La Fnac se lance sur les traces de Deezer, Spotify et tous les autres avec son JukeBox

La célèbre chaine française vient d’annoncer le lancement d’un nouveau service positionné sur le secteur de l’écoute de musique par abonnement.

Le secteur de la musique est en pleine mutation depuis plusieurs années. Ces bonnes vieilles galettes qui encombraient nos étagères poussiéreuses ont ainsi laissé place à des boutiques dématérialisées, avant de goûter aux joies du streaming. Spotify, Deezer, Google Play Musique, Rdio et tous les autres ont séduit des millions d’utilisateurs à travers le monde et la Fnac est apparemment décidée à tirer son épingle du jeu avec son tout nouveau service.

FNAC Jukebox : capture 1

JukeBox propose exactement la même chose que toutes les plateformes évoquées un peu plus haut. En échange de quelques euros, les internautes et les mobinautes vont ainsi pouvoir accéder à un catalogue composé de plusieurs dizaines de milliers de titres en quelques clics de souris. Avec quelques exclusivités histoire de nous inciter à sortir la carte bleue.

Des fonctions simples, et quelques particularités intéressantes

L’interface est soignée, et plutôt accessible. Le lecteur musical est accroché en haut de la page, avec les contrôles habituels. C’est également dans cette zone que nous trouverons le champ de recherche. Le menu du service est collé à gauche, dans une barre latérale constituée de plusieurs icônes. En quelques instants, nous pourrons accéder à nos listes de lecture, aux actualités musicales, aux genres, aux radios et à toutes les fonctions communautaires habituelles.

Et puis, il y a le Jukebox, qui offre un autre niveau de lecture de notre librairie musicale.

Ce dernier regroupe effectivement tous nos coups de coeur au sein d’une seule et même page, avec différents onglets pour accéder plus rapidement aux albums, aux artistes, aux listes de lecture ou… aux copies digitales offertes gracieusement par la boutique lors de l’achat de certains CD ou de certains vinyles.

Le service joue aussi la carte de la proximité avec le module Eclaireur qui regroupe les artistes et les albums conseillés par les professionnels du secteur… dont les vendeurs de la chaine.

FNAC Jukebox : capture 2

Un positionnement tarifaire agressif

Le JukeBox de la Fnac est accessible depuis n’importe quel navigateur évolué, mais on peut aussi en profiter sur un smartphone en passant par une application dédiée. Attention cependant car le forfait de base n’inclura pas forcément tous les services. En réalité, l’offre de la plateforme s’articule autour de plusieurs formules distinctes :

  • JukeBox 200 : Ecoute illimitée de 200 titres sur ordinateur, sans publicité et sans engagement, pour 2 euros par mois.
  • Jukebox Illimité : Ecoute illimitée de tout le catalogue de la plateforme sur ordinateur, sans publicité et sans engagement, pour 4,99 euros par mois.
  • Option Mobile : Ecoute illimitée de tout le catalogue de la plateforme sur smartphones et tablettes, sans publicité et sans engagement, pour 5 euros de plus par mois.

Si vous voulez en savoir plus sur le service, vous pouvez vous rendre à cette adresse.

Je pense que le JukeBox de la Fnac arrive un peu tard sur le marché et il risque d’avoir beaucoup de mal à trouver sa place face aux mélomanes 2.0. Ceci étant, tout le monde n’est pas forcément né avec un mulot dans la main et le grand public, lui, pourrait bien se laisser séduire.

FNAC Jukebox : capture 3


Nos dernières vidéos

5 commentaires

  1. Je pense comme vous, qu’ils se sont mis en retard sur le web et services en ligne sauf que qu’avec les avancée technologique de nos jours et un peu de pub et une bonne stratégie marketing, il peuvent bien se rattraper en deux trois ans maximum, et en plus ils ont l’avantage du nom j’imagine La Fnac !! et un répertoire qui date des années 70

  2. En quoi le tarif est-il agressif ?
    Avec l’option mobile qui est indispensable on est au même prix que Spotify…

  3. @christophe : L’offre est compétitive car découpée en plusieurs tranches. Un internaute pourra très bien se contenter de la formule de base s’il n’a pas de gros besoins. L’option mobile est indispensable pour des gens comme vous et moi, c’est un fait, mais pas forcément pour le consommateur lambda. Ma mère, par exemple, pourrait très bien s’en passer puisqu’elle écoute essentiellement de la musique sur son ordinateur.

  4. Je ne comprends pas les entreprises qui se lancent sur ce secteur. Écouter de la musique gratuitement sur internet, sans publicité c’est déjà possible : Youtube + Adblock ! Idem sur portable (la nouvelle application Youtube sur Android est top). De plus, l’écoute sur Spotify est gratuite (certes avec de la pub).
    Il me semble qu’aucune plateforme d’écoute de musique n’est aujourd’hui rentable (ni Deezer, ni Spotify !)
    Enfin les artistes sont rémunérés au lance-pierre (ok, sur YouTube c’est encore plus faible mais au moins c’est gratuit pour l’utilisateur).

    Pourquoi donc une telle décision ?

  5. Je ne comprend pas pourquoi la Fnac se lance dans le streaming, quel est l’intérêt ?

    Ne va t’il pas y avoir une cannibalisation entre les différentes offres de la Fnac.

Répondre