Suivez-nous

Tech

La mathématicienne de génie Katherine Johnson est décédée à l’âge de 101 ans

Katherine Johnson est une mathématicienne afro-américaine qui a très largement contribué la marche de Neil Armstrong sur la Lune grâce à ses calculs et ses équations.

Il y a

  

le

 
Katherine Johnson NASA
© Wikimedia Commons / NASA

La NASA a publiquement annoncé le décès de Katherine Johnson, une femme qui a largement contribué aux avancées de l’agence spatiale, en partie dans sa conquête de la Lune durant les années 1960. Toutefois, son travail n’a pas été très remarqué avant que Barack Obama ne lui remette la médaille présidentielle de la Liberté en 2015 alors qu’il était dirigeant du pays, soit la plus haute distinction civile qui existe.

L’importance des travaux de Katherine Johnson

Lorsque Johnson a rejoint la NASA, alors baptisée programme spatial américain, dans les années 1950, les États-Unis étaient encore largement sujets à la ségrégation raciale. Au point qu’elle et ses collègues noirs travaillaient dans un espace séparé de celui des blancs, utilisant même d’autres installations (toilettes, salle à manger…). En 1958, elle est la première femme, en plus d’être afro-américaine, à intégrer le Space Task Group, un groupe entièrement composé d’hommes blancs à l’époque.

À cette époque, Katherine Johnson effectuait de nombreux calculs et réalisait des équations qui permettent à la NASA de faire plusieurs expériences de vols dans l’espace, à l’exemple de celui d’Alan Shepard en 1961. Plus tard, l’astronaute John Glenn se dit prêt à partir en mission après avoir déclaré qu’il se fiait aux calculs de la scientifique. La mathématicienne est surtout réputée pour avoir calculé les trajectoires du module lunaire Apollo qui a mené Neil Armstrong à faire le premier pas sur la Lune en 1969.

En 2016, l’histoire et le travail de Katherine Johnson sont au centre d’un film intitulé Hidden Figures, lui-même adaptée du livre éponyme écrit par Margot Lee Shetterly la même année. Celui-ci revient également sur plusieurs autres calculatrices afro-américaines ayant contribué au progrès de la NASA durant de nombreuses années, à l’exemple de Dorothy Vaughan et Mary Jackson. Le long-métrage met aussi en avant les difficultés auxquelles ont été confrontées ces femmes durant plusieurs années.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top forfait mobile

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests