KickStarter, une fraude de 120.000 $ évitée de justesse

Le site de crowdfunding KickStarter n’est pas passé loin du scandale. Un faux projet a failli être financé à hauteur de 120.000 dollars.

KickStarter n’est pas passé très loin d’une erreur qui aurait pu ternir sa réputation. Un faux projet, nommé projet Kobe Red, a bien failli être financé grâce à la plateforme et ce à hauteur de plus de 120.000$. Celui-ci proposait l’idée d’une viande séchée de qualité supérieure préparée à partir de bœufs japonais nourris 100% bio, traités à la bière et massés. Des bœufs détendus et heureux en somme. Kobe Red a été annulé seulement une heure avant la fin de sa campagne, prévenant 3.252 donateurs de se faire escroquer.

C’est un groupe qui préparait un documentaire vidéo sur KickStarter qui a flairé la supercherie et l’a rapporté. Car la plateforme n’utilise aucune modération directe, elle attend que ses membres rapportent les éventuelles campagnes suspectes. Les escrocs ont utilisé de faux témoignages apportés par de faux testeurs, le tout a été relayé par des médias crédules qui se sont émerveillés autour du projet et lui ont ainsi fait de la publicité. La machine était lancée et Kobe Red pouvait facilement attirer des donateurs.

Le phénomène des campagnes frauduleuses a tendance à s’accroitre ces derniers temps, la popularité du site augmentant également. Mais sur 102.527 campagnes proposées, le nombre d’escroqueries reste encore anecdotique. De plus, il est difficile de clairement pouvoir séparer les projets malintentionnés de ceux qui ne réussissent tout simplement pas à se mettre en place.

KobeRed

Voici quelques exemples de ces fameux projets qui ont réussi à passer la barre des financements. Le plus connu est ZionEyez qui permettait de partager de la vidéo en streaming et en direct avec une paire de lunettes et ce sur Facebook. Après avoir été financé à hauteur de 343.415 dollars en 2011, le projet n’a pour l’instant pas vu le jour mais l’argent a lui bien été soutiré aux donateurs. On retrouve également un projet de jeu vidéo de rôle qui a été détecté comme frauduleux et annulé, une personne qui faisait passer des dés achetés en Chine pour un produit révolutionnaire et qui essayait de les revendre sur KickStarter et un créateur de jeu de société qui a tout simplement disparu après avoir levé 22.559 dollars.

Le site souhaite conserver sa politique et laisser ses utilisateurs rapporter les projets qui semblent suspects. Les personnes qui proposent des campagnes sur KickStarter ont une section qui leur explique ce qu’ils risquent s’ils ne tiennent pas leurs promesses. Heureusement pour lui, Kobe Red a été annulé avant d’être financé. Si un tel évènement avait eu lieu, la plateforme de crowdfunding aurait souffert d’une très mauvaise publicité.

(source)


Nos dernières vidéos

13 commentaires

  1. Axel semble découvrir le boeuf de Kobé. Plutôt que de simplement traduire l’article anglophone, une petite recherche wikipedia vous aurait appris que le boeuf de Kobé n’est pas une grosse blague inventée par ces arnaqueurs sur Kickstarter.

    • ? Est-ce qu’à un moment, un seul, je parle d’une blague ? Oui, un projet autour de la viande sur KickStarter c’est original on a assez peut l’habitude d’en voir. Et oui ce projet était totalement faux car bâti à partir de témoignages bidons. Et non, je ne suis pas un expert du bœuf de Kobé mais je ne pense pas avoir raconté d’énormités à son sujet dans l’article. Merci de ne pas sur-interpréter.

  2. Je n’avais jamais pensé qu’il pouvait y avoir des arnaques sur les sites de crowdfunding. Ce genre d’affaire me donne moins envie de tester 🙁 ! Les investisseurs ont ils une interface de suivi du projet après investissement ?

  3. « Celui-ci proposait l’idée plutôt originale d’une viande séchée de qualité supérieure préparée à partir de vaches japonaises nourries 100% organiquement, traitées à la bière et massées. Des vaches détendues et heureuses en somme. »

    L’idée n’a rien d’originale puisque la viande des boeufs de Kobe existe depuis très longtemps. C’est cette erreur que relevait swazifashion.

    • Comme je le dis dans mon commentaire précédent l’idée est originale par rapport aux nombreux projets que l’on retrouve sur KickStarter mais si ces deux mots gênent tant je vais les enlever. 😉

  4. Petit joueur le createur de jeu de société qui part avec 22.559 dollars
    C’est le createur du jeu de plateau Zombicide qui devrait partir avec les 2 millions qu’il a levé ! 🙂

  5. Vous semblez sous-entendre dans votre article qu’un projet qui ne verrait pas le jour après avoir été financé serait une arnaque. Il peut également arriver que les projets ne fonctionnent pas et soient abandonnés. Ce ne sont pas forcément des arnaques (au sens où l’auteur n’a pas voulu sous tirer de l’argent à ses donateurs) mais c’est le principe de l’investissement qu’il soit participatif ou non. Chaque personne investissant sait (ou doit savoir) que son investissement peut être perdu… C’est pour cette raison qu’il existe un paragraphe risques et challenges sur kickstarter !
    @Simon : oui, les auteurs ont un espace pour tenir informés leur donateurs. Les projets sur lesquels j’ai moi-même investi ont tous mis à jour ce fil.

    • « De plus, il est difficile de clairement pouvoir séparer les projets malintentionnés de ceux qui ne réussissent tout simplement pas à se mettre en place. »
      Merci de ne pas voir des sous-entendus là où il n’y en a aucun… Certains projets sont malintentionnés, d’autres échouent tout simplement. Différencier les deux peut s’avérer difficile c’est tout.
      Sinon oui l’échec du projet fait partie du jeu quand on investit dans un crowdfunding, vous avez raison de le souligner.

  6. Une simple recherche sur wikipedia aurait appris aux participants que l’export de bœuf de kobé est interdit et donc impossible de réaliser un projet comme celui proposé.
    « Malgré de nombreux produits de bœuf américains étiquetés Kobe, le bœuf japonais authentique de Kobe n’est disponible à la vente qu’au Japon, à part l’exception que constitue Macao2. »

  7. « Les personnes qui proposent des campagnes sur KickStarter ont une section qui leur explique ce qu’ils risquent s’ils ne tiennent pas leurs promesses »

    Justement, ils risquent quoi au juste ?

    Admettons que je lance une campagne et que j’échoue (volontairement ou pas) lors de sa mise en oeuvre, en dilapidant l’argent apporté par les donateurs, que se passe-t-il concrètement ?

    • Je vous renvoie à la fameuse section que j’évoque. Concrètement, à partir du moment où les donateurs versent de l’argent c’est qu’ils acceptent de supporter le projet, qu’il soit concrétisé ou non. A l’inverse, à partir du moment où quelqu’un propose un projet, il s’engage dans les termes d’utilisation du site à concrétiser ce projet. Cependant s’il ne le fait pas, il semblerait qu’il n’y ait pas de recours légal propre à KickStarter (mis à part un bannissement du site mais bon..). Il doit être possible d’attaquer la personne en justice pour escroquerie (si c’en est une) comme on le fait pour les escroqueries classiques mais le site se détache clairement de toute responsabilité.

  8. Comme partout il y a des petits malins qui profitent des autres, mais se qu’il faut voir reste le % de réussite qui je pense vaut le coup d’investir dans des projets sur se genre de plateforme.

Répondre