La French Week cartonne

J’ai reçu plus de 200 profils de startups françaises depuis vendredi dernier quand j’ai annoncé la French Week Presse-citron. Et ça continue. Même si tous ne présentent pas le même intérêt, c’est certainement le signe d’une belle vitalité du web français et c’est bien (on le savait). Ceci vient en addition de ce que je

J’ai reçu plus de 200 profils de startups françaises depuis vendredi dernier quand j’ai annoncé la French Week Presse-citron. Et ça continue. Même si tous ne présentent pas le même intérêt, c’est certainement le signe d’une belle vitalité du web français et c’est bien (on le savait). Ceci vient en addition de ce que je reçois habituellement, en moyenne une dizaine par jour…

Mais ça fait beaucoup pour un seul homme, et il me sera impossible de tout traiter en 5 jours. Je vais donc à partir de ce billet reprendre le principe des Filets garnis en chroniquant plusieurs profils par article afin d’essayer de donner le plus de visibilité possible au plus grand nombre.

Autre possibilité : si certains se sentent d’attaque et ont un peu de temps libre, je leur propose de m’aider en partageant le travail de rédaction des articles. D’ailleurs Presse-citron cherche des rédacteurs.


Nos dernières vidéos

6 commentaires

  1. Pour ma part, juste une simple question : pourquoi French Week ?
    Pourquoi en anglais quand on veut mettre en avant les boites françaises ?

    Pas grave mais juste dommage.

  2. Merci Eric pour ta réponse.
    Je comprends que « Semaine Camembert » sonne mais il y aurait pu y avoir plein d’autres choses, non ? Genre cocoriweb ou d’autres trucs.

    Ce qui me gène dans ce genre de cas, c’est le « l’anglais, ça sonne mieux ».

    Enfin, bon, je l’admets, ce n’est pas bien grave et l’important c’est l’initiative qui est très bonne.

  3. Ca fait plaisir d’apprendre qu’il y a autant de personnes en France qui travaillent sur Internet. Le fait que quelques uns de ces sites soient, réalisés en anglais, pour toucher le plus grand nombre, j’avais pensé, à tort, qu’ils appartenaient à une multinationale américaine… Je suis content d’apprendre le contraire au travers de ces billets

  4. Il n’est pas surprenant qu’avec votre audience de nombreuses startups françaises espérent un coup de pouce médiatique… ensuite pour la recherche de chroniqueurs… est-ce rémunéré ? ou pour la gloire ?

Send this to a friend