La #FrenchIoT s’est trouvée un meneur des plus surprenants

Semaine dernière, l’événement CES Unveiled permettait à La Poste de fédérer l’écosystème des objets connectés en vue du CES de Las Vegas en janvier prochain.

french iot

Des dizaines de stands alignés où des entrepreneurs passionnés présentent leurs objets connectés… que ce soit une solution de purification de l’air jusqu’à une machine sommelière connectée. Il y a comme un parfum de « Science Fair » à l’américaine dans l’air, et on s’attend à tout instant à découvrir un étudiant lançant l’éruption d’un volcan miniature.

Où sommes-nous ? Au CES Unveiled ! C’est à Las Vegas ? San Francisco ? Ou Albuquerque ? Non ! En plein coeur de Paris, au Pavillon Cambon situé à quelques centaines de mètres de l’Opéra.

Cet événement se présente ainsi comme une répétition générale avant le « vrai » CES (pour Consumer Electronic Show) qui se déroulera du 6 au 9 Janvier 2016 à Las Vegas… mais aussi comme un moyen de fédérer l’écosystème IoT en préparation de la grand-messe annuelle de l’électronique grand public.

Cette année, La Poste était partenaire de l’événement organisé par la Consumer Electronic Association (CEA), organisme à l’initiative de l’événement de Las Vegas. Déjà présente lors du précédent CES, La Poste avait alors eu à répondre à de nombreuses interrogations : quel lien entre La Poste et les Objets Connectés après tout ?

Aujourd’hui, et notamment après le lancement de son Hub Numérique, La Poste ne souhaite plus avoir à se justifier et laisse plutôt parler ses dernières réalisations et sa vision du monde connecté de demain.

D’un monde d’objets connectés à celui des services connectés

En échangeant avec les équipes de La Poste, je fais la connaissance d’entrepreneurs dans l’âme (ou devrais-je dire « intrapreneurs ») où l’innovation est autant un vecteur de motivation que pour les start-ups qu’ils accompagnent.

« Il ne faut plus penser à La Poste par la simple lorgnette du facteur qui apporte le courrier« , me font-ils comprendre avant de me parler de la légitimité technologique d’une filiale comme Docapost, qui s’avère être extrêmement pointue sur la gestion des flux dématérialisés.

Et c’est précisément la raison pour laquelle La Poste s’intéresse aux objets connectés. Pour un acteur qui a une expérience qui se compte en centaines d’années dans le service aux particuliers et professionnels dans le monde physique, l’Internet des Objets est le lien parfait entre le monde physique et le monde numérique afin de « dématérialiser » ses missions et enrichir son offre de service.

La Poste résume son ambition en ces mots : « devenir l’opérateur universel des échanges », qu’ils soient physiques ou numériques, au service des particuliers, professionnels, entreprises et collectivités.

Pour nous illustrer cette vision, Philippe Wahl, PDG du Groupe La Poste, nous tease un service qui s’appellerait « Veille sur vos parents » (il sera dévoilé en détails au CES). La Poste a imaginé un service de proximité et de confiance qui mixera à la fois des objets connectés et le passage de la factrice ou du facteur pour prendre des nouvelles. Le type d’interaction que seule une entreprise comme La Poste peut mettre en place sur l’ensemble du territoire.

Au final, au travers de cette stratégie, ce ne sont plus les objets qui sont connectés, mais les êtres humains.

hub numérique

CES 2016 : La Poste présente son « équipe de France »

Cette mission de fédérer l’écosystème Internet des Objets, La Poste l’assumera donc pleinement lors du CES 2016 où elle emmènera une sélection de 15 startups innovantes et ses 4 partenaires industriels (Legrand, Atol les Opticiens, Malakoff Médéric et BNP Paribas Real Estate).

Pour les 15 startups, elles évoluent aussi bien dans le domaine de la silver économie, smart home/smart building, e-santé/bien-être, transition énergétique, smart city ainsi que techno/loisirs.

La sélection complète est à retrouver ici.

La Poste souhaite donc fédérer au niveau national pour pouvoir mieux représenter la France à l’international. Mais pourquoi La Poste serait-elle dans une bonne position pour diriger cette initiative ?

D’abord parce que son Hub Numérique, un poste de pilotage universel pour tous nos objets et services connectés, est « neutre » dans le sens où il n’est fermé à aucun système d’exploitation ou opérateur. Il est ouvert.

Ensuite parce que La Poste est l’un des acteurs de confiance majeurs et que c’est au moins ce qu’il faut pour chapeauter l’ensemble des données sur votre mode de vie que vont pouvoir produire les objets connectés.

« Ce que nous faisons dans le monde physique, nous allons le faire dans le monde numérique, explique le PDG au micro de 01Net. Il y a besoin de proximité, d’universalité, et de confiance… et c’est ce qui nous rend légitime. »


La Poste fait partie de notre nouveau programme « Entreprises Premium ». Cet article a été écrit avec la participation des équipes de La Poste dans le cadre de ce partenariat. En savoir plus sur notre programme Premium.


Nos dernières vidéos

2 commentaires

  1. Excellent article, il est intéressant de voir que La Poste et d’autres grands groupes comme BNPP, Atol, Legrand… se placent aussi dans le domaine des objets connectés, bien que ce soit loin de leur coeur de métier.
    Reste à voir ce qu’ils vont faire, mais cela promet un CES 2016 intéressant, je trouve.

Répondre