Suivez-nous

Cinéma

JOKER : analyse d’une bande-annonce magistrale

Le film Joker à pour date de sortie en France le 9 octobre 2019 et son premier trailer a frappé si fort qu’il méritait bien une analyse détaillée.

Il y a

le

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories
© Warner Bros

Bonjour à tous et bienvenue pour cette analyse de la bande-annonce de Joker, un film attendu en France pour le 9 octobre 2019 et surtout un trailer qui pose un choix radical et extrêmement bien vu.

S’abonner à Captain Popcorn

Un Joker tragique et réaliste

C’est simple, DC et Warner ne pouvaient pas mieux se démarquer de la production actuelle de films de super-héros, que ce soit celle de Marvel ou la leur, qu’avec une bande-annonce dans une tonalité aussi psychologique et réaliste.

Sachant que Joaquin Phoenix est un acteur extrêmement doué, pour ne pas dire génial, j’étais déjà confiant, mais après un trailer pareil, j’ai très envie de découvrir cette version des origines du plus grand méchant de comics de tous les temps.
Le Joker est une icône mondiale et serait sans doute le premier cité dans un sondage sur les méchants de bande-dessinée.

Les origines du personnage n’ont jamais été établies avec certitude et cette histoire de clown triste que nous propose ce trailer parvient à établir une empathie avec le personnage. Espérons juste qu’il reste suffisamment antipathique à la fin pour ne pas le transformer en antihéros.

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories

Le Joker se nomme Arthur Fleck

Puisqu’on parle d’origines, cette fois le Joker se nomme Arthur Fleck, un aspirant comique qui ne rencontre pas le succès et s’enferme progressivement dans une folie qui le ronge et que la violence de la société de Gotham en 1981 ne fera que renforcer. Une origine qu’on peut rapprocher de la version du Joker proposée par le roman graphique The Killing Joke.

Concernant ce nom, Arthur Fleck, on peut y voir la signification double de « fleck », une tache, mais aussi un point de lumière ou de couleur.

Si j’évoque cette possibilité, ce n’est pas un simple délire d’analyste, c’est aussi du fait de l’évolution de la colorimétrie et de la luminosité du trailer. Les couleurs et la lumière jaillissent soudain quand le Joker s’invite enfin à l’écran dans la dernière partie.

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories

Avec l’esprit taquin, on peut aussi lire « Arthur Fleck » comme « A. Fleck », clin d’oeil à Ben Affleck, dernier interprète de Batman, même s’il ne le sera plus pour a prochaine incarnation.

L’inspiration de Scorsese et Taxi Driver

Cette Gotham de 1981 ressemble furieusement à certains quartiers new-yorkais de la même époque. L’idée, assumée, consiste à se rapprocher de l’ambiance d’un film de Scorsese, de l’aveu même du réalisateur Todd Philips, surtout connu jusqu’à présent pour Very Bad Trip, et oui, ça peut étonner sur le papier.

En début de bande-annonce, Arthur est face à Debra Kane, une assistante sociale du service de la santé. On peut y voir une triple référence au monde de Batman.

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories

Debra Kane. Vous avez dit « Kane » ?

Pour commencer référence à Bob Kane, dessinateur original de Batman et co-créateur du personnage avec Bill Finger.

Ensuite référence éventuelle à Kate Kate, alias Batwoman et enfin tout simplement à Debra Kane, un personnage mineur déjà apparu dans les comics. Travaillant au service de protection de l’enfance de Gotham, elle avait déjà servi d’informateur à Bruce Wayne.

Pour en savoir plus sur elle, voici un article intéressant en anglais sur le point de vue du personnage concernant les crimes sexuels et le devenir des victimes.

Dans le trailer, Debra demande à Arthur si cela lui fait du bien de parler et il affiche un sourire de façade qui devient le leitmotiv de tout ce qui suit.

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories

« Smile » ou la dictature du sourire

On reconnaît l’air de la chanson SMILE, c’est la version de Jimmy Durante qu’utilise la bande-annonce, sachant surtout que cette musique avait été composée par Charlie Chaplin en personne pour les temps modernes et les paroles n’ayant ensuite été ajoutées qu’en 1954.

Cette invitation à sourire envers et contre tout est vécue comme une violence imposée par une société qui ne supporte pas de regarder en face le mal être qu’elle génère. C’est en partie ce qu’exprime Arthur dans son carnet quand il écrit que le pire aspect de la maladie mentale réside dans l’attente des autres à ce que le malade se comporte comme s’il n’en avait aucune.

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories

 

Charlot, en plus violent

La notion de clown tragique traverse toute la bande-annonce, au travers des costumes évidemment, mais aussi des références à Charlot.

Références dans la musique, les chaussures, l’exposition bien sûr avec Thomas Wayne comme mécène et jusqu’à cette phrase d’Arthur « Avant, je pensais que ma vie était une tragédie, mais je comprends maintenant que c’est une comédie » une phrase qui renvoie directement à une célèbre citation de Charlie Chaplin qui disait « La vie est une tragédie lorsqu’elle est observée en gros plan, mais c’est une comédie lorsqu’elle est vue de loin. »

Tout dans ce trailer fait écho à cette société qui refuse la tristesse et le malheur, les années 80 étaient particulièrement violentes de ce point de vue : entre énergie, positivité à tout prix, montée de la violence urbaine et délabrement social.

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories

 

L’escalier de l’équilibre mental

Arthur est donc atteint d’une maladie mentale, il lutte pour préserver un équilibre psychologique représenté à l’écran par cet escalier qu’on le voit grimper laborieusement au début pour ensuite descendre avec prestance et bonheur quand il se laisse emporter dans les abysses de la folie.

Arthur s’occupe seul de sa mère. On pourrait y voir le signe de ce trait qu’on retrouve souvent chez les psychopathes d’une relation hors normes avec les parents ou les adultes responsables, mais c’est plus nuancé, puisque cette mère est à l’origine d’un des deux seuls sourires sincères de cette bande-annonce, le second venant face au personnage de Zazie Beetz.

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories

Arkham Asy… State Hospital

J’ai tendance à penser que c’est plutôt la mort de cette mère qui pourrait fortement contribuer à faire basculer Arthur vers le Joker. De toute évidence, il s’occupe seul de sa mère, mais il pourrait ne plus pouvoir assumer cette charge ou un incident pourrait survenir, quoi qu’il en soit c’est elle à mon avis à qui Arthur rend visite au Arkham State Hospital.

On peut se demander au passage si la question écrite en verte dans l’ascenseur ne serait pas un clin d’œil au Sphinx, homme-mystère ou Riddler comme vous voulez.

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories

La violence est partout, la folie du monde nourrit la sienne

Alors qu’Arthur tente de survivre en faisant le clown de rue pour attirer le chaland vers un magasin d’instruments de musique en dépôt de bilan, le tout à quelques mètres d’un cinéma pornographique, la violence gratuite le touche une première fois avec des petits cons qui lui volent sa pancarte et le laissent au sol après l’avoir frappé en traître.

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories

Dans cette course poursuite, il passe de justesse devant un taxi, mais il n’aura pas la même chance plus tard. On peut voir dans cette double occurrence du taxi une éventuelle référence au Taxi Driver visé par le réalisateur.

L’implication physique de Joaquin Phoenix dans le rôle est frappante quand Arthur semble s’acharner sur des lacets de chaussure alors qu’on distingue les marques d’une agression sur son dos.

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories

Quelques grammes de légèreté

Dans un des rares moments de légèreté, encore avec sa mère, Arthur la fait danser, mais ce plan vient aussi souligner sa précarité alors qu’il semble dormir sur le canapé.

Troisième et dernier moment de grâce, une sorte de rendez-vous apparemment avec une Zazie Beetz resplendissante alors qu’elle devrait sans doute incarner une mère célibataire en galère. On remarque que le bar à donuts se situe dans la rue Jerome, potentiellement un clin d’œil à la série Gotham.

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories

Là encore, je suppose que ce début de relation finira en impasse, voire en drame, ce qui contribuera à la chute d’Arthur ou plutôt à son saut à pied joints de l’autre côté de la barrière imaginaire entre normalité et folie.

Pogo’s comedy club

Quand on retrouve le personnage client d’un club de comédie, ce n’est pas n’importe lequel puisqu’on devine le nom Pogo’s, sachant que pogo le clown était l’alter ego d’un terrifiant tueur en série, John Wayne Gacy.

D’ailleurs, c’est à partir de ce moment que le trailer prend une tournure plus macabre et là aussi qu’on entend le rire glaçant que Joaquin Phoenix a travaillé pour son Joker.

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories

L’agression dans le métro par trois jeunes fortunés et désœuvrés des beaux quartiers, en mode Orange mécanique, devrait sans doute marquer le premier meurtre d’Arthur.

Premiers meurtres ?

En effet, on le voit ensuite courir, comme s’il était poursuivi, avec le même sac que celui qu’il transportait dans le métro. Il fuit alors certainement la police et c’est la mort des trois hommes, avec un clown comme suspect principal, que doit sans doute commenter Thomas Wayne à la télévision.

Thomas Wayne souligne que Ghotham se perd et stigmatise les actions d’un lâche qui se cache derrière un masque, une terrible ironie évidemment au regard de ce que deviendra son propre fils.

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories

Entre cette déclaration et la façon dont Arthur se fait jeter de l’exposition Charlot et temps moderne du Wayne Hall, on suppose que le père de Bruce deviendra un point d’obsession pour Arthur, une cristallisation de ses névroses.

Le Joker en icône de la révolte populaire

Ensuite, la spirale de la violence est enclenchée et l’action d’Arthur semble inspirer des centaines de protestants contre l’ordre en place. Sans tomber dans un parallèle facile avec les gilets jaunes, disons que la situation sociale de l’époque était aussi propice à de telles explosions de colère et d’indignation populaire.

De manière déconnectée, on peut rappeler que Taxi Driver avait en partie inspiré une tentative d’assassinat contre Ronald Reagan en 1981 puisque le tireur cherchait alors à impressionner Jodie Foster vue dans le film.

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories

Bruce Wayne sourit enfin !

L’un des moments les plus frappants du film survient forcément quand Arthur vient forcer un sourire sur le visage d’un Bruce Wayne enfant, au travers des grilles du Wayne Manor. On en vient à se demander si dans cette version, le Joker ne sera pas l’assassin des parents de Bruce, tout comme Jack Napier dans le premier film de Tim Burton en 1989.

Dans cette image, Arthur semble porter un faux bouquet de fleurs ou une sorte de plumeau, le même que celui qu’il a en main en costume de Joker plus tard dans un couloir. Serait-il venu offrir à Bruce le symbole du meurtre de ses parents ? Voilà qui pourrait expliquer le début d’une longue amitié.

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories

Le Roi de la Comédie !

Enfin, le passage dans un show de stand-up dont le présentateur est interprété par nul autre que Robert de Niro, on peut clairement voir une référence déjà annoncée à un autre film de Scorsese, The King of Comedy, La valse des pantins en VF, dans lequel De Niro incarnait un comique raté prenant en otage une star de talk-show pour enfin accéder à la notoriété dont il rêvait.

Dans toutes les images qui suivent, le Joker a tout simplement le swag et on sent qu’il a transformé son enfer personnel pour en faire celui des autres, dans un grand spectacle coloré et pyrotechnique.

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories

Hâte de voir Joker au cinéma, sans Batman ?

En résumé, j’ai confiance dans la puissance dramatique de ce film et dans la violence dont le Joker se montrera finalement coupable, même si tout le force sera justement de continuer à faire ressentir au spectateur l’être humain qui sommeille au cœur du monstre.

Concernant une éventuelle suite avec Batman, ce film est clairement présenté comme un standalone, une histoire isolée qui ne s’inscrit dans aucun univers partagé, mais bon, restons patients, on sait que dans le monde d’Hollywood, il ne faut jamais dire « jamais. »

Joker trailer bande-annonce analyse avis critique théories

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

3 Commentaires

3 Commentaires

  1. nonmerci

    15 avril 2019 at 8 h 44 min

    texte pompé sur une chaine youtube…. que je ne citerai pas (captain popcorn).

    • Vincent Bouvier

      15 avril 2019 at 8 h 53 min

      Salut nonmerci (de rien), jette un coup d’oeil au nom de l’auteur 🙂

    • Mathieu

      9 mai 2019 at 2 h 44 min

      Tu plaisantes, ou… ? Car c’est lui-même qui a écrit l’article, son nom est d’ailleurs écrit en haut à gauche… Ahahah je précise au cas, puisque je n’ai malheureusement pas compris ton sarcasme, si sarcasme il y a, et je me suis dit  »il ne peut quand même bien pas être bête à ce point… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests