La Belle Vie, jeune épicerie en ligne, a déjà séduit des milliers de franciliens

Nous sommes retournés prendre des nouvelles de cette startup et nous avons négocié une réduction de 10 euros pour nos lecteurs. Elle est pas belle la vie ? 😉

On vous avait déjà parlé de La Belle Vie, la startup FoodTech française qui connaît un beau succès dans le domaine de la livraison de courses à domicile. Initialement réservée aux parisiens, La Belle Vie a rapidement franchi le périphérique pour s’étendre à toute l’Île de France et sa gamme est passée de 3000 à bientôt 5000 produits.

Des sélections de produits de qualité

Parmi les 4783 références, on trouve d’abord de quoi bien manger : plats préparés faits maison, kits apéro, légumes découpés, produits de boulangerie, jus de fruits frais, fruits et légumes, viandes et poissons, fromages…

la-belle-vie-courses-en-ligne-paris

la-belle-vie-patisserie-epicerie-courses

La Belle Vie comporte également une partie caviste, avec une sélection de vins et spiritueux, et dépanne largement sur les besoins du quotidien : qu’il faille se ravitailler en croquettes pour chat, en papier toilette, en shampoing, en piles ou en sacs poubelle, on y trouve tout le nécessaire.

Paul Lê, co-fondateur de La Belle Vie, explique avoir fait un gros travail de référencement pour être capable de proposer à la fois des produits simples et basiques, et des produits plus pointus, de qualité premium, raffinés, pour ceux qui cherchent à se faire plaisir. On y trouve par exemple du chorizo Pata Negra, du Whisky 18 ans d’âge, des fromages de dégustation AOP peu communs, une quinzaine de parfums de sirops Monin, les croissants du boulanger qui a reçu le prix du meilleur croissant francilien…. Il ne s’agit pas de tomber dans l’épicerie fine, car La Belle Vie se veut être le supermarché en ligne du quotidien, mais plutôt dans l’épicerie 2.0, avec des tarifs « du niveau de ceux d’un Monoprix« .

10 000 commandes par mois et un développement prometteur

Depuis son lancement en juin 2015 avec le slogan « vos courses livrées en 1 heure », La Belle Vie a fait son petit bonhomme de chemin ; un euphémisme quand on apprend que la startup atteint déjà les 10 000 commandes par mois. La croissance se fait essentiellement par le bouche à oreille et un taux de fidélisation élevée : quasiment un nouveau client sur trois repasse une nouvelle commande dans le mois, confie Paul Lê. Pour suivre le rythme, l’équipe s’est étoffée et un réseau de livreurs très fidèles permet de tenir la promesse de livraison ultra rapide.

Les 2 fondateurs venant du monde du logiciel, ils ont développé le leur, parfaitement adapté à leurs besoins. Ils s’appuient sur un centre logistique en plein de cœur de Paris et un atelier de cuisine à Rungis, où sont préparés les plats faits maison, les jus de fruits frais et les fruits et légumes pré-découpés. Ils maîtrisent donc, et c’est leur force, toute la chaîne de valeur : le sourcing, le stockage, la préparation de commandes, le dispatch des livraisons, la relation avec les livreurs…

Le développement de la startup est pour l’instant autofinancé, mais mon petit doigt me dit que la préparation d’une grosse levée de fonds est en cours.

Si vous vivez en Île de France et que vous avez envie d’essayer La Belle Vie, rendez-vous sur le site internet ou les applications Android ou iOS. Le code pressecitron vous donnera accès à 10 € de réduction pour un minimum de commande de 20 € (première commande uniquement). A savoir : le service fonctionnera même le jour de Noël et le 1er janvier. Pour connaître le délai de livraison, il suffit d’aller sur la page d’accueil du site de renseigner son code postal.


Nos dernières vidéos

2 commentaires

  1. Ce type d’entreprise a selon moi beaucoup de potentiel. Le secteur de l’alimentation va forcément connaître son « uberisation ».

    J’entends par là qu’il y a matière à réorganiser toute la chaîne de distribution partant du producteur vers le consommateur.

    Dans les villes comme Paris, je trouve cela compliqué de s’alimenter correctement avec un budget raisonnable. On trouve facilement beaucoup de choses dans les supermarchés, chez les primeurs, les bouchers, etc… Mais il est au final très chronophage de rassembler dans son frigo sa sélection de produits alimentaires adaptés. Et encore plus lorsqu’on souhaite faire l’effort de consommer des produits locaux, de saison, voir bio.

    Le système actuel nous pousse à mal manger, alors que selon moi il y a toute la technologie nécessaire pour construire un système favorisant une alimentation saine et la réduction du gaspillage alimentaire.

    J’en suis certain, il va y avoir un grand bouleversement dans le secteur de l’alimentation dans les années à venir.

Send this to a friend