Suivez-nous

Internet

La drôle de sociologie des groupes Facebook – Le Kick off

Focus sur la « mécanique des groupes » sur Facebook et ce qui fait que souvent on finit par les quitter.

Il y a

  

le

 

Par

 

La drôle de sociologie des groupes Facebook.

Posted by Presse-citron on Monday, July 8, 2019

Il y aurait vingt-deux millions de groupes Facebook en France, un chiffre qui parait énorme rapporté au nombre de membres inscrits sur le réseau social, qui serait de trente-trois millions. Des groupes d’affinités qui agissent comme des bulles relativement bienveillantes, à l’abri de la pression de l’actualité et de la dictature de l’émotion. En théorie, évidemment, car en pratique cela peut être un peu différent, selon la taille et la thématique du groupe.

Je suis membre de quelques groupes auxquels je me suis inscrit pour obtenir de l’information et en partager quand c’est possible. Je ne m’inscris pas sans un groupe pour papoter, ni par curiosité, et encore moins pour le plaisir de rejoindre une communauté par affinité, mais plus prosaïquement dans un objectif très terre-à-terre, celui de mieux connaitre un sujet, généralement lié à un produit que j’utilise ou que j’envisage d’acheter.

A force de fréquenter ces groupes (une petite dizaine tout au plus), j’ai un peu délaissé les forums sur les mêmes thématiques, mais j’ai surtout observé leur « sociologie » et nos comportements au sein de ces derniers. Ce que je vous livre là n’est probablement pas à prendre comme vérité universelle, et cela est certainement dépendant du caractère et de la personnalité de chaque membre, mais comme je l’ai observé dans la plupart des groupes j’en déduis que cela relève certainement de quelque-chose qui est quand même relativement répandu.

Ma remarque concerne la courbe de vie de l’adhésion à un groupe qui à mon sens ressemble beaucoup à une courbe de Gauss, ou parabolique. L’engagement dans un groupe Facebook semble correspondre à trois grandes phases, pour schématiser, que l’on pourrait décrire comme suit :

  • Phase 1, bas de la courbe ascendante : on rejoint le groupe, on découvre, on fait connaissance, on se présente, on évalue les forces en présence, on investit les lieux
  • Phase 2, haut de la courbe : on participe, on échange, on partage et surtout on apprend
  • Phase 3, bas de la courbe descendante : on découvre les premiers trolls, les monsieur-je-sais-tout, les pseudo-experts et les gardiens de la Secte qui supportent mal que l’on apporte la contradiction. Puis, surtout, on s’aperçoit que la courbe d’apprentissage est terminée, que l’on n’apprend plus rien et que l’on perd son temps dans le groupe. Généralement, à ce stade, il est temps de tirer respectueusement sa révérence et de quitter le groupe.

Dans ce Kick off, je vous détaille mon point de vue sur la « mécanique des groupes » ainsi qu’une autre information importante à savoir sur l’organisation des groupes par Facebook selon certains critères.

>> Retrouvez-moi sur Citronium, ma newsletter personnelle de veille hebdomadaire sur l’innovation

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests