La SNCF recrute ses nouveaux talents au détour d’une partie de Jeu Vidéo

Choisir un stage ou un premier emploi n’est pas toujours évident. C’est pourquoi les sites spécialisés éditent régulièrement leur palmarès des entreprises préférées de la nouvelle génération. Les techniques « traditionnelles » de communication ne portant pas leurs fruits, la SNCF et son agence de communication TBWA\Paris ont décidé d’immerger leurs recrus potentiels dans une expérience numérique inédite.

Choisir un stage ou un premier emploi n’est pas toujours évident. C’est pourquoi les sites spécialisés éditent régulièrement leur palmarès des entreprises préférées de la nouvelle génération. Vinci Construction, l’Oréal, Total, chez les ingénieurs ces sondages profitent toujours aux mêmes entreprises, au détriment de certains groupes pourtant tout aussi intéressants. C’est notamment le cas de la SNCF qui peine à recruter de nouveaux talents et ce n’est pas le déficit d’image chez ses usagers qui risque d’arranger les choses.

Avec ses 245 000 collaborateurs, présents dans 120 pays et répartis à travers 5 branches d’activité, l’établissement public espère tout de même enrôler en 2012, plus de 1000 cadres, dont 2/3 d’ingénieurs, afin de rénover et moderniser le réseau ferroviaire, d’accompagner le développement à l’international, d’optimiser les enjeux stratégiques propres à chacune des activités, etc. C’est une mission ambitieuse quand on connaît la pénurie de jeunes ingénieurs en France et y compris en Europe. En plus, malgré la reconnaissance mondiale pour son expertise et sa performance technique, les métiers d’ingénierie de l’entreprise sont globalement mal ou peu connus.

DES MÉCANIQUES LUDIQUES AU COEUR DU PROCESSUS DE RECRUTEMENT

Les techniques « traditionnelles » de communication ne portant pas leurs fruits, la SNCF et son agence de communication TBWA\Paris ont décidé d’immerger leurs recrues potentielles dans une expérience numérique inédite.

recrutement_sncf

Ce serious game sur internet qui aura demandé 6 mois de travail aux équipes de la SNCF, de TBWA et de la société de production Anonymous, à pour principale ambition de leur faire découvrir de manière ludique la SNCF et de défaire quelques a priori. Il se compose de 4 défis mis au point par des ingénieurs SNCF et inspirés de situations réelles telles que la construction d’un pont, la conception des horaires de plusieurs trains sur une même ligne dans un environnement contraint, ou encore la prise d’initiative face à des situations complexes à gérer suite à une alerte météo.

Dispositif vidéoludique oblige, chaque défi permet aux participants de remporter des points. Plus le participant est précis et rapide, plus il accumule de points ce qui lui permet d’optimiser sa position dans le classement. Au-delà de cette mécanique de challenge, le jeu est totalement connecté sur les réseaux sociaux, afin d’amplifier la conversation autour de « Défi Ingénieurs » et donc d’augmenter le nombre de participants. A noter que les concurrents peuvent jouer pour le compte de leur école (challenge inter écoles) ou individuellement. Le vainqueur du challenge inter-école remportera un « world trip », quant aux 5 premières écoles lauréates (1 groupe de 5 étudiants dans chacune des écoles), elles remporteront 1 voyage découverte SNCF d’une semaine sur l’un des 5 continents.

Vous l’aurez compris, « Défi Ingénieur » ambitionne de faire de la SNCF un employeur attractif auprès de la communauté des ingénieurs. Au-delà de sa dimension RH, le jeu fera découvrir à ses participants la diversité et la richesse de ses métiers et plus largement la modernité de l’entreprise. Parallèlement aux dispositifs « classiques » de recrutement qu’elle continue de déployer et de faire évoluer afin d’être plus performant et attractif, la SNCF souhaite développer une politique de recrutement plus en proximité, plus innovante et plus connectée avec ses candidats potentiels.

Quant à la potentialité d’intégrer la gamification à chaque processus de recrutement,  Françoise Tragin, responsable du programme recrutement ingénieurs de l’entreprise, nous répond qu’ « il ne serait pas sérieux de tout miser sur une gamification que ce soit en matière de communication et plus particulièrement dans le domaine des RH, en revanche je pense que c’est un bon vecteur pour trouver les candidats idéals là où ils sont, un bon facteur d’attractivité et de diffusion de notoriété pour développer sa marque employeur.»

Après L’Oreal Reveal ou encore BNP Paribas Ace Manager, «Défi Ingénieur» de la SNCF vient donc compléter les dispositifs de recrutements à vocation ludique, expérimentés dans l’hexagone. Sommes-nous face à une solution d’avenir pour fédérer et monopoliser l’attention des jeunes talents, selon vous ?


6 commentaires

  1. Je trouve que c’est une bonne idée qu’essayer de séduire par ce biais. C’est vrai que la sncf a une mauvaise image, pourtant ils sont quand même au top dans ce qu’il font, rares sont les société ferroviaires de leur niveau.

  2. Je trouve que c’est une très bonne idée ce serious game. La sncf pâtit d’une très mauvaise image et cela peut l’aider: De plus, si cela peut aider des jeunes diplômés à trouver un travail, je pense que c’est une très bonne initiative.

  3. Pingback: HUB Forum : les managers sont-ils des scouts ? Entretien avec David Abiker

Commenter