public et se construire une audience sans forcément passer par une maison de disque.

intro_domenico_curcio

Domenico a publié récemment son album auto-produit Piano Solo et c’est l’occasion de faire le point et de connaître un peu plus sur sa vie son œuvre. Fidèle à son activisme sur le web, il vient à ce sujet de publier un guide très utile pour publier sa musique sur iTunes et d’autres sites de distribution payante et légale de musique en ligne.

Alors Domenico, c’est venu comment le piano ?

J’ai commencé vers l’âge de huit ans. Je n’aimais pas spécialement le piano et j’ai même détesté ma première année d’apprentissage car à l’origine je voulais faire du synthé.

Quel est ton background musical ? Tes parents étaient musiciens ?

Pas du tout, ils étaient comme tout le monde, ils écoutaient vaguement de la variété. Moi j’aimais beaucoup la musique classique mais aussi l’électro, j’écoutais des trucs comme Prodigy ou les Chemical Brothers. Côté piano solo j’ai beaucoup écouté Keith Jarrett.

Tu as joué dans des groupes ?

Oui, j’ai participé à un groupe qui faisait des reprises des Beatles et de titres de funk. Mais j’ai vite préféré jouer en solo et tenter une carrière pianistique dans laquelle je maîtriserais mieux tous les aspects, de la création à l’image.

Je trouve que certains de tes titres ont un style résolument « cinématographique », on dirait les bandes-son d’un film qui n’existe pas, c’est voulu ?

Non, pas vraiment. C’est mon style, c’est comme « parler avec les mains », ça sort spontanément, même s’il m’est arrivé de travailler dans des ateliers d’illustration sonore.

Parlons web, et ton approche par ce média. Tu sembles parfaitement maîtriser les outils de buzz mais aussi la technique.

Oui je gère tout moi-même sur le web, y compris la conception de mon site réalisé avec le CMS Joomla. En fait j’ai découvert le web à la fac en première année d’études d’Economie, et je me suis mis à bidouiller. Puis j’ai un peu touché à tout, du graphisme au webdesign. J’ai ensuite fait de l’animation pour enfants, et puisque je ne suis pas (encore) pianiste professionnel, j’exerce à temps plein la profession de formateur en nouvelles technologies dans un espace numérique.

cd_domenico_curcio

Tu commences à tirer des revenus de ton activité de pianiste solo ?

Oui, le CD commence à se vendre un peu, et les concerts me permettent aussi d’être payé.

Comment se passe l’enregistrement d’un instrument solo en studio ? Est-ce une seule prise par titre ou y a-t-il des re-recordings et du montage au mixage ?

Non, c’est tout en une seule prise avec quatre micros digitaux. Pas de montage, juste un peu d’effets ajoutés au mix final (compression… ). Pour les maquettes réalisées à domicile j’utilise Logic Audio ou Garage Band.

Ton album est sous licence Creative Commons[1], pourquoi ?

Parce-que j’ai envie de partager et que l’argent ne soit pas un frein à la création. Si demain quelqu’un« J’ai envie de partager et que l’argent ne soit pas un frein à la création. Si demain quelqu’un veut reprendre un de mes titres, ça me va. » veut reprendre un de mes titres pour ajouter des instruments, le remixer, en faire un fond pour un truc de rap, ça me va, et il ne faut pas que cela soit impossible pour des raisons de droits d’auteur. Bien sûr la licence doit être respectée : si une exploitation commerciale est faite de mes titres je revendiquerai ma part des revenus et de la notoriété !

Tu bosses beaucoup sur ton clavier ?

Non, pas tant que cela en ce moment. Je suis très pris par le « marketing » autour de mon album car je fais tout tout seul (ou en famille, comme les photos de la pochette), mon travail, et les concerts. (NDA : en fait Domenico bosse beaucoup sur son clavier… d’ordinateur) 🙂

Quels sont tes projets ?

Je vais bientôt publier les partitions des morceaux de l’album. J’aimerais aussi beaucoup faire une tournée collaborative avec tous ceux qui auraient fait une reprise de mes titres. J’aimerais bien aussi monter une chorale autour de mes musiques. J’aimerais bien également faire des concerts avec un générateur de boucles automatiques (piano loop), qui me permettrait de jouer live plusieurs pistes en même temps comme un vrai groupe.

Tu viens nous voir en France bientôt ?

Oui, j’ai deux concerts prévus, en avril prochain à Toulouse et en mai à Cahors.

Pour en savoir plus :

[1] CC : le Creative Commons (CC) est une organisation à but non lucratif consacrée à épandre le champ de travaux créatifs pour les autres, afin de construire dans la légalité et le partage. L’organisation a créé plusieurs licences, connues sous le nom de licences Creative Commons. Ces licences, selon leur choix, restreignent seulement quelques droits (ou aucun) des travaux, le droit d’auteur (copyright) étant plus restrictif. Source : Wikipedia.


Nos dernières vidéos

13 commentaires

  1. Je pensais à toi aujourd’hui ; il y a de ça un an j’écrivais pour la journée de la femme chez toi… Nostalgie ! Absolument aucun rapport avec ton billet c’est certain… A bientôt.

  2. Fan depuis longtemps de Domenico, je suis juste très heureux d’apprendre que quand j’achèterais le prochain album j’aurais les partitions avec 🙂

    • Eric

      @VaniPod : en fait j’ai fait une petite erreur de transcription que je corrige ici : ce sont les partitions de l’album qui vient de sortir qui vont être publiées prochainement, désolé pour la coquille.

  3. Julien CROUZET on

    Il est juste dommage que Domenico confonde « Artiste 2.0 » avec « Droit de spammer ».
    Autant je conseille à tout le monde sa musique, autant je déconseille fortement à tout le monde de rejoindre un groupe, devenir fan, ou s’abonner à quoi que ce soit de Domenico.
    C’est des mails et des mails à n’en plus finir, et ce pour apprendre qu’il sera en concert à charleroi ce week end …
    Domenico : Bravo, mais svp, modérez ! Web2 d’accord, mais spam non.

  4. Tout d’abord, je remercie Eric pour cet interview bien sympathique.

    Je voulais rectifier que je ne suis pas un spammeur. Il est clair que j’utilises tous les canaux de diffusion : Groupe Facebook, Newsletter de mon site, Twitter, etc.

    Si tu t’abonnes à tout, il est normal que tu reçoives plusieurs fois l’information. Maintenant, il est libre à toi de ne choisir qu’un canal de diffusion et je précise que dans le bas de ma newsletter, il y a un lien pour te désabonner à tout moment.

    Je ne passe pas par une boîte de communication, ni ne rachète de bases de données… il suffit de me soumettre le problème et je rectifie le tout dans la minute.

    Bien à toi Julien 😉

    Domenico

  5. @eric merci pour cette correction. J’était justement en discussion avec Domenico pour les obtenir m’étant mit au piano il y a qq mois.
    Et bien je n’ai plus qu’a attendre que ça arrive alors ^^ VOici une bonne nouvelle.

  6. Pingback: Lu(lu) sur le web 7/03 | LeWebMulticulturel

  7. Michael Mathy on

    Correction aussi ! Je suis abonné à sa newsletter et sur Twitter et je ne trouve pas du tout qu’il y a du spam.

    Evidemment, l’info est la même mais de là à parler de Spam …

    La newsletter n’est envoyée que quand il y a quelque chose de nouveau.

  8. Pingback: Internet news » [interview] Domenico Curcio, la petite histoire d’un artiste 2.0

Répondre