Johnny Pourri fait son beurre dans la pub

John Lydon, anciennement Johnny Rotten, ex-leader chanteur des Sex Pistols et pape de la génération punk, démontre finalement, 30 ans après, que No Future c’était rien que des conneries. Apparemment pour lui le futur se déclinerait donc dans la pub pour le beurre anglais. Si on nous avait dit, en 1977…

John Lydon, anciennement Johnny Rotten, ex-leader chanteur des Sex Pistols et pape de la génération punk, démontre finalement, 30 ans après, que No Future c’était rien que des conneries.

Apparemment pour lui le futur se déclinerait donc dans la pub pour le beurre anglais.
Si on nous avait dit, en 1977…


Nos dernières vidéos

10 commentaires

  1. Bonjour,

    Tu savais que sex pistols était une sorte de boys band crée par malcolm mclaren.

    Des le début les sex pistols était une « marque » qui a rapporté bcp de sous.

    Ça n’empêche pas que c’était bien, que ça représentait bcp de choses…

    Justement l’idée c’est qu’un mouvement anarchiste comme le punk a eu son heure de gloire grâce a un groupe commercial!

    Donc retrouver rotten dans cette pub c’est normal, l’idée c’est que même des parias comme lui finissent par être la « norme » ou du moins a avoir sa place dans « les symbole collectifs ».

  2. Eric

    Pas mal le parrallèle avec les boy’s bands mais pas tout à fait car si McLaren a bien récupéré le mouvement, les Pistols ne sont pas sa création et tournaient déjà dans les pubs anglais depuis la naissance du punk en 1976 avant de devenir les étendards du mouvement en 1977. Ils ont été « marketés » par McLaren mais pas créés par lui, à l’inverse d’un boys band.

  3. Oui le groupe existait, mais le succès du groupe (et peutetre du punk) est du a mclaren.

    Je suis atteint de la maladie d’insomnie pour tout te dire brackwiz

  4. Bah très souvent les leaders de mouvements troskiste maoiste, hippies, punk, etaient et ou son financer par la carte de crédit de parent compatissant 😉

  5. Ben, en faite, on vous l’avait dit.

    Mais quand on est un ado boutonneux on veut rien entendre.

    Et quand on est un quadra ou un quiqua, on se ré-invente l’histoire, sur combien mai 68, c’était bien, et on en bourre les journeaux pour feindre d’y croire…

  6. logique ce qu’il fait johnny…

    Etre Punk aujourd’hui, c’est diriger une boite faire des pertes énormes, virer ses collaborateurs et se casser avec un parachute doré.

    .

  7. Je crois qu’on attend toujours trop des gens. Bien sur qu’ils ne sont jamais exemplaires, mais pour autant réduire à néant leur impact est à mon sens un exces inverse.
    Ok Johnny Rotten est bien décevant ces temps ci, mais il était aussi à l’époque! 😉
    Il n’empeche que la claque punk a eu des impacts, que 68 aussi imparfaite soit-elle a transformé la vie quotidienne.
    Avec les années qui passent, je trouve plus facilement des excuses aux imperfections des grandes gueules, et j’essaye de promouvoir les bonnes choses qui en reste.
    Critique et positif, c’est l’option qui conduit mes réflexions aujourd’hui.
    Y’a du bon partout, faut faire le tri et faire mousser! 🙂

  8. Punk et mai 68 ont ils beaucoup à voir ensemble ? L’éclosion du mouvement punk c’est en 77 si je me rappelle bien ?..
    Enfin bref, on s’en fout.

    ‘Doit y avoir quelques rêves qui se cassent la gueule là 🙂

Répondre