Suivez-nous

Internet

La voiture électrique pas si écologique ? 2 arguments des “électro-sceptiques” expliqués

Ses partisans la voient comme une solution écologique. Ses détracteurs estiment qu’elle n’est pas moins polluante que ses concurrentes thermiques. Elle, c’est la voiture électrique. Voici deux arguments des « anti-électrique » expliqués.

Publié le

 
Essai Tesla Model S
© Presse-citron

Les voitures électriques ont-elles vraiment un impact positif sur la préservation de notre planète ? Si de nombreuses études démontrent qu’elles émettent moins de gaz à effet de serre que toutes leurs concurrentes, certains sceptiques affirment que leur fabrication est une catastrophe écologique.

Parmi les arguments mis en avant par les « anti-électrique », deux ressortent très souvent dans les écrits, interviews et, surtout, sur les réseaux sociaux : elle sont plus polluantes car fabriquées dans des usines au charbon et la production de batterie est un fléau écologique à cause de l’extraction minière. Le magazine Geo et l’AFP ont étudié la question et dévoilent enfin la vérité sur ces deux idées reçues.

Le charbon c’est tabou

Selon les « anti-électrique », les véhicules électriques émettraient autant de gaz à effet de serre que les voitures thermiques car l’électricité produite pour leur fabrication et leur recharge provient d’usines à charbon, les plus polluantes au monde.

Dire que les voitures électriques n’émettent pas du tout de gaz à effet de serre serait un mensonge. Néanmoins, affirmer qu’elles sont aussi polluantes que les voitures thermiques est tout aussi faux.

En réalité, le bilan carbone d’une voiture électrique dépend de nombreux facteurs. Mais en tout état de cause, elle reste moins polluante qu’un modèle thermique. En effet, selon l’Agence américaine de protection de l’environnement, une voiture rechargée à Saint-Louis (Missouri) – Etat dont l’électricité dépend le plus du charbon – produit en moyenne 247 grammes de CO2 par mile contre 381 grammes pour un véhicule thermique.

« Cet exemple n’est pas forcément à l’image de la situation mondiale » diront les plus sceptiques. En effet, le bilan carbone d’une voiture électrique dépend de la zone géographique dans laquelle elle est produite et où elle se recharge.

Selon une longue étude de l’International Council on Clean Transportation (ICCT), si l’on tient compte de tous les aspects du cycle de vie de la voiture électrique, de la fabrication au recyclage final, les voitures thermiques restent bien plus émettrices en CO2.

La fabrication des batteries polluent plus que le pétrole

Ce second argument mis en avant par les « électro-sceptiques » est tout simplement faux. Oui l’extraction des métaux rares nécessaires à la fabrication des batteries pollue. L’AFP revient sur des chiffres publiés par le Manhattan Institute en 2020, estimant qu’il faudrait creuser 227 tonnes de terre pour extraire les métaux nécessaires à la fabrication d’une seule batterie.

« C’est une grossière exagération » explique à l’AFP Peter Newman, professeur de développement durable à l’Université de Curin, en Australie. Encore une fois cela dépend de la zone géographique et du type de batterie fabriquée. D’ailleurs, l’étude publiée dans le Manhattan Institute a été réalisée par un groupe réputé climato-sceptique.

Par ailleurs, les forages pétroliers restent des « bombes climatiques ». Selon le dernier rapport du Giec, les voitures thermiques restent de toute façon bien plus émettrices en gaz à effet de serre que les électriques.

En revanche, l’extraction de métaux rares pose des problèmes sociologiques importants. Le cobalt utilisé pour la fabrication des batteries est extrait à 70% en République du Congo. Ce sont des enfants qui sont envoyés dans les mines pour extraire ces métaux, souvent sous la menace de milices armées. Comme pour l’ensemble du marché de l’électronique.

12 Commentaires

12 Commentaires

  1. pascal querinjean

    25 mai 2022 à 7 h 27 min

    Des millions de batteries sont fabriquées tous les jours, le recyclage laisse à désirer, personne ne dit rien!, les climatoseptiques ne feront jamais avancer le monde car ils ont trop a perdre ,les voitures électriques ne rapporte pas assez d’argent car il n’y a que très peu de pièces à remplacer pour le garagiste !

  2. alainmerlinot

    25 mai 2022 à 7 h 36 min

    Du coup quand l’agence international de l’énergie tire la sonnette d’alarme car les besoins en lithium vont être multiplié par 6 en 2030, nécessitant l’ouverture de 50 mines en plus, avec tout les problèmes environnementaux et sociaux des populations locales que cela va engendrer, l’agence est climato-septique ?

  3. Fred

    25 mai 2022 à 10 h 51 min

    merci pour cet article qui rétabli quelques vérités, par contre cette phrase me gène :
    ‘Ce sont des enfants qui sont envoyés dans les mines pour extraire ces métaux, souvent sous la menace de milices armées.’
    vous auriez des sources précises qui confirment cela, car j’ai bien peur que vous ne colportiez une fake news de plus sur le véhicule électrique; qu’il reste quelques mines artisanales avec des enfants ok, mais leur proportion et si faible qu’on ne peut pas généraliser comme vous le faite.

  4. Michel M

    26 mai 2022 à 1 h 26 min

    Bonjour,

    Quid du recyclage des batteries ?

  5. thebiggreg

    28 mai 2022 à 9 h 05 min

    Il y a tout de même des questions qui n’apparaissent que trop rarement dans le débat :

    Si on a 5 milliards de voitures thermiques et qu’on les garde jusqu’à leur fin de vie et on arrête le principe de la voiture individuelle ou si on les remplace par 5 milliards de voitures électriques ?

    Si on remplace les moteurs thermiques par des moteurs électriques dans les voitures thermiques (possible mais plus cher car il faut revoir tout le système de suspension – un peu la problématique rénovation vs destruction construction dans le bâtiment : moins polluant mais beaucoup plus cher)

    Quel impact aura l’usage de l’électrique pour la mobilité sur l’électrique résidentiel ? Y aura-t-il une différenciation au niveau de la taxation ?

    Ah oui et que dire des 80 kgs de cuivre par voiture, qui nécessiterait de miner autant de cuivre sur 30 ans que l’humanité n’en a miné depuis le début ? (reportage ARTE)

    Le débat thermique / électrique se réduit finalement trop souvent au point de vue des constructeurs qui doivent produire et vendre à tout prix sous peine d’un effondrement économique…

  6. phil

    28 mai 2022 à 14 h 08 min

    pour ceux qui parlent du cobalt dans les batteries des voitures électriques, savez vous d’une part que ce cobalt se recycle en fin de vie de la batterie, mais qu’en plus pour raffiner du pétrole il faut du cobalt, or celui-ci ne se recycle pas, il brule en partie dans votre réservoir et tout le monde respire les vapeurs de cobalt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Les meilleurs forfaits

Les tests