Suivez-nous

Tech

L’aéroport d’Heathrow pourrait être agrandi grâce à de l’impression 3D

A Londres, la société Royal Dam d’impression 3D est en lice pour remporter l’appel d’offres de l’aéroport d’Heathrow, qui souhaite réaliser une extension.

Il y a

  

le

 
heathrow aeroport
© Unsplash / Belinda Fewings

Aux Pays-Bas, dans la ville de Eindhoven, on imprime un projet impressionnant. Dans l’usine d’impression 3D de Royal Bam, qui a ouvert en janvier dernier, une commande de la ville de Nimègue ne passera pas inaperçue. Ici, le plus long point du monde imprimé en 3D est en phase de production. Un projet innovant, mais qui ne devrait être qu’une étape intermédiaire à l’activité de l’entreprise née en octobre 2014, et embauchant pas moins de 20 000 employés.

Dans un article du Construction News, Royal Bam envisagerait de rejoindre le Royaume-Uni, pour travailler avec l’aéroport d’Heathrow sur son projet d’extension. Pour le moment, l’impression 3D dans le BTP n’est pas encore plus compétitive que les constructions traditionnelles, mais d’ici un à deux ans, les choses pourraient changer.

La reconnaissance faciale bientôt dans tous les aéroports américains

Une partie d’Heathrow fabriqué par une imprimante 3D ?

Interrogé par nos confrères de Construction News, Jeroen Nuijten, conseiller en innovation chez Bam Infraconsult s’est avancé sur le sujet, en déclarant discuter « avec différents clients. Par exemple, Londres Heathrow a une énorme quantité de travail à faire [sur l’extension], ainsi qu’un gros problème avec la façon de le faire sur le plan logistique ».

Chez la société Bam, on pense avoir un avantage comparatif. Basée aux Pays-Bas, son usine pourrait « expédier des composants [imprimés en 3D] au Royaume-Uni sans problème » avançait Menno de Jonge, le directeur de la construction numérique chez Royal Bam Group. D’ailleurs, le projet de se rapprocher du Royaume-Uni n’est pas non plus écarté, alors que la société souhaite s’ouvrir à d’autres marchés sur place. « Nous envisageons également d’ouvrir des usines au Royaume-Uni et en Irlande », annonçait l’homme.

Pour le moment, l’aéroport d’Heathrow à Londres a refusé de s’exprimer au sujet de la candidature de Royal Bam. Pour le moment, on sait seulement qu’ils « sont en train de créer un appel d’offres et nous verrons si nous sommes partenaires pour eux ». Cette extension de l’aéroport surviendrait alors qu’une nouvelle piste va ouvrir, dans le quatrième plus gros aéroport mondial en termes de trafic aérien.

heathrow

L’aéroport d’Heathrow, situé à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Londres © Heathrow Airport

L’impression 3D, une économie stratégique à la clé ?

Outre l’avantage que possède Royal Bam à vouloir s’implanter au Royaume-Uni, l’équipe en charge du projet à l’aéroport d’Heathrow pourrait également préférer cette candidature suite au fait qu’elle pourrait réaliser de grosses économies. « Pour le moment, nous travaillons avec des composants imprimés en 3D à peu près au même prix que la construction traditionnelle, mais nous estimons que dans un à deux ans, ce prix tombera à environ 75 à 50% », avait déclarait le directeur de la construction numérique.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests