Suivez-nous

Auto-Moto

Pourquoi les marques de voitures de sport plantent-elles des arbres ?

Ces dernières semaines, Bentley et Bugatti ont planté plusieurs centaines d’arbres près de leurs usines. Un geste aux semblants d’écologie qui n’a pas plu à tous.

Il y a

  

le

 
voiture de sport arbres
© Bentley

Plutôt que de souffler 100 bougies, pourquoi ne pas planter 100 arbres. À l’occasion du National Tree Week, qui s’est déroulé du 23 novembre au 1er décembre, la firme britannique Bentley a choisi de sortir la carte de la « durabilité » à l’occasion de son centenaire.

Pour réaffirmer ses intentions de préservation de l’environnement, le constructeur a souhaité planter 10 chênes près des bureaux de la marque, tout comme des dizaines d’érables, des hêtres, des ormes, des citronniers ou encore des noyers et des cerisiers. Une idée qui fut partagée presque au même moment par Bugatti.

En Alsace, le constructeur de la mythique hypercar « Veyron » a vu les choses de façon un petit peu plus grande, avec 4 000 arbres plantés, pour « compenser les émissions de CO2 de son hypercar Chiron, des bureaux et des usines », relatait Motor Authority.

La mauvaise idée des constructeurs automobiles ?

Dans un article publié par nos confrères de Jalopnik, le geste de ces deux constructeurs de voitures de sport n’a pas beaucoup plu. Il faut dire que ce n’est pas la première fois que l’industrie automobile se projette en défenseur de la planète en plantant des arbres.

En citant le rapport de la NASA « Examiner la viabilité de la plantation d’arbres pour aider à atténuer le changement climatique » publié le mois dernier, Erik Shilling, rédacteur pour le média spécialisé Jalopnik, se désolait à l’idée que le geste de ces deux marques prestigieuses avait de quoi être ridicule, en vue de leurs proportions. « Je suis triste de constater que ces deux efforts sont incroyablement inutiles », écrivait l’auteur de l’article.

bentley arbres

© Bentley

« En plantant plus d’un demi-milliard d’arbres, selon les auteurs du rapport de la NASA, nous pourrions capturer environ 205 gigatonnes de carbone (une gigatonne représente 1 milliard de tonnes métriques), réduisant le carbone atmosphérique d’environ 25 % », écrivait l’agence spatiale américaine. Cela a de quoi minimiser les chances d’un impact écologique du projet mutuel de Bentley et Bugatti.

Ford et Toyota sont plus « sérieux »

Planter des arbres en guise de green washing, une mauvaise idée pour les deux constructeurs ? Maladroite soit-elle, il ne faut pas pour autant critiquer l’idée fondamentale du projet. Car chez les constructeurs généralistes, l’idée n’est pas nouvelle, et les fonds accordés à des travaux entrepris par Ford et Toyota ont de quoi être pris plus au sérieux.

Dans le cadre d’un reboisement de la région au nord-ouest de Pékin en Chine, Toyota a déjà planté plus de cinq millions d’arbres. Sa stratégie semble plus cohérente, alors que sa gamme compte des véhicules hybrides, électriques, mais également à hydrogène de plus en plus développés. Bien entendu, il est inutile de comparer Bugatti à Toyota en termes de moyens financiers et de segment de marché automobile. Mais chez le constructeur japonais, le projet de reboisement est à une échelle un petit peu plus raisonnable pour prétendre faire changer les choses.

toyota arbres plantation

Toyota a planté plus de cinq millions d’arbres © Toyota

Ford se place en intermédiaire. Comparé aux projets que nous vous avons présenté, celui de la firme américaine n’est pas aussi poussé que Toyota, mais prétend quand même avoir planté pas moins de 20 000 arbres en 2017. Cette année-là, Ford avait réalisé un partenariat avec Zipcar, qui ne se limitait pas qu’au projet de reboisement. Le constructeur avait réalisé une campagne marketing promouvant la réduction des émissions de CO2, et celle-ci avait très bien marché.

Vers une avancée majeure en matière d’impact écologique des routes

Une chose est sûre : il faudra des moyens beaucoup plus élevés pour espérer renverser la situation écologique. La tendance de plantation d’arbres chez les constructeurs automobiles n’est pas à bannir, mais les projets de Bugatti et Bentley de ces derniers jours ont de quoi faire réfléchir. Espérons au moins que le message de ces marques ait inspiré leurs clients et les passionnés d’automobiles, pour que l’ombre de ces nouveaux végétaux ne se contentent pas de camoufler de vraies urgences pour notre Terre.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

3 Commentaires

3 Commentaires

  1. Patrick

    14 décembre 2019 at 12 h 18 min

    Ainsi selon les mots de Erik Schilling, « ces deux efforts sont incroyablement inutiles  »
    Tiens, il aurait oublié la métaphore du colibri qui goutte à goutte essaie d’éteindre un incendie !

    • Igwane

      14 décembre 2019 at 17 h 21 min

      Sauf que le colibri pendant qu’il prend sa goute ne brûle pas au lance flamme tout sur sont passage.

  2. sebastien

    26 décembre 2019 at 11 h 30 min

    erreur « vous envoyez message trop rapidement »… au premier clic… et aucun message de validation les suivantes! Je retente…

    Le colibri n’essaye pas d’éteindre un incendie à lui tout seul, il fait sa part du boulot. Si tous les animaux le rejoignait, il n’y aurait plus d’incendie.
    Il faut commencer par remplacer toutes les voitures thermiques par des électriques (60% de CO2 en moins sur TOUTE LA DUREE DE VIE, fabrication comprise, cf étude de l’ADEME https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/avisademe-vehicule-electrique.pdf )… verdir sans changer c’est du greenwashing.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests