Julian Assange, marque déposée

A défaut de déposer les armes, Julian Assange dépose sa marque. Et elle s’appelle… Julian Assange. Le fondateur de Wikileaks, qui vient de faire appel de la décision de la justice anglaise de l’extrader vers la Suède où il devrait répondre d’une affaire d’abus sexuel, tient à protéger son nom de toute utilisation commerciale qui serait faire sans son consentement.

A défaut de déposer les armes, Julian Assange dépose sa marque. Et elle s’appelle… Julian Assange. Le fondateur de Wikileaks, qui vient de faire appel de la décision de la justice anglaise de l’extrader vers la Suède où il devrait répondre d’une affaire d’abus sexuel, tient à protéger son nom de toute utilisation commerciale qui serait faire sans son consentement.

Selon The Guardian, Assange a enregistré son nom en tant que marque déposée le 14 février dernier sur le conseil de son avocat londonien sur des domaines d’activité de « services d’information », « journalisme », « publication de textes autres que publicitaires » et enfin « services d’éducation ».

Sarah Palin avait fait cela également, elle qui considère Julian Assange® comme un terroriste, et qui milite pour son extradition vers les USA. Une initiative qui apportera probablement un peu d’eau au moulin de ceux qui reprochaient déjà au boss de Wikileaks sa mégalomanie et son culte de la personnalité…


Nos dernières vidéos

12 commentaires

  1. C’est clair que cette histoire fera l’objet d’un film d’ici quelques années…

    « L’histoire incroyable d’un militant fervent de vérité traqué par la CIA et la justice de anglaise et suédoise, qui a fini sa vie dans les geôles de Guantanamo, il s’est suicidé en 2022 ». Based on a true story.

  2. « …Assange a enregistré son nom en temps que marque déposée le 14 février dernier… »

    rien ne vous choque ?

    un indice : … en temps que…

    • Eric

      @Robert : avant j’écrivais « en tant que » mais je me suis fait reprendre de la même façon. Après quelques recherches j’avoue que je ne sais plus trop quelle est la bonne formule mais je corrige au cas où, sans grande conviction

  3. TICproQuo on

    Un autre avantage résulte de ce dépôt de marque : la possibilité de récupérer des noms de domaine cybersquattés en déposant une plainte devant le Centre d’arbitrage et de médiation de l’OMPI [http://www.wipo.int/amc/fr/domains/]

    En effet, c’est uniquement sur le fondement d’une marque que l’on peut demander la transmission d’un nom de domaine usurpé suivant la procédure UDRP de règlement des litiges [http://en.wikipedia.org/wiki/Uniform_Domain-Name_Dispute-Resolution_Policy]

    Par exemple, julianassange.com, julianassange.net ou julianassange.info ont été déposés à la mi-2010 voire début 2011 pour le .info…

  4. Eric

    Bah il a peut-être de bonnes raisons, se protéger contre l’exploitation commerciale de son nom quand on est connu ça ne me parait pas si aberrant

  5. « toute utilisation commerciale qui serait faire sans son consentement. »
    -> toute utilisation commerciale qui serait faite sans son consentement 🙂

    Je trouve moyen d’enregistrer un nom comme marque, car cela peut être à l’encontre d’un homonyme…un pseudo oui, un nom civil non

  6. TICproQuo on

    En principe toute personne peut déposer son nom à titre de marque.

    Toutefois, comme nous m’apprend l’article L711-4 du Code de la propriété intellectuelle : « Ne peut être adopté comme marque un signe portant atteinte à des droits antérieurs, et notamment :
    g) Au droit de la personnalité d’un tiers, notamment à son nom patronymique, à son pseudonyme ou à son image ; »

    Toutefois, l’article L713-6 précise que :
    « L’enregistrement d’une marque ne fait pas obstacle à l’utilisation du même signe ou d’un signe similaire comme :
    a) Dénomination sociale, nom commercial ou enseigne, lorsque cette utilisation est soit antérieure à l’enregistrement, soit le fait d’un tiers de bonne foi employant son nom patronymique ; »

    Tout ceci pour dire que oui, on peut déposer son nom à titre de marque mais à la condition de ne pas rentrer en conflit avec des tiers ayant des droits antérieurs à faire valoir (sauf à rentrer dans les hypothèses de l’article précité). On pourrait ajouter le nom de domaine à la liste ci-dessus.

  7. Pingback: Julian Assange, marque déposée | AfricaLeaks

Répondre